Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Vendredi 14 Octobre 2016

La sécurité de l’information et l’apprentissage profond : objet d’un travail de recherche novateur publié

Catherine Paulin, étudiante en maitrise
Agrandir l'image
La sécurité de l’information est un enjeu majeur pour les sociétés d’aujourd’hui. Cet enjeu est au sommet des priorités de toute organisation dans le contexte d’une croissance sans commune mesure des cybercrimes et de la complexité des réseaux de communication. Des technologies de rupture telles que l’infonuagique et le big data ont vu le jour et présagent l’émergence de défis inédits en termes d’efficacité des contre-mesures proposées pour protéger les données névralgiques.

Dans le cadre de sa thèse de maitrise supervisée par le professeur Sid Ahmed Selouani, de l’Université de Moncton, campus de Shippagan (UMCS), et cosupervisée par le professeur Éric Hervet, du département d’informatique de l’Université de Moncton, Catherine Paulin s’est intéressée à un aspect de cette problématique en explorant les techniques permettant de détecter des communications suspectes qui pourraient être transmise par un support médiatique légal tel un message audio, un fichier image ou une vidéo. Le terrain d’application de Catherine consistait à assurer la détection de messages cachés par des cybercriminels dans des messages audio. Cette opération s’appelle dans le jargon technique la « stéganalyse ». Pour atteindre cet objectif, une approche utilisant l’apprentissage profond a été proposée et validée. Les techniques d’apprentissage profond sont aujourd’hui à la base des systèmes d’intelligence artificielle qui regroupent l’ensemble des algorithmes qui permettent de modéliser un haut niveau d’abstraction des données. Ces méthodes sont aujourd’hui le substrat des recherches de pointe effectuées par les départements d’intelligence artificielle des compagnies telles que Facebook ou Google à travers les projets FAIR-Facebook Artificial Intelligence Research et Google Brain.

Les résultats des travaux de Catherine ont fait l’objet d’un article publié en septembre 2016 dans International Journal of Speech Technology de Springer intitulé : Audio steganalysis using deep belief networks. L’article est accessible en utilisant le lien :

http://link.springer.com/article/10.1007/s10772-016-9352-6

Catherine mène ses recherches au laboratoire de recherche en interaction humain-système (LARIHS) de l’UMCS, lesquelles sont financées par une subvention du Conseil de recherche en sciences naturelles et génie (CRSNG) consentie au professeur Selouani.
Source : Service des communications, Campus de Shippagan
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.