Vol. 44, no 38
12 juin 2014
Une chaire de recherche de près de 1,2 million de dollars accordée au professeur Marc Surette
Le professeur Marc Surette du Département de biologie de l’Université de Moncton est titulaire d’une nouvelle chaire de recherche de la Fondation de l'innovation du Nouveau-Brunswick.

Les travaux de la Chaire de recherche en innovation du Nouveau-Brunswick en biosciences porteront sur l’étude des lipides, incluant les acides gras oméga-3 à base de plantes, pour le développement de produits comestibles et pharmaceutiques. Le professeur Surette recevra la somme de 1 175 000 dollars sur une période de cinq ans pour ses travaux.

Les acides gras oméga-3 proviennent majoritairement de sources animales, et plus particulièrement des poissons. Cependant, en raison d'une utilisation accrue de ces acides dans les aliments et les suppléments, la demande surpasse l'offre. M. Surette travaillera en partenariat avec des entreprises agricoles afin de développer une plante spécifique riche en acides gras oméga-3, ce qui créera de nouvelles possibilités pour les fermiers et les industries du Nouveau-Brunswick et d'ailleurs.

« Les investissements intelligents dans la recherche et le développement sont au coeur du plan de notre gouvernement visant à créer des emplois et à améliorer la vie dans les communautés du Nouveau-Brunswick, a déclaré le premier ministre, David Alward, lors de l’annonce de trois nouvelles chaires de recherche appliquée accordées à des chercheurs chevronnés de la province. Le travail inestimable de ces chaires de recherche contribuera à la création et à la conservation d'emplois dans les secteurs émergents et les secteurs traditionnels de la province. »

« Nous sommes heureux de constater l’engagement du gouvernement provincial dans le domaine de la recherche et du développement, a souligné le recteur et vice-chancelier, Raymond Théberge. Grâce à ce financement, le professeur Surette contribuera à l’avancement des connaissances au sujet des acides gras oméga-3 à base de plantes et favorisera la collaboration avec les industries de la province. »

Pour sa part, le chercheur Marc Surette entend poursuivre ses recherches dans un domaine qui le passionne. « Entouré de mon équipe, je poursuivrai des projets de recherche qui pourront non seulement générer des résultats menant à de la nouvelle propriété intellectuelle, mais qui seront utiles pour surmonter des défis que connaissent certains secteurs de l’industrie au Nouveau-Brunswick», a souligné M. Surette.

La Fondation de l'innovation du Nouveau-Brunswick est une société autonome sans but lucratif qui investit dans les nouvelles entreprises axées sur la croissance et les activités de recherches appliquées pour favoriser le renforcement d'une économie axée sur l'innovation au Nouveau-Brunswick. Depuis sa création en 2003, la fondation a investi plus de 50 millions de dollars. Elle a contribué à la création de plus de 50 entreprises et elle a financé 350 projets de recherche appliquée.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14881
Agrandir l'image
La photo nous fait voir les 22 finissantes et finissants du programme de prédoctorat du Centre de formation médicale du N.-B. en compagnie, à l’avant de gauche à droite, de Raymond Théberge, recteur et vice-chancelier de l’Université de Moncton ; Pierre Cossette, doyen de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke ; Dre Micheline Boucher, coordonnatrice du programme MD au Centre de formation médicale du N.-B. ; l’honorable Marie-Claude Blais, ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, et Dr Aurel Schofield, directeur fondateur et doyen associé au Centre de formation médicale du N.-B.
Vingt-deux étudiantes et étudiants du Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick terminent leurs études de prédoctorat
Le Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick (CFMNB) a remis à 22 finissantes et finissants du programme de prédoctorat, leur sarrau et un certificat attestant qu’ils ont terminé le programme. Cette cérémonie tenue le 8 mai dernier précède la remise des diplômes qui aura lieu à l’Université de Sherbrooke en septembre prochain.

Pour ces 22 futurs médecins, ce sont quatre années de formation intensive qui sont soulignées. Leur certificat atteste qu’ils peuvent poursuivre leurs études dans la spécialité choisie pour terminer leur formation médicale. Ces finissantes et ces finissants, en provenance de partout au Nouveau-Brunswick, deviendront les médecins de famille et médecins spécialistes de demain.

Le Dr Aurel Schofield, doyen associé et directeur fondateur du CFMNB, a tenu à souhaiter du succès aux finissantes et aux finissants dans la suite de leurs projets. « Comme vous avez pu le constater, la carrière de médecin qui vous attend en est une des plus exigeantes mais aussi des plus gratifiantes. Partout en province, il y a des besoins pour des services de santé en français. N’hésitez pas à vous aventurer. De belles carrières vous attendent», ajoute-t-il.

Le CFMNB a également tenu à souligner le travail de Marie-Claude LaVigne-Albert, Maxime Belzile et Valérie Thériault. Ces trois finissants ont obtenu le meilleur rendement académique cumulatif lors de leurs quatre années de formation. Le travail et la contribution au monde de la pédagogie médicale du Dr Paul Chiasson, médecin-professeur, et de Joanne Roy, gestionnaire au CFMNB, ont aussi été reconnus lors de la cérémonie. Ces derniers ont reçu, respectivement, le Certificat de mérite de l’Association canadienne en éducation médicale (ACÉM) et le Prix Maurice-Groleau de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke. Le prix Dr Omer Doiron qui souligne l’excellence en enseignement a de plus été remis à Dre Kathy Ferguson.

Le Centre de formation médicale du N.-B. compte sur le partenariat privilégié entre le gouvernement du Nouveau-Brunswick, l’Université de Sherbrooke et l’Université de Moncton pour la réalisation de ses objectifs. Depuis l’ouverture du CFMNB en 2006, 110 étudiantes et étudiants ont pu compléter leur formation prédoctorale en français au Nouveau-Brunswick.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14895
Agrandir l'image
La photo nous fait voir, de gauche à droite, les résidentes Édith Couturier, Natacha-Isabelle Dion, Jessy Phillips et Vanessa Girouard.
Des résidentes du Centre de formation médicale du N.-B. raflent les honneurs à Sherbrooke
Quatre résidentes en médecine de famille du Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick (CFMNB) ont remporté le prix du Meilleur projet de recherche du Département de médecine de famille et médecine d’urgence de l’Université de Sherbrooke. Les résidentes ont raflé les honneurs lors de la Journée de la recherche tenue le vendredi 30 mai dernier.

Intitulé «La super pilule : Prescrire ou ne pas prescrire l’exercice physique», le projet a été réalisé sous la supervision de Mathieu Bélanger, directeur de la recherche au CFMNB. Il est sorti premier parmi plus d’une vingtaine de projets. L’étude visait à identifier des moyens d’inclure la prescription régulière de l’exercice physique dans la pratique en médecine de famille.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14901
Le colloque Les français d’ici se tient au campus de Moncton jusqu’au 14 juin
Les français d’ici, un colloque international sur les variétés de français au Canada qui en est à sa 5e édition, a lieu du 12 au 14 juin au campus de Moncton de l’Université de Moncton.

Ce colloque est organisé par le Centre de recherche en linguistique appliquée et le projet Le français à la mesure d’un continent : un patrimoine en partage et il est subventionné par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada dans le cadre du programme des Grands travaux de recherche concertée.

Le colloque bisannuel Les français d’ici offre aux chercheures et chercheurs intéressés à la francité canadienne une occasion de partager leurs travaux et réflexions en la matière quelles que soient les options théoriques et méthodologiques mobilisées par leurs recherches.

Parmi les conférenciers invités, on compte Michel Francard, de l’Université de Louvain-la-Neuve en Belgique ; Alexandra Jaffe de la California State University, aux États-Unis ; Marie-Ève Perrot, de l’Université d’Orléans, en France ; et Chantal Bouchard, de l’Université McGill, au Québec.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14897
Agrandir l'image
La photo prise lors du lancement de la chaire nous fait voir, de gauche à droite, Lise Dubois, doyenne de la FESR et vice-rectrice adjointe à la recherche ; André Samson, vice-recteur à l’enseignement et à la recherche; Suzanne Dupuis-Blanchard, titulaire de la Chaire de recherche en santé CNFS – Université de Moncton sur le vieillissement des populations; Raymond Théberge, recteur et vice-chancelier; Jean-Luc Bélanger, directeur général de l’Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick; et Mai Savoie, coordonnatrice régionale du Consortium national de formation en santé.
Lancement de la Chaire de recherche en santé CNFS – Université de Moncton sur le vieillissement des populations
L’Université de Moncton a procédé récemment au lancement officiel d’une Chaire de recherche en santé sur le vieillissement des communautés francophones en situation minoritaire. Cette nouvelle chaire de recherche, qui a été créée dans le cadre du projet CNFS (Consortium national de formation en santé) à l’Université de Moncton, sera dirigée par la chercheuse Suzanne Dupuis-Blanchard, professeure à l’École de science infirmière et directrice du Centre d’études du vieillissement depuis plusieurs années.

D’une durée de quatre ans avec possibilité de renouvellement, la Chaire de recherche en santé CNFS – Université de Moncton sur le vieillissement des populations permettra à Mme Dupuis-Blanchard de développer et d’approfondir les connaissances reliées aux réalités des personnes âgées en situation minoritaire et d’identifier leurs besoins en matière de service de santé en français, et particulièrement en ce qui concerne le maintien à domicile.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14889
L’ICRML lance une collection d’ouvrages sur les langues officielles
L’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques (ICRML) a procédé au lancement plus tôt cette semaine d’une nouvelle collection d’ouvrages sur les langues officielles.

La collection « Langues officielles et sociétés » rassemblera des ouvrages traitant des questions linguistiques dans des contextes nationaux de bilinguisme et de multilinguisme. Elle privilégiera les études portant sur le Canada et les communautés de langue officielle en situation minoritaire (CLOSM). Elle s’intéressera aussi aux recherches offrant une perspective comparative entre le contexte canadien et la situation des minorités dans les autres pays.

Le développement des communautés en situation minoritaire, les différences de statut entre les langues, les représentations de la langue dans la société, la concurrence entre les langues majoritaires et minoritaires sont autant d’aspects qui caractérisent l’importance accordée par les États à légiférer dans ce domaine. Les questions linguistiques sont aussi une source de mobilisations collectives qui traversent les époques et différentes dimensions de la vie en société (politique, économique, culturelle et spirituelle). Plusieurs disciplines scientifiques en sciences sociales peuvent alors apporter un regard critique sur des enjeux spécifiques portant sur les langues officielles et concernant l’éducation, la santé, les arts, la culture, les médias, la migration, l’immigration et l’identité.

Cette collection est dirigée par Anne Robineau et Éric Forgues. Anne Robineau est directrice adjointe de l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques. Elle détient un doctorat en sociologie (Ph.D) de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur les arts, la culture et l’éducation. Pour sa part, Éric Forgues est directeur général de l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques. Il détient un doctorat en sociologie (Ph.D) de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur les thématiques de la santé et de la gouvernance.

Pour tout renseignement, communiquez avec Anne Robineau au (506) 858-4922 ou Éric Forgues au (506) 858-4668 ou par courriel, anne.robineau@umoncton.ca et eric.forgues@umoncton.ca
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14886
Lancement du livre «La vie dans une langue officielle minoritaire au Canada»
L’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques (ICRML) lancera le tout premier ouvrage de sa collection, intitulé La vie dans une langue officielle minoritaire au Canada publié par les Presses de l’Université Laval. Le lancement aura lieu le lundi 16 juin, à 16 heures, dans le local 355 du pavillon Léopold-Taillon au campus de Moncton.

C’est sous la direction de Rodrigue Landry, anciennement directeur général à l’Institut, que 19 chercheurs dressent un portrait des deux communautés canadiennes de langue officielle en situation minoritaire (CLOSM) : les anglophones vivant au Québec et les francophones hors Québec.

En s’appuyant sur les données de l’enquête sur la vitalité des minorités de langue officielle (EVMLO) de Statistique Canada, l’étude de la situation linguistique et sociale de ces deux groupes permet de mieux comprendre les enjeux et les défis auxquels un groupe minoritaire doit faire face. En effet, le Canada reconnait depuis 1969 deux langues officielles dans sa structure gouvernementale, mais l’égalité formelle n’est pas toujours synonyme d’égalité réelle. Ce qui provoque plusieurs questionnements. À partir des données de l’EVMLO, le livre présente des analyses propres à chacun des deux groupes. Il traite notamment de problématiques des CLOSM liées à la transmission de la langue, à la fréquentation des établissements minoritaires, à l’accessibilité des services de santé, à l’influence des médias, à l’engagement social et à la mobilité géographique.

Le livre répond à de nombreuses questions entourant la dualité linguistique au Canada et exposent plusieurs recherches théoriques et empiriques.

On peut lire la description du livre à l’adresse http://www.pulaval.com/produit/la-vie-dans-une-langue-officielle-minoritaire-au-Canada.
Pour plus de renseignements, cliquez sur ce lien.

Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14885
La communauté universitaire est conviée à la fête de l’Université le 19 juin
Le 51e anniversaire de fondation de l’Université de Moncton sera souligné le jeudi 19 juin lors d’une fête organisée à l’intention des membres de la communauté universitaire.

Le rassemblement se fera au resto-lounge Le 63 situé au Centre étudiant à compter de 11 heures. Tous les membres du personnel, les étudiants et étudiantes, les personnes retraitées et les sous-traitants de l’Université sont conviés à la fête.

Les nouveaux membres du Club de 10 ans et du Club de 25 ans seront également honorés lors d’une présentation de plaques qui aura lieu en présence du recteur et vice-chancelier, Raymond Théberge.

Un repas sera servi et un spectacle de l’humoriste acadien JC Surette suivra.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14887
Agrandir l'image
La photo nous fait voir, de gauche à droite, Jean Gaudet, qui a présenté le conférencier; Jean Ladouceur, président de la SHA; le conférencier Victor Tétrault; et Raymond McLaughlin, président sortant de la SHA.
La Société historique acadienne a présenté une conférence sur Grand-Pré
La Société historique acadienne (SHA) présentait récemment, au pavillon Léopold-Taillon du campus de Moncton, une conférence publique de Victor Tétrault, ancien directeur général de la Société promotion Grand-Pré, portant sur le célèbre site historique en Nouvelle-Écosse.

M. Tétreault a d’abord brossé un tableau du développement du parc national de Grand-Pré et des démarches entreprises pour faire reconnaître Grand-Pré comme Patrimoine mondial de l’UNESCO.

M. Tétrault a aussi parlé des projets envisagés pour valoriser le site patrimonial de Grand-Pré, notamment avec la collaboration des familles acadiennes. Enrichie de dates et d’images de Grand-Pré, sa conférence a suscité beaucoup d’intérêt et de commentaires élogieux de l’auditoire.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14890
L’U de M attristée du décès de Donatien Gaudet
La communauté universitaire est attristée par la nouvelle du décès de Donatien Gaudet, un grand militant dévoué à la cause acadienne. Son décès est survenu le jeudi 5 juin à l’âge de 91 ans.

« Au nom de la communauté universitaire, j’offre mes condoléances à la famille et aux proches de M. Gaudet, ce grand défenseur de la langue française et de la culture acadienne, a souligné le recteur et vice-chancelier, Raymond Théberge. Farouchement engagé dans la cause acadienne, M. Gaudet a été un grand allié de la mission et des valeurs de notre université. »

Dans les années 1970-1980, Donatien Gaudet s'est engagé de façon remarquable auprès de plusieurs organismes, notamment au sein de la Fédération des communautés francophones et acadiennes du Canada et de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB).

Donatien Gaudet est né en 1922 dans le village de Saint-Joseph de la vallée de Memramcook. Il a reçu le baccalauréat ès arts au collège Saint-Joseph en 1943 et il a été ordonné prêtre en 1948. Il a été l'une des forces motrices lors de l'organisation du syndicat à l'Institut de Memramcook. Tour à tour, il a occupé plusieurs postes, tels qu'aide-administrateur au collège Saint-Joseph, fondateur d'un centre communautaire francophone à Moncton, secrétaire général de la SANB, président de la Fédération des francophones hors Québec et président de la Chambre de commerce de Memramcook.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14884
Agrandir l'image
La photo nous fait voir, de gauche à droite, Isabelle Pelletier, élève de la Cité des jeunes A.-M. Sormany d’Edmundston et lauréate du volet Interprétation; Chloé Breault, élève de la Polyvalente Louis-Mailloux de Caraquet et gagnante dans la catégorie Solo; Simon Richard, élève de l’École secondaire Assomption de Rogersville et lauréat du volet Écriture; Monique Gallant, agente de recrutement, Université de Moncton; et Jonathan et Anne Dumas, élèves de l’école Marie-Esther et membres du groupe gagnant « Miroir ».
Bourses d’études de l’Université de Moncton pour les gagnantes et gagnants d’Accros de la chanson
L’Université de Moncton a offert des bourses d’études aux gagnantes et aux gagnants de la 10e finale du concours Accros de la chanson organisé par la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick et qui a eu lieu le 24 mai dernier à l’aréna de Rogersville.

Le groupe gagnant, « Miroir », est composé de deux élèves de l’École Marie-Esther de Shippagan, soit Jonathan et Anne Dumas. Ils sont chacun bénéficiaires de bourses d’études de l’Université de Moncton d’une valeur de 1 500 $ pour avoir remporté les honneurs dans la catégorie Groupe. L’Université offre à chaque année un montant totalisant 6 000 $ au groupe gagnant pour un maximum de 1 500 $ par participante ou participant.

Chloé Breault, de la Polyvalente Louis-Mailloux de Caraquet et gagnante dans la catégorie Solo, a reçu une bourse de 1 500 $. Isabelle Pelletier, de la Cité des jeunes A.-M.-Sormany d’Edmundston et lauréate du volet Interprétation, a reçu une bourse de 500 $. Simon Richard, de l’École secondaire Assomption de Rogersville a également obtenu une bourse de 500 $ de l’Université de Moncton dans la catégorie Écriture.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14883
Soutenance de mémoire doctoral en psychologie
La soutenance de mémoire doctoral en psychologie de Mélanie Léger, sous la direction de la professeure Ann Beaton, aura lieu le vendredi 13 juin à 13 h 30 dans la salle Gérard-Cormier, située au 504 du pavillon Léopold-Taillon au campus de Moncton. Le mémoire a pour titre «Les femmes en politique au Nouveau-Brunswick : un examen du modèle politique féminin en construction».
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14891
Séminaire de recherche en santé ce vendredi 13 juin
Dans le cadre de la Série de séminaires de recherche en santé, une conférence intitulée « Le rôle des facteurs de transcription Sox dans la différenciation et la fonction du testicule adulte » sera présentée ce vendredi 13 juin de 12 h 30 à 13 h 30. Présenté en français, le séminaire aura lieu dans l’amphithéâtre de l’Auberge Mgr-Henri-Cormier du Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont.

Il sera aussi présenté simultanément dans la Salle de vidéoconférence 372 de l’Hôpital régional Chaleur, dans l’Auditorium MacPherson de l’Hôpital régional de Campbellton et dans la Salle de conférence 0008 de l’Hôpital régional d’Edmundston.

La conférence sera donnée par Luc Martin, professeur au Département de biologie de l’Université de Moncton.

Résumé
Les facteurs de transcription Sox, Sry et Sox9 sont connus pour jouer un rôle important dans la détermination et la différenciation du sexe chez les mammifères. Plus de 20 membres ont été caractérisés, dont bon nombre sont exprimés dans le testicule. Pour assurer leur spécificité d’action, les protéines Sox comptent sur le recrutement de partenaires et les modifications post-traductionnelles. Cependant, leur rôle dans la régulation transcriptionnelle de gènes importants pour la fonction du testicule adulte reste à définir. Les facteurs Sox pourraient jouer un rôle dans la régulation de la stéroïdogenèse dans les cellules de Leydig. Ces cellules fournissent la testostérone, importante pour le maintien de la fertilité et la limitation des symptômes associés à l’andropause chez l’homme adulte. Comme dans d’autres tissus, les membres Sox pourraient être fonctionnellement redondants dans les cellules de Leydig, expliquant l’absence de phénotypes associés à la stéroïdogenèse chez les modèles de souris déficientes pour certains facteurs Sox. Lors de cet exposé, les derniers résultats obtenus sur les facteurs Sox exprimés dans les gonades mâles chez les rongeurs, les gènes qu’ils régulent et les mécanismes en cause seront abordés.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14902
Agrandir l'image
La photo nous fait voir, de gauche à droite, Jeremy Hayhoe, président du jury et directeur du Département d’histoire et de géographie; Gregory Kennedy, membre du jury et professeur au Département d’histoire et de géographie; Marc Alain Bonenfant et Jean-Luc Bonnaud, directeur de la thèse et professeur au Département d’histoire et de géographie. John V. Drendel, examinateur externe, professeur d’histoire à l’UQAM, était absent au moment où la photo fut prise.
Marc Alain Bonenfant soutient avec succès sa thèse de maîtrise
Le jeudi 29 mai dernier, Marc Alain Bonenfant a soutenu avec succès sa thèse de maîtrise en histoire. Sa thèse a pour titre «L’influence des croisades sur l’art de la guerre en Occident aux XIIIe et XIVe siècles : antériorités et impacts ».

La thèse porte sur les avancées et les adaptations militaires faites par les armées parties en croisade au XIIIe siècle et sur l'influence qu'elles eurent sur l'art de la guerre en Europe de 1250 à 1350. Elle s'insère dans l'historiographie récente examinant la guerre médiévale sous de nouveaux angles et affirmant qu'il y avait véritablement à cette époque un savoir militaire. Cette étude soutient toutefois que, contrairement aux nombreuses hypothèses avancées par les historiens, le renouveau martial ne se fit pas uniquement lors de la guerre de Cent Ans, mais que l'on retrace plutôt les débuts de son évolution dès les croisades.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14888
Soutenance de thèse de maîtrise en science infirmière
Les membres de la communauté universitaire sont cordialement invités à la soutenance de thèse de maîtrise en science infirmière de Latifa Saidi, le vendredi 13 juin à 10 heures, dans le local 164 du pavillon Jacqueline-Bouchard au campus de Moncton. Sous la direction du professeur Pierre Godbout, la thèse a pour titre «Étude de deux marqueurs de difficulté de mise en place de l’allaitement maternel».
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14879
Agrandir l'image
La photo prise le jour de la soutenance de thèse nous fait voir, de gauche à droite, Jeremy Hayhoe, président du jury et directeur du Département d’histoire et de géographie; André Duguay, Nelson Ouellet, directeur de la thèse et professeur au Département d’histoire et de géographie; Béatrice Craig, professeure d’histoire à l’Université d’Ottawa, et Gregory Kennedy, membre du jury et professeur au Département d’histoire et de géographie.
André Duguay a soutenu avec succès sa thèse de maîtrise en histoire
André Duguay a soutenu avec succès sa thèse de maîtrise en histoire, le vendredi 30 mai dernier. Sa thèse a pour titre « Les Amérindiens des Maritimes et l’évolution d’une tradition migratoire (1941-1953) ».

Son travail offre une perspective nouvelle de l’histoire des migrations des Amérindiens des Maritimes, plus particulièrement celle qui les mena aux États-Unis durant la Deuxième Guerre mondiale et au début de la guerre froide. Grâce à l’étude de fiches de passage à la frontière américaine et de rapports annuels d’agents gouvernementaux responsables des « affaires indiennes », la thèse permet de découvrir les individus, les facteurs et les stratégies qui se trouvent au centre d’un mouvement migratoire méconnu.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14896
Agrandir l'image
La photo nous fait voir, de gauche à droite, Anita Boudreau, présidente de la Société historique de la Vallée de Memramcook; Fernand Arsenault, président d’honneur du 150e de la fondation du Collège Saint-Joseph; Bernard LeBlanc, député provincial de la circonscription de Memramcook-Lakeville; Claude Boudreau, directeur général de la Société du Monument-Lefebvre et coprésident du comité du 150e de la fondation du Collège Saint-Joseph; Christine Dupuis, coordonnatrice du 150e de la fondation du Collège Saint-Joseph; Bernard Poirier, coprésident du comité du 150e de la fondation du Collège Saint-Joseph; Donald O. LeBlanc, maire du Village de Memramcook; le frère Walter Comeau, représentant de la congrégation Sainte-Croix, et Gérard LeBlanc, concepteur de la plaque commémorative.
La vie du père Camille Lefebvre est célébrée à Memramcook
La vie du père Camille Lefebvre, fondateur du Collège Saint-Joseph il y a 150 ans, a été célébrée récemment à Memramcook.

Au cours de la fin de semaine des 7 et 8 juin, la congrégation des pères Sainte-Croix a rendu hommage à l’œuvre du père Lefebvre dans le cadre d’une cérémonie célébrée en l’Église Saint-Thomas. Suivant l’hommage, la Société culturelle de la Vallée de Memramcook a remis le Prix Éloi, qui honore la mémoire du violoneux Éloi à Protais LeBlanc. Cette année, les lauréats sont soeur Cécile LeBlanc, père Emery Brien et le père Léandre Brault.

La Société historique de la Vallée de Memramcook a aussi procédé au dévoilement d’une plaque commémorative. Expliquant l’histoire et l’importance du Collège Saint-Joseph, cette plaque a été installée à la gauche de la statue du père Camille Lefebvre, devant l’édifice de l’ancien Collège.

Plus d’une trentaine d’activités auront lieu pendant l’année 2014 à Memramcook afin de célébrer la fondation du Collège Saint-Joseph, la première institution d’éducation supérieure de langue française dans les Provinces atlantiques. Plus de 1 500 Acadiens sont diplômés de cet établissement d’enseignement qui a précédé l’Université de Moncton et plus de 15 000 ont suivi les programmes du Collège.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14882
Camps de musique offerts à l’Université de Moncton cet été
Le Département de musique de l’Université de Moncton offrira deux camps de musique cet été pour les jeunes. Les deux semaines de camps seront centrées sur la musique de chambre, c’est-à-dire la musique pour petits ensembles. Les élèves âgés de 13 à 22 ans ayant un minimum de deux ans d’enseignement en musique ou qui font partie d’une harmonie scolaire sont invités à y participer.

La première semaine, du 7 au 12 juillet, est destinée aux instrumentistes en guitare, voix, saxophone, violon, percussion, piano, cuivres ou en composition. Les étudiantes et les étudiants auront la chance de travailler avec des maîtres en musique et professeurs du Département de musique de l’Université de Moncton. L’atelier « Les Maîtres des Vents », sous la supervision du quintette à vent Ventus Machina sera présenté lors de la deuxième semaine de camp, du 14 au 18 juillet.

Remplies de plaisir et de défis, les deux semaines sont conçues pour aider les élèves à élever leur niveau musical grâce à la compréhension de la relation entre le corps et l’esprit, le développement d’éléments fondamentaux comme la production de son et la technique, de même que l’exposition à un répertoire nouveau et inspirant. Les élèves recevront des cours privés donnés par les spécialistes du Département de musique, ainsi que de la formation en groupe dans le contexte de musique de chambre.

Chacune des semaines se terminera avec un récital ouvert au public à la salle Neil-Michaud de l’Université de Moncton. Le coût est de 350 $, si l’inscription se fait avant le 14 juin, ou de 375 $ après cette date. Un prix spécial est accordé si deux enfants de la même famille fréquentent le camp ou si un enfant désire fréquenter les deux camps.

Pour plus de détails ou pour vous inscrire, visitez le www.umoncton.ca/umcm-fass-musique ou communiquez avec la professeure Monique Richard à monique.richard@umoncton.ca ou par téléphone au (506) 858-4020.
Pour plus de renseignements, cliquez sur ce lien.

Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14892
La Marche de la vie pour la réadaptation cardiaque aura lieu le samedi 6 septembre
Une marche/course pour amasser des fonds pour le programme de réadaptation cardiaque Coeur en santé aura lieu le samedi 6 septembre au stade extérieur du campus de Moncton.

Il y aura une marche de trois kilomètres, une course de cinq kilomètres et, pour les enfants, une course de 400 mètres et d’un kilomètre.

L'inscription se fera sur place à compter de 8 h 30 et la course commencera à 9 h 45 pour les enfants et à 10 heures pour les adultes. Vous pouvez vous inscrire dès maintenant à l’adresse www.coeurensante.org

Le coût d'inscription est de 30 $ par personne et de 5 $ pour les enfants âgés de 14 ans et moins.

Si vous ne pouvez participer mais que vous êtes intéressé de faire une contribution au programme, vous pouvez le faire en visitant le site www.chudumont.ca. Vous devez inscrire «Cœur en santé» dans la case «Message/instruction». Vous pouvez aussi faire votre contribution en personne en vous présentant au local 136 du Ceps Louis-J.-Robichaud entre 7 heures et 15 heures du lundi au vendredi ou par la poste à l'adresse Programme Coeur en santé, Ceps, local 136, Université de Moncton, Moncton, N.-B., E1A 3E9.

Des reçus pour usage fiscale seront remis pour une contribution de 10 $ ou plus.

Venez en grand nombre et courez la chance de remporter l’un des prix de présence. Les 125 premières personnes à s’inscrire recevront un t-shirt.

Renseignements : 858-3779.
Pour plus de renseignements, cliquez sur ce lien.

Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14880
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.