Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Vendredi 06 Mars 2015

Stage humanitaire en soins de santé primaires à Haïti

Six étudiantes de troisième année en science infirmière de l’UMCE, accompagnées de la professeure France Chassé, participeront à un stage humanitaire à Haïti en mai prochain. De gauche à droite, Jessica Bossé, de Kedgwick, Nadia Poteau, de Montréal, Jolène Thériault, de Saint-Quentin, Marie-Ève Francœur, de Sainte-Anne-de-Madawaska, Isabelle Wallace, de la Première Nation malécite du Madawaska, et Angie Sullivan, de Kedgwick.
Agrandir l'image
Elles sont six jeunes étudiantes en science infirmière, passionnées, déterminées, altruistes et enthousiastes. Elles rêvent d’un monde meilleur. Elles auront bientôt la chance de mettre leur générosité et contribution à profit, à l’occasion d’un stage humanitaire en soins de santé primaires à Port-au-Prince, à Haïti.

En compagnie de leur professeure, France Chassé, du Secteur science infirmière de l’Université de Moncton, campus d’Edmundston (UMCE), les étudiantes de troisième année Jessica Bossé, Nadia Poteau, Isabelle Wallace, Marie-Ève Francoeur, Angie Sullivan et Jolène Thériault participeront à un stage clinique d’une durée de 12 jours, du 16 au 30 mai prochain, auprès de la communauté des Sœurs Salésiennes de Don Bosco.

Cette expérience de soins de santé à l’étranger vise, dans un premier temps, à fournir des soins de qualité à une communauté haïtienne qui éprouve de nombreux besoins en matière de santé et, dans un deuxième temps, à faciliter le transfert des savoirs, du savoir-faire et du savoir-être acquis en salle de classe par les étudiantes sélectionnées grâce à des expériences réelles et authentiques vécues par la population haïtienne.

Sous la supervision de Mme Chassé, le stage regroupe diverses expériences, notamment des initiatives d’éducation en promotion de la santé et en prévention des infections, des activités de dépistage ainsi que des interventions de soins de premières lignes. Les clientèles ciblées varient en âge et selon des besoins de santé spécifiques. Cette expérience à l’international sera reconnue dans le cadre du cours clinique de fin de programme des étudiantes sélectionnées.

Durant le séjour à Port-au-Prince, les étudiantes seront hébergées à la maison provinciale des Sœurs Salésiennes et elles assureront également les repas, le transport entre le lieu d’hébergement et l’aéroport, ainsi que le transport local au besoin. Selon la religieuse responsable, il s’agit d’un endroit sécuritaire, situé près des principales artères et des services, mais également à proximité des bidons-villes où résident les personnes moins bien nanties.

« C’est un premier voyage à l’étranger pour moi, a indiqué Jessica Bossé, âgée de 21 ans de Kedgwick. C’est une belle expérience de vie que de pouvoir aider les personnes dans le besoin. »

« Venir en aide, j’en ai eu la piqure quand j’étais jeune, a-t-elle expliqué. J’ai assisté à une présentation intitulée Right to Play à l’école Marie-Gaétane de Kedgwick et cela m’avait marquée. »

Pour Isabelle Wallace, âgée de 22 ans de la Première Nation malécite du Madawaska, aider le prochain a toujours fait partie de ses valeurs.

« Partir à l’étranger et faire une différence, c’est un rêve que je caresse depuis ma tendre enfance. Je suis très contente d’avoir la chance de participer à cette expérience unique et compatible avec les apprentissages de notre programme d’études », a indiqué Isabelle Wallace qui a déjà fait des voyages touristiques en République dominicaine, à Cuba et en Jamaïque.

Quand on a grandi à Haïti, comme Nadia Poteau, aujourd’hui âgée de 37 ans, et qu’on y retourne 15 ans plus tard, la sensibilité à l’entraide n’est pas différente de celle d’une Canadienne ou d’un Canadien.

« Ce sera une belle occasion pour moi de partager à mes amies étudiantes mes connaissances et la culture de mon pays. Mais je n’aurai pas besoin de servir d’interprète. Elles vont vite apprendre le créole. Quand je serai là, ce sera comme étudiante en science infirmière avec en tête la prévention de la maladie ».

Nadia Poteau a quitté son Haïti natal après son secondaire pour s’établir à Montréal. « Je suis retournée en Haïti l’an dernier afin de rendre visite à ma famille dans le sud du pays et à Port-au-Prince. Croyez-moi, j’ai vu la misère, a-t-elle noté. Malgré le séisme de 2010 qui a décimé une partie importante de la population, il me semblait qu’il y avait encore plus de gens qu’auparavant. »

Collecte de fonds
Les couts encourus pour la tenue de cette expérience sont évalués à près de 3 000 $ par étudiante. Des activités de collecte de fonds seront organisées dans la région du Nord-Ouest au cours des prochaines semaines afin de permettre à ces étudiantes de réaliser ce projet. Les entreprises seront également approchées afin de commanditer cette activité.

L’UMCE apporte un soutien important grâce à une aide financière de 2 000 $ qu’elle a consentie au projet par l’entremise du nouveau Programme d’appui à la réalisation d’initiatives étudiantes (PARIE). Ce programme vise à valoriser l’initiative, le potentiel et l’engagement étudiant ainsi qu’à contribuer au dynamisme et a rayonnement de la vie étudiante.

- 30 -

Source : Hugues Chiasson, coordonnateur des communications à l'UMCE (737-5034 - b)
Source : Service des communications, Campus d'Edmundston
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.