Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Jeudi 23 Février 2017

François Paré a prononcé une conférence aux Vendredis midis de l’IEA

La photo nous fait voir, de gauche à droite, Corina Crainic, directrice scientifique intérimaire à l’Institut d’études acadiennes; François Paré, conférencier et professeur émérite au Département d’études françaises de l’Université de Waterloo; et André Samson, vice-recteur à l’enseignement et à la recherche.
Agrandir l'image
Dans le cadre de la série des Vendredis midis de l’IEA, François Paré, professeur titulaire au Département d’études françaises à l’Université de Waterloo, a prononcé une conférence intitulée « Acadie-Antilles : écrire autour des grands exils » le 3 février dernier.

La conférence a cerné le rôle de la littérature entre 1980 et maintenant en Acadie et dans les Antilles (Martinique-Guadeloupe) dans son rapport complexe avec le passé collectif, celui de la déportation dans le cas acadien et celui de l'esclavage en ce qui concerne les textes antillais.

Le conférencier est parti de la notion de « détour », élaborée par Édouard Glissant, pour en faire voir les mécanismes d'évitement du passé. La première partie portait sur cette question théorique, liée à l'effacement de l'origine. Dans la deuxième partie de la conférence, le conférencier a présenté une lecture des stratégies de contournement des « grands exils » (déportation de la population acadienne, migrations forcées des Africains) dans certaines oeuvres de Daniel Maximin (Guadeloupe) et de France Daigle (Acadie).

La conférence est disponible en intégralité sur le Web à l’adresse https://www.youtube.com/watch?v=gBDhnXX2GG8&feature=youtu.be.
Source : Service des communications, affaires publiques et marketing
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.