Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Jeudi 05 Juin 2008

5 juin - De Châtellerault à Edmundston pour comparer les systèmes de santé et d'enseignement

La veille de son départ pour la France, Véronique Jarry, a accepté de se faire photographier avec quelques membres du corps professoral du Secteur science infirmière de l'UMCE. De gauche à droite, Anne Charron, France L. Marquis (chef du secteur), France Chassé, Véronique Jarry (stagiaire), Patricia Cormier, Tina Emond et Rinette Côté.
Agrandir l'image
*** Ce document souscrit aux règles de la nouvelle orthographe ***

Communiqué de presse

- Pour diffusion immédiate -

le vendredi 6 juin 2008

De Châtellerault à Edmundston pour comparer les systèmes de santé et d'enseignement infirmier

EDMUNDSTON, N.-B. - Le Secteur science infirmière de l'Université de Moncton, campus d'Edmundston (UMCE), a accueilli le mois dernier une stagiaire de Châtellerault, en France, dont la tâche était d'observer et de comparer, entre autres, les systèmes de santé et d'enseignement de la science infirmière des deux pays.

Malgré un séjour éphémère (12 jours), Véronique Jarry a su noter les différences entre les deux systèmes.

« En France, la formation en science infirmière est offerte par des écoles régionales et non des universités. Au campus d'Edmundston, avec 15 étudiantes et étudiants sortants, il est évident que l'encadrement et les relations entre les professeures et les étudiants sont sans pareil, ce qui n'est pas le cas dans nos écoles en France avec nos grandes promotions annuelles », a-t-elle fait part.

« La culture institutionnelle est également différente, a noté Mme Jary. J'ai noté chez vous (Hôpital régional d'Edmundston) une plus grande qualité d'accueil, qu'il s'agisse des soins primaires ou communautaires. »

Elle a passé une journée au bloc opératoire de l'Hôpital régional d'Edmundston. « J'ai remarqué que l'organisation est différente de chez nous, mais l'intervention et la prise en charge du patient sont à quelques points près similaires », a précisé Mme Jary, en prenant soin d'ajouter que le temps d'hospitalisation à Edmundston était nettement plus court qu'en France.

La stagiaire de l'École des cadres de santé de Poitiers est infirmière de bloc opératoire. Afin d'accéder à un poste de responsable de service de soins en France, il faut, au préalable, réaliser un stage à l'étranger. Son séjour à Edmundston s'est concrétisé grâce à la collaboration du Conseil général de la Vienne qui souhaitait développer des programmes d'échanges d'étudiants en formation infirmière.

« C'est mon premier séjour au Canada et j'ai été ravie par la chaleur des gens du Madawaska et les professeures du Secteur science infirmière. J'ai eu l'occasion d'en apprendre beaucoup en peu de temps puisque j'ai été accueillie dans la famille de la chef de secteur, France Marquis », a-t-elle signalé.

Le Secteur science infirmière de l'UMCE jouit d'une grande notoriété grâce à la qualité de l'enseignement, de l'encadrement et de la vie étudiante. La possibilité de réaliser des stages à l'étranger est également très appréciée par les étudiantes et étudiants. Les diplômées et diplômés du programme occupent avec compétence des postes en soin infirmier un peu partout au pays et dans l'est des États-Unis.

- 30 -

Source : Hugues Chiasson, coordonnateur des communications (506-737-5034)
Source : Service des communications, Campus d'Edmundston
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.