Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Lundi 05 Décembre 2016

Une histoire de partage de soins parentaux publiée dans la revue Nature par des professeurs de l’Université de Moncton

Pluvier argenté mâle ayant quitté son nid afin d’attaquer un prédateur potentiel, le renard arctique.
Agrandir l'image
Nicolas Lecomte, professeur au Département de biologie et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en écologie polaire et boréale, et Marie-André Giroux, professeure au Département de chimie et biochimie et titulaire de la Chaire de recherche K.-C.-Irving en sciences de l’environnement et développement durable, viennent de publier un article dans la prestigieuse revue Nature.

« Comment les parents se partagent-ils les tâches de soins aux jeunes ? » est une question tout aussi importante dans les sociétés humaines que chez les espèces vivant en milieu naturel.

Comme chez les humains, l’investissement dans les soins fournis aux jeunes oiseaux est généralement fourni par les deux parents. Une équipe de 76 chercheuses et chercheurs provenant de 16 pays, incluant une professeure et un professeur de la Faculté des sciences de l’Université de Moncton, se sont associés pour déterminer comment les parents de 32 espèces d’oiseaux de rivage se synchronisent durant l’incubation de leurs œufs.

Chez les oiseaux, cette période de la reproduction est particulièrement sensible; les œufs ne peuvent être laissés seuls très longtemps, au risque d’être consommés par les prédateurs ou de ne pas éclore si la température n’est pas maintenue dans un intervalle optimal.

Cette étude, qui vient d’être publiée dans la prestigieuse revue Nature, a permis de dévoiler une diversité remarquable dans la façon dont les oiseaux ajustent leur comportement de partage des responsabilités parentales durant l’incubation. Tandis que certains couples se relayaient toutes les heures, d’autres échangeaient seulement toutes les 24 voire 50 heures. De telles variations dans les patrons d’incubation seraient régies par les stratégies d’évitement des prédateurs. Comparativement aux oiseaux qui repoussent les prédateurs en les attaquant, les oiseaux ayant un plumage qui leur permet de se camoufler dans leur environnement incubaient en continu durant de plus longues périodes, évitant probablement de révéler la localisation de leur nid aux prédateurs.

Il reste de nombreuses questions à élucider pour mieux comprendre la façon dont fonctionnent les alternances des soins parentaux chez ces espèces. Un partenaire impose-t-il son rythme de l'autre, ou les paires négocient-elles et trouvent-elles un compromis? Peut-être que les parents humains connaissent la réponse…

Cette étude n’aurait pu être réalisée sans l’esprit collaboratif de la communauté des chercheuses et chercheurs travaillant sur les oiseaux de rivage à une échelle internationale. Cette même approche permet présentement à ce réseau de chercheuses et chercheurs d’étudier une problématique de conservation criante, soit le déclin généralisé des populations d’oiseaux de rivage à une échelle globale.

Un tel déclin pourrait avoir des impacts concrets dans les Maritimes. En effet, les populations d’oiseaux de rivage qui passent chaque année par la baie de Fundy contribuent aux économies locales et régionales via les lucratives activités d’écotourisme associées à l’observation d’oiseaux. Ainsi, les études internationales en cours permettront sans aucun doute de mieux appréhender les changements en cours dans des populations d’oiseaux qui font partie intégrante de l’offre écotouristique de la région.

Lien vers l’article : http://www.nature.com/nature/journal/vaop/ncurrent/full/nature20563.html

En version libre accès: http://biorxiv.org/content/early/2016/11/23/084806
Source : Service des communications, affaires publiques et marketing
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.