Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Vendredi 03 Octobre 2014

Table ronde sur le sexting : un succès!

Dans la photo : Patrice Ferron, agent de programmes communautaires pour la GRC, Nathalie Boivin, chef du Secteur science infirmière, Lyne St-Onge Lefrançois, de la Santé publique de Bathurst, Richard Gallant, intervenant à Service à la famille Népisiguit.
Agrandir l'image
Le Secteur science infirmière de l’Université de Moncton, campus de Shippagan (UMCS), a tenu une table ronde sur le thème du sexting, le jeudi 2 octobre, dans ses locaux de Bathurst. Près d’une cinquantaine de personnes, étudiantes, étudiants et membres du personnel du Campus, d’intervenants de la santé mentale, du développement social, d’organismes communautaires ainsi que des membres de la communauté étaient présents.

La table ronde a débuté par une brève présentation de Nathalie Boivin, chef du Secteur science infirmière. La définition des chercheurs Weisskirch et Delevi a été partagée comme point de départ de la discussion : « Le sexting est tout message envoyé de façon électronique et dont le contenu est sexuellement explicite » (2011). Par la suite, quelques statistiques, portant sur les populations américaine et canadienne, ont été partagées aux gens présents. Puis, la discussion s’est amorcée avec une première question : comment ces statistiques se comparent-elles à ce que vous voyez dans votre pratique?

Les invités, Lyne St-Onge Lefrançois, infirmière au programme de santé sexuelle de la Santé publique de Bathurst, Patrice Ferron, agent de programmes communautaires pour la GRC, et Richard Gallant, intervenant à Services à la famille Népisiguit ainsi que membre du Conseil d’éducation du District scolaire francophone Nord-Est et président de l’Association francophone des parents du Nouveau-Brunswick, ont partagé chacun la réalité de leur milieu de travail. Selon M. Gallant, bien que les demandes de consultation ne soient pas reliées directement au sexting à l’agence Services à la famille Nepisiguit, le sexting constitue une forme de contrôle dans une relation. Il a continué en partageant que le sexting constitue certes une préoccupation pour les parents. De son côté, madame St-Onge Lefrançois a indiqué qu’elle pensait que les statistiques étaient sans doute représentatives de la réalité de notre région. Elle a indiqué recevoir de plus en plus de demandes pour intervenir, de façon préventive, sur cette thématique. Même son de cloche du côté de M. Ferron pour qui la prévention demeure primordiale. Il a d’ailleurs précisé que du côté de la Péninsule acadienne, il visitait toutes les classes de 6e année afin de sensibiliser les élèves au sexting et à ses conséquences. Les gens présents dans l’assistance ont exprimé que, selon eux, les statistiques présentées n’étaient que la pointe de l’iceberg, rapportant que le sexting était très présent tant chez les jeunes que chez les moins jeunes.

Un fort bel échange d’une quarantaine de minutes a suivi pendant lequel des pistes de solution ont émergé visant tant les parents que les intervenants auprès de cette population, que l’ensemble de la communauté. Ainsi, pour Richard Gallant, « ça commence à la maison; lorsque le parent impose des limites pour l’utilisation de l’internet, qu’il parle ouvertement de relations saines avec ses enfants ». Pour Patrice Ferron, la prévention est la clé. Il ajoute que chacun de nous a un rôle à jouer pour éduquer les gens de notre entourage aux dangers du sexting et au fait que toute possession d’images sexuellement explicites de personnes mineures constitue un crime. Lyne St-Onge Lefrançois a rappelé que le sexting est souvent une conséquence de l’hypersexualisation qui prévaut actuellement dans notre société. Elle a annoncé qu’un partenariat avec le Secteur science infirmière de l’UMCS allait permettre de visiter les écoles de la région Chaleur, à l’hiver 2015, afin de sensibiliser les élèves des niveaux scolaires de la 6e et de la 7e année à ce sujet.

Nathalie Boivin a conclu cette première activité de table ronde en remerciant chaudement les invités et les gens présents indiquant que tous les objectifs visés par la tenue de cette table ronde avaient été atteints. Ainsi, les gens présents ont pu s’informer sur ce qu’est le sexting, se renseigner sur les ressources disponibles dans la région et se donner des pistes de solution pour le prévenir ou le réduire.
Source : Service des communications, Campus de Shippagan
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.