Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mardi 17 Janvier 2017

Un cours de géographie de l’Université de Moncton prisé par des acteurs régionaux

La photo nous fait voir des participantes et participants au cours GEOG-3203 Développement territorial accompagnés du professeur Majella Simard du Département d’histoire et de géographie.
Agrandir l'image
Au semestre d’hiver 2017, huit acteurs, provenant essentiellement des commissions de services régionaux du Nouveau-Brunswick, sont inscrits au cours GEOG-3203 Développement territorial dispensé par Majella Simard, professeur au Département d’histoire et de géographie de l’Université de Moncton.

Pour accommoder ces intervenants, le cours est offert toute la journée à raison d’un mardi sur deux. Les séances donnent lieu à des échanges très enrichissants pour l’ensemble des participants. « C’est une chance inouïe pour nos étudiantes et étudiants réguliers en géographie de pouvoir échanger avec ces acteurs. Les acteurs locaux et régionaux connaissent très bien leurs dossiers. Par conséquent, ils sont en mesure de cibler adéquatement les enjeux en matière d’aménagement du territoire et de développement régional au Nouveau-Brunswick », affirme le professeur Simard.

Le principal motif qui a incité ces intervenants à suivre ce cours tient à l’enrichissement de leurs connaissances. Depuis quelques années, la géographie, et en particulier le développement territorial, est une discipline en pleine effervescence en raison de son aspect multidisciplinaire qui se reflète par les nombreux des défis auxquels le Nouveau-Brunswick est confronté en ce domaine. « La perte de services de proximité en milieu rural, l’essor de l’économie sociale, les migrations nord-sud, le vieillissement de la population, les disparités régionales, les conflits d’usage dans l’exploitation des ressources, les problèmes liés à la gouvernance, la pleine municipalisation de la province, l’acceptabilité sociale de certains projets, la préservation du patrimoine bâti et du paysage sont autant de thèmes qui sont abordés dans le cadre du cours et qui constituent des dossiers très chauds au Nouveau-Brunswick où tout est à construire en matière de développement territorial », rappelle M. Simard.

De plus, selon le professeur Simard, en raison du rôle de leader qu’ils exercent au sein de leur milieu respectif, les acteurs locaux et régionaux sont susceptibles de devenir de véritables ambassadeurs et ainsi influencer le gouvernement du Nouveau-Brunswick à mettre en place une politique de développement territorial adaptée à la réalité de leur milieu respectif. « Les projets des différents acteurs sont louables, mais il importe que ceux-ci s’articulent dans une démarche plus globale si l’on souhaite parvenir à un développement plus harmonieux et surtout plus durable de la province », a-t-il mentionné.

Majella Simard souligne également que le succès de cette initiative de recrutement reflète probablement un besoin à combler en matière de formation dans le domaine du développement régional au Nouveau-Brunswick en plus de mieux faire connaître la géographie, dont les perspectives d’emplois sont des plus reluisantes.
Source : Service des communications, affaires publiques et marketing
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.