Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Jeudi 02 Juillet 2015

Le Laboratoire de psychologie clinique de l’Université de Moncton offre une approche novatrice pour la gestion de l’inquiétude

Dans le cadre d’une thèse doctorale, le Laboratoire de psychologie clinique de l’Université de Moncton a mis au point une thérapie pour aider les gens à mieux gérer l’inquiétude. Ayant pour titre À-tête-reposée, cette approche est offerte par l’entremise d’Internet; elle ne demande donc aucun déplacement de la part de la participante ou du participant. Cette forme de thérapie par l’écriture d’une durée de six semaines est autogérée et ne demande aucun contact avec une clinicienne ou un clinicien.

« Ce programme vient répondre à une lacune importante dans les services de santé mentale, explique l’étudiante Margaux Roch-Gagné, instigatrice du projet. Seulement 37 % des Canadiens ayant des problèmes d’anxiété, de dépression ou de consommation de substances rapportent avoir eu recours à des services traditionnels pour obtenir de l’aide. Cette approche offre une autre façon de gérer ces problèmes et surmonte plusieurs autres barrières d’accès aux ressources, tels que la stigmatisation, le manque de ressources, des coûts élevés, des conflits d’horaire avec le travail ou l’école. »

L’étude vise à améliorer la gestion de l’inquiétude à l’aide de l’exposition par l’écriture. La réaction normale face à une situation qui cause de l’anxiété est de l’éviter. Dans certaines situations, une réaction d’évitement est déclenchée même s’il est peu probable qu’un danger se produise. La recherche montre que dans ce cas, l’évitement n’est pas utile à long terme et qu’en fait, il maintient l’anxiété. L’exposition implique de faire face à ces situations au lieu de répondre par l’évitement. En faisant face aux situations anxiogènes de façon répétée, l’anxiété finit par diminuer. Il s’agit d’une technique de thérapie cognitivo-comportementale efficace pour la gestion de l’anxiété.

Dans cette étude, l’écriture sera utilisée comme méthode d’exposition. Les participantes et les participants écriront au sujet d’une situation hypothétique peu probable de se produire, et qui leur cause une inquiétude importante. Par exemple, s’inquiéter qu’un proche tombe malade bien qu’il n’y ait aucune évidence à cet effet. Les participantes et les participants écriront au sujet de cette inquiétude, de manière répétée, au cours de cinq séances hebdomadaires d’écriture de 30 minutes chacune.

Ce programme qui peut se faire en français ou en anglais s’adresse aux personnes âgées de 18 ans et plus résidant au Nouveau-Brunswick. Il est offert aux personnes qui présentent des symptômes d’anxiété et une tendance à s’inquiéter et qui désirent apprendre de nouvelles habiletés de gestion des inquiétudes.

Pour renseignements, prière de communiquer avec l’étudiante Margaux Roch-Gagné (courriel : emr3900@umoncton.ca; téléphone : 506-858-4406) ou avec la professeure France Talbot (courriel : france.talbot@umoncton.ca; téléphone : 506-858-4200).
Source : Service des communications, affaires publiques et marketing
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.