Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mercredi 08 Juin 2016

Le prix Ken Bowers est remis à Margaux Roch-Gagné

Agrandir l'image
Margaux Roch-Gagné, étudiante au doctorat professionnel en psychologie à l’École de psychologie de l’Université de Moncton, est récipiendaire du prix Ken Bowers de la Société canadienne de psychologie.

La Section de psychologie clinique évalue, chaque année, les communications soumises par les étudiantes et étudiants pour une présentation au congrès annuel de la Société canadienne de psychologie et décerne un certificat et une bourse de 1 000 $ à l’étudiante ou l’étudiant ayant soumis la communication la plus méritoire. Madame Roch-Gagné a soumis les résultats de sa thèse intitulée « Étude de faisabilité sur le traitement de symptômes d’anxiété généralisée à l’aide d’une thérapie par Internet d’exposition par l’écriture » et réalisée sous la direction de la professeure et psychologue France Talbot. Sa communication a été retenue pour son originalité, son aspect appliqué et sa valeur à titre de contribution à la recherche clinique.

L’étude de madame Roch-Gagné, subventionnée par la Faculté des études supérieures et de la recherche et faisant l’objet d’une bourse d’études supérieures du Nouveau-Brunswick STGM et Innovation sociale, visait à améliorer la gestion de l’inquiétude à l’aide de l’exposition par l’écriture.

La réaction normale face à une situation qui cause de l’anxiété est de l’éviter. Dans certaines situations, une réaction d’évitement est déclenchée même s’il est peu probable qu’un danger se produise. La recherche montre que dans ce cas, l’évitement n’est pas utile à long terme et qu’en fait, il maintient l’anxiété. L’exposition implique de faire face à ces situations au lieu de répondre par l’évitement. En faisant face aux situations anxiogènes de façon répétée, l’anxiété finit par diminuer. Il s’agit d’une technique de thérapie cognitivo-comportementale efficace pour la gestion de l’anxiété.

Dans l’étude de madame Roch-Gagné, l’écriture a été utilisée comme méthode d’exposition. Le programme de thérapie développé, nommé À-tête-reposée, était d’une durée de six semaines et a été offert en français et en anglais à travers le Nouveau-Brunswick. Il comportait un module psychoéducationnel et cinq séances hebdomadaires d’écriture de 30 minutes chacune. Les participantes et participants recevaient chaque semaine des courriels leur offrant des directives et du soutien ainsi que des questionnaires à compléter. Les résultats obtenus auprès de 45 participantes et participants offrent un appui préliminaire à l’utilisation d’un tel programme de thérapie.

La thèse de madame Roch-Gagné s’inscrit dans le cadre d’une série de recherches menées au Laboratoire de psychologie clinique de l’adulte, visant à faciliter l’accès aux traitements psychologiques fondés sur des données probantes à l’aide de thérapies à distance.
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.