Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mardi 25 Mars 2008

Des parcours intéressants après l'obtention du DSS

Sur la photo, on peut voir Steve Gibbs travaillant en équipe au laboratoire de chimie lors de son passage à l’UMCS.
Agrandir l'image
De nos jours, il n'est pas rare de rencontrer un médecin, un pharmacien, un optométriste, un ergothérapeute et autres professionnels de la santé qui ont commencé leurs études postsecondaires à l’Université de Moncton, campus de Shippagan (UMCS). Lorsqu’on les interroge à ce sujet, ils vont vite confirmer qu’ils conservent un souvenir impérissable de leur séjour de deux ans à Shippagan.

Nous avons obtenu la même réponse de trois étudiants qui sont passés par le programme en DSS de l’UMCS. Deux d’entre eux poursuivent actuellement leurs études en médecine au Québec. Il s’agit de Steve Gibbs, qui fréquente l’Université de Montréal, et Stéphane Godin, qui étudie à l’Université de Sherbrooke. Quant à Danny Godin, il pratique la médecine à l’hôpital Georges-Dumont à Moncton. Nous nous sommes entretenus avec eux récemment, question de savoir comment ça se passe depuis qu’ils ont quitté Shippagan.

Steve s’intéresse beaucoup à la recherche

À l’Université de Montréal depuis l’an 2000, Steve Gibbs, de Bathurst, s’est concentré, de 2003 à 2006, sur un important travail de recherche sur « les convulsions fébriles. « Au départ, je voulais voir si c’était un domaine qui pouvait m’intéresser et j’ai vraiment aimé cela », a indiqué celui qui a été à l’UMCS de 1998 à 2000.

Si tout va pour le mieux, Steve aura en poche un Doctorat en recherche (PH.D) et un Doctorat en médecine lorsqu’il aura complété ses études. Mais pour le moment, c’est loin d’être terminé. « J’ai pris la décision de m’engager un autre cinq ans pour obtenir une spécialisation. Je veux avoir une « résidence en neurologie ». Cela signifie qu’il demeurera à l’Université de Montréal jusqu’en 2013 après avoir complété 15 années d’études universitaires.

Dans le moment, Steve Gibbs ignore toujours s’il viendra pratiquer la médecine dans sa province natale, le Nouveau-Brunswick. Tout dépendra des offres qui se présenteront à lui et de sa situation personnelle à ce moment précis.

Rendu sur le marché du travail, il n’est pas dit qu’il va consacrer tout son temps à la médecine proprement dite. En raison de ses qualifications, il pourrait réserver une partie de son temps à explorer le domaine de la recherche. « Disons que ça me donne un outil de plus devant mon futur employeur. »

Pour ce qui est de son passage à l’Université de Moncton, campus de Shippagan, Steve n’a que des bons mots à l’endroit de l’institution. « Je me souviens encore de mes belles rencontres avec les étudiants. Je me suis fait de nouveaux amis et j’ai bien aimé mon rapport avec les professeurs. Finalement, lorsque je pense à Shippagan, je pense surtout que nous formions une grande famille. »

Stéphane Godin veut obtenir une résidence en psychiatrie

Stéphane Godin a étudié en DSS à l’UMCS, de 1999 à 2001. Il est présentement à l’Université de Sherbrooke. De son passage à Shippagan, il parle d’une ambiance calme et relaxe où tout le monde finit par se connaître.

« J’avais des amis sur lesquels je pouvais compter durant mes études et pour m’accompagner de temps à autre au club étudiant, le Baccus », a-t-il dit avec une pointe d’humour. Je me souviens aussi des professeurs qui étaient presque toujours disponibles pour répondre à nos questions. Ce fut vraiment une belle période de ma vie ». À Sherbrooke, Stéphane se dirige vers une spécialisation en médecine. Il entame actuellement sa 3e année de résidence en psychiatrie. S’il ne rencontre pas d’embûche sur son chemin, il complétera ses études en juillet 2010. À ce moment-ci, il ne peut se prononcer à savoir s’il pratiquera la médecine au Nouveau-Brunswick. «Actuellement, il y a plusieurs points d’interrogation. Disons que je considère diverses possibilités tant au Nouveau-Brunswick qu’au Québec. Mais je finirai par me brancher en temps et lieu. »

Pour ce qui est du programme en DSS à l’UMCS, Stéphane n’y voit que du positif. À son premier semestre du programme de médecine, il mentionne qu’il a révisé des concepts de sciences de base déjà vus à Shippagan. « Je me sentais aussi bien préparé que mes collègues québécois ayant fait le cégep. Cela en dit long sur la qualité du programme à l’UMCS », a conclu notre futur médecin.

Danny Godin est un urgentologue dans l’âme

Pour sa part, Danny Godin, de Sainte-Marie-Saint-Raphaël, pratique la médecine depuis 2004 à l’hôpital Georges-Dumont, à Moncton. Il est urgentologue et il dit adorer son travail. «C’est certain que c’est un endroit particulier en raison du nombre de patients qui peuvent circuler durant une journée et que nous traitons souvent des maladies aiguës. Vous comprendrez que nous pouvons vivre des situations délicates et stressantes. Malgré tout, c’est un travail qui me passionne au plus haut point. J’ai l’occasion de relever beaucoup de défis sur le plan professionnel. »

Une autre facette de son travail qu’il affectionne particulièrement est le côté pédagogique. En effet, en raison de la présence d’une École de médecine à Moncton, Danny a la chance d’enseigner à un certain nombre d’étudiants. « Régulièrement, à l’urgence, j’ai des futurs médecins à mes côtés. La plupart d’entre eux mettent immédiatement leurs connaissances en pratique et je supervise leur travail. C’est un aspect qui me plaît beaucoup, car il me permet de parler continuellement de médecine et d’échanger avec de futurs collègues. »

Avant d’aboutir à Moncton, Danny Godin a fait un beau parcours d’une dizaine d’années comme étudiant universitaire. Il se souvient d’ailleurs très bien de ses deux années (1994 à 1996) à l’Université de Moncton, campus de Shippagan. «J’ai beaucoup apprécié mon expérience à l’UMCS. C’est un excellent campus où l’ambiance est exceptionnelle. J’ai eu la chance de tisser des liens très étroits avec les étudiants et les professeurs. À Shippagan, tu es considéré comme une personne et non comme un numéro. »

Ensuite, Danny a pris la direction de l’Université de Montréal pour cinq ans. Il a obtenu son doctorat en médecine. Il a poursuivi ses études pour deux autres années (2001 à 2003) à l’hôpital Georges-Dumont, où il a fait une résidence en médecine familiale. Il a bouclé la boucle l’année suivante en se rendant à l’Université de Sherbrooke pour obtenir sa certification en médecine d’urgence.

Danny Godin se dit très heureux à Moncton, ce qui ne l’empêche pas de garder contact avec la Péninsule acadienne. « Je descends de temps à autre dans la région voir ma famille et mes amis.»
Source : Service des communications, Campus de Shippagan
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.