Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Lundi 27 Octobre 2014

Lamine Kamano a soutenu avec succès sa thèse de doctorat en éducation

La photo nous fait voir, de gauche à droite, Aïcha Benimmas, professeure du Département d’enseignement au secondaire et des ressources humaines et directrice de la thèse; Pierre-Yves Barbier, professeur au Département d’enseignement au secondaire et des ressources humaines responsable du Doctorat en éducation et président du jury; le doctorant Lamine Kamano; Jimmy Bourque, professeur au Département d’enseignement au secondaire et des ressources humaines et examinateur interne; et Marianne Cormier, doyenne de la Faculté des sciences de l’éducation. Diane Farmer, professeure agrégée et directrice du Centre de recherche en éducation franco-ontarienne (CREFO) de l’Ontario Institute for the Studies in Education (OISE) de la University of Toronto et examinatrice externe était absente au moment où la photo fut prise.
Agrandir l'image
Lamine Kamano a soutenu avec succès sa thèse de doctorat en éducation le mercredi 8 octobre 2014. Ayant reçu la mention d'excellence du jury, la thèse a pour titre « La diversité ethnoculturelle au sein de l’École francophone du Nouveau-Brunswick : Croyances et pratiques pédagogiques du personnel enseignant ».

Cette étude visait à comprendre le positionnement des enseignantes et enseignants francophones face à l’intégration des élèves immigrants à l’école acadienne du Nouveau-Brunswick. Plus précisément, il s’agissait d’étudier ce positionnement à travers les croyances du personnel enseignant et ses pratiques en classes multiculturelles. En vue d’atteindre ce but, une méthode de recherche qualitative basée sur la théorisation ancrée (grounded theory) a été utilisée.

Il ressort des resultats de cette analyse, deux dynamiques issues de l’association des quatre catégories suivantes : Individu, Croyances, Monde et Pratiques. La première dynamique a mis en relation les trois premières catégories (Individu, Monde et Croyances) et a permis de cerner, non seulement le processus de formation des croyances, mais aussi d’identifier les différentes croyances de l’Individu en lien avec la diversité ethnoculturelle. La seconde dynamique a mis en relation l’Individu, les Croyances et les Pratiques et nous a permis de ressortir, à travers un ancrage empirique, le lien possible entre les croyances et les pratiques. Elle a également permis de ressortir les différentes pratiques mises en œuvre par le personnel enseignant dans les classes multiculturelles.

Ainsi, selon le modèle final regroupant les deux dynamiques décrites, l’exposition/manque d’exposition à la diversité ethnoculturelle dans le parcours, les expériences, le contexte de vie de l’individu et sa perméabilité sont, entre autres, des éléments qui contribuent à la formation des croyances qui peuvent être personnelles ou partagées. Ces croyances sont généralement mobilisées pour guider l’agir professionnel.
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.