Bulletin Cyber-Bulletin
Université de Moncton
Précédent Pause Suivant
  Campus de Moncton  
 
Quelques définitions

Données géospatiales

Les données géospatiales consistent en de l’information sur la configuration et la localisation d'objets et d'événements sur la surface terrestre. Elles sont normalement utilisées à l'aide d'un logiciel de SIG (système d’information géographique) tel que ArcView, ArcInfo, Caris ou MapInfo. Deux types de données géospatiales existent : les données vectorielles et les données matricielles.

Données vectorielles

Les données vectorielles sont des données représentant des entités géographiques s’exprimant en coordonnées x, y sous forme de points, de lignes et de polygones organisés en couches d'information. Ainsi, sur une carte du Nouveau-Brunswick, les villes seraient symbolisées par des points, les rivières et le réseau routier par des lignes et les comtés par des polygones. Chaque couche d’information possède une table dans laquelle chaque entité géographique possède un numéro d’identification unique ainsi qu’une description faite à l’aide d’attributs. Par exemple dans la couche hydrographie, les attributs du Lac Jones (Moncton) pourraient être son nom, sa superficie, sa profondeur, etc.

Les formats E00 (Arc/Info Export), SHAPE (ArcView, ArcInfo), MID/MIF (format d’exportation de MapInfo), TAB (MapInfo), NTX (Format d’exportation de Caris) et DXF sont à titre d’exemple des formats de données vectorielles.

Données matricielles

Les données matricielles sont basées sur une méthode de représentation des éléments géographiques selon une grille cellulaire (matrice) constituée de rangées et de colonnes où une certaine valeur est attribuée à chaque cellule (ou pixel). Les cellules ayant la même valeur représentent normalement la même entité géographique. Les orthophotos numériques, les images satellites ainsi que les images créées par le processus de numérisation sont composées de données matricielles.

Les fichiers TIF, GIF, JPG et BMP sont des exemples de formats de données matricielles. Pour être intégrées dans un SIG, les données matricielles doivent être géoréférencées.

Les S.I.G.

Les systèmes d'information géographiques (S.I.G.) utilisent les technologies récentes de l'informatique, de la cartographie et de la géographie permettant de rassembler, de manipuler, d'analyser et de représenter graphiquement (en produisant des cartes notamment) des données géospatiales. (Source : Étude internationale sur le lac Ontario et le fleuve Saint-Laurent)

 

Liens rapides

 

 
 
 
 

 

Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Partager
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.