Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Dimanche 22 Mai 2016

Une 64e Collation des grades réussie à l’UMCE

Chantal Hébert, au centre, a obtenu un doctorat honorifique en information-communication. Elle est accompagnée de Lynne Castonguay, secrétaire générale de l’Université de Moncton, et de Jean-Claude Savoie, chancelier de l’Université. (Photo Michel Carrier, MPA)
Agrandir l'image
L’Université de Moncton a remis 69 diplômes et certificats lors de la 64e collation des grades du campus d’Edmundston, présentée le samedi 21 mai à la polyvalente Cité des jeunes A.-M.-Sormany d’Edmundston.

L’Université a conféré un doctorat honoris causa en information-communication à Chantal Hébert. Originaire d’Ottawa, elle est une journaliste qui se démarque par ses analyses précises et tranchantes. La justesse de ses propos et ses connaissances en politique fédérale et québécoise font d’elle une référence incontournable dans le domaine.

Des diplômes et certificats ont été remis à 50 étudiantes et étudiants finissants du campus d'Edmundston, tant à l'Éducation permanente qu'aux cours réguliers, dans les programmes suivants : les baccalauréats ès arts multidisciplinaire, en commerce, en science infirmière et en sciences forestières – régime régulier, le diplôme des sciences de la santé ainsi que les certificats en gestion des services financiers, de management et d’éducation des adultes.

Dix-neuf étudiantes et étudiants sortants du campus de Moncton demeurant dans la région du nord-ouest de la province ont reçu leur parchemin au campus d'Edmundston.

Le recteur et vice-chancelier de l’Université de Moncton, Raymond Théberge, a remis des prix d'excellence à quatre diplômées qui ont maintenu la plus haute moyenne dans leur programme d’études, soit Mathieu Lemieux, de Saint-Michel (baccalauréat ès arts multidisciplinaire), Catherine Gagné, de Québec (baccalauréat en sciences forestières), Marie-Lyne Bourque, d’Edmundston (diplôme des sciences de la santé), et Julie Bédard, d’Edmundston (baccalauréat en science infirmière).

La médaille d’or de l’Institut forestier du Canada a été remise à Stéphane Dufour, de Grand-Sault. Cette médaille est attribuée à une ou un diplômé reconnu pour son dynamisme, tout au long de ses études, dans les domaines académiques et civiques.

Deux prix d’excellence ont été attribués à des professeurs (voir autre texte), une première à l’UMCE. Les deux récipiendaires sont issus du Secteur éducation et kinésiologie, soit Robert Levesque (prix d’excellence en enseignement) et Renée Guimond Plourde (prix d’excellence en encadrement).

Mathieu Lemieux était le porte-parole des diplômées et diplômés. La messe des étudiantes et étudiants sortants, célébrée en l'église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs d’Edmundston, a précédé la cérémonie de la collation.

Chantal Hébert
Madame Chantal Hébert est diplômée en science politique du Collège universitaire Glendon de l’Université York. Elle a entamé sa carrière en 1975 comme journaliste à Radio-Canada, d’abord à Toronto, puis sur la colline parlementaire. Elle a ensuite été chef du bureau parlementaire pour les quotidiens La Presse et Le Devoir. Aujourd’hui, travaillant tant dans le milieu anglophone que francophone, elle est chroniqueuse politique des affaires nationales au journal Toronto Star. À cela s’ajoute, entre autres, les contributions suivantes : chroniqueuse invitée au quotidien Le Devoir, au quotidien L’Acadie Nouvelle et à la revue L’Actualité, membre de la table ronde de l’émission At Issue à la CBC et Les Coulisses du pouvoir à ICI Radio-Canada.

Madame Hébert jouit depuis longtemps d’une crédibilité incontestable. D’ailleurs, elle est l’une des analystes politiques les plus chevronnées et influentes au Canada. Elle est connue pour sa passion, son intégrité et son audace. Elle s’est taillée une place indéniable dans un monde, jusque là, presque exclusivement réservé aux hommes. En fait, elle a ouvert le monde du journalisme politique aux femmes et a influencé l’arrivée des femmes en politique, même si ces domaines demeurent encore aujourd’hui typiquement masculins.

Ainsi, elle offre des analyses pertinentes de la scène politique fédérale et provinciale permettant de mieux comprendre nos gouvernements et les enjeux politiques qui y sont liés. Madame Hébert incite par la justesse de ses propos les citoyennes et citoyens à se questionner et à s’engager socialement. D’ailleurs, un grand nombre de personnes la suivent pour entendre, notamment, ses commentaires sur les stratégies électorales et les relations Ottawa-Québec.

Également auteure, madame Hébert a publié deux livres. Le premier, en 2007, est intitulé French Kiss : le rendez-vous de Stephen Harper avec le Québec dans lequel elle analyse la chute du gouvernement libéral et la montée du parti conservateur dans cette province. L’autre, en 2014, avec la collaboration du regretté Jean Lapierre, est intitulé Confessions postréférendaires. Ce livre, portant sur le fédéralisme canadien, revient sur le référendum québécois de 1995 en soulevant la question : que ce serait-il passé si le Oui l’avait emporté?

Munie d’un bagage impressionnant, elle est récipiendaire de nombreuses distinctions en journalisme et en politique publique. En 2006, elle reçoit le prix Hyman-Solomon pour l’excellence journalistique dans le domaine des politiques publiques et le Pinnacle Achievement Bryden Award de l’Université York. En 2012, elle est faite officier de l’Ordre du Canada. Elle est aussi Senior Fellow au Massey College de la University of Toronto et détentrice de plusieurs doctorats honorifiques dont la University of Western Ontario, de l’Université York et de l’Université Concordia.

Lors de son discours à Edmundston, elle a révélé qu’elle ne parlait pas très bien l’anglais avant de se lancer dans le journalisme et qu’elle évitait les microphones. Quel contraste avec la carrière qu’elle connait aujourd’hui.

« En journalisme, j’ai vite appris aussi qu’il fallait prendre des chances si on voulait gravir les échelons de la profession. Sinon, vous risquez de prendre la porte », a-t-elle confié.

- 30 -

Source : Hugues Chiasson, coordonnateur des communications (506 737-5034 – b)
Autres photos (haute résolution) :Photo 1
Source : Service des communications, Campus d'Edmundston
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.