Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Samedi 12 Avril 2014

Le budget 2014-2015 et la nomination d’un nouveau vice-recteur à l’enseignement et à la recherche sont les principaux points à l’ordre du jour du Conseil des gouverneurs de l’Université de Moncton

Agrandir l'image
Le Conseil des gouverneurs de l’Université de Moncton a adopté aujourd’hui (le samedi 12 avril) un budget de fonctionnement pour l’année financière 2014-2015 qui débute le 1er mai. Le budget, qui prévoit des revenus de 115 666 000 $ et des dépenses de
116 294 000 $, compte un déficit projeté de 628 000 $.

« Le budget de cette année tient compte de plusieurs réalités qui étaient prévues depuis quelque temps et qui se concrétisent, a dit le recteur et vice-chancelier, Raymond Théberge. Les deux principales sources de revenus de l’université sont les subventions provinciales et les droits de scolarité; or, cette année, on prévoit une diminution nette des revenus de ces deux sources de l’ordre de plus de 325 000 $. Il s’agit d’une situation qui ne s’est pas manifestée à l’Université de Moncton depuis au moins les 20 dernières années. »

La chute, qui survient malgré une augmentation de la subvention provinciale et d’une hausse des droits de scolarité de 3 % pour les étudiantes et les étudiants inscrits à temps complet au premier cycle, prend sa source dans un phénomène prévu depuis un certain temps et dont on a commencé à sentir les effets au cours de l’année 2013-2014, soit la diminution des inscriptions canadiennes. Cette diminution, reliée à une chute démographique dans nos écoles francophones et à une concurrence accrue d’autres institutions postsecondaires commençait déjà à se faire sentir en 2013-2014.

« En fait, en janvier 2014 il y avait 250 étudiants canadiens de moins qu’à pareille date en 2013. En 2014-2015, c’est une perte additionnelle de 100 inscriptions que l’on prévoit, » a poursuivi le recteur.

Cette année encore, des mesures importantes ont été prises afin de contrôler les dépenses. D’ailleurs, le taux annuel moyen d’augmentation des dépenses au cours des trois dernières années se situe à 2,53%. Le niveau d’augmentation prévu dans les dépenses pour 2014-2015 est bien en dessous de celui de l’année en cours et de la moyenne des dernières années. Une telle rationalisation a été rendue possible grâce à l’ouverture et la collaboration des divers gestionnaires des budgets, tant académiques que non académiques.

Le recteur a également rappelé que le budget total de bourses d’aide financière aux étudiantes et aux étudiants des trois (3) campus augmentera de 3%, soit l’équivalent de l’augmentation des droits de scolarité des étudiantes et des étudiants à temps complet.

Pour sa part, le président du Conseil des gouverneurs, Raymond Lanteigne, s’est dit satisfait des efforts consentis par les dirigeants de l’institution dans la préparation de son budget. « Compte tenu de la situation économique difficile de la province d’une part, et de la chute démographique dans nos écoles francophones au cours des prochaines années d’autre part, la situation vécue cette année risque de se reproduire dans les années à venir, a-t-il déclaré. Les efforts amorcés cette année devront donc se poursuivre afin de s’assurer que l’Université puisse continuer à pleinement remplir son rôle dans la francophonie canadienne et internationale et qu’ensemble on puisse réaliser notre rêve collectif tel que mis de l’avant dans le plan stratégique de l’institution, Un rêve qui nous appartient ».

Suivant la réunion du Conseil des gouverneurs, le président de la FÉÉCUM, Moncef Lakouas, et le président de L’AGÉÉUMCE, Mathieu Lemieux, se sont joint au président du Conseil et au recteur pour rencontrer les étudiantes et étudiants afin de leur faire part des détails du nouveau budget.

Bien que les représentants étudiants aient voté contre le budget et, conséquemment, contre la hausse des droits de scolarité, ils ont uni leurs voix à celles du président du Conseil et du recteur pour émettre un message commun, soit que l’éducation doit devenir un projet de société et qu’elle doit être priorisée davantage au Nouveau-Brunswick. La présidente de l’ABPPUM, Marie-Noëlle Ryan, s’est également déclarée solidaire de cette position.

Lors de sa réunion, le Conseil des gouverneurs a également procédé à la nomination d’André Samson au poste de vice-recteur à l’enseignement et à la recherche à compter du 1er juillet 2014.

M. Samson aura la responsabilité de l’administration, de la coordination et du développement des études et de la recherche sur l’ensemble du réseau de l’Université. Il remplace Neil Boucher qui était en poste depuis 2003.

« Il me fait plaisir d’accueillir M. Samson au sein de l’équipe de direction, a déclaré le recteur et vice-chancelier, Raymond Théberge. En plus de son dossier académique, son expérience dans plusieurs activités relatives à la restructuration de programmes et à la planification stratégique constituera un bel atout pour l’Université de Moncton. »

Titulaire d’un doctorat en psychologie (neurosciences) de l’Université de Montréal, Monsieur Samson est l’actuel doyen de la Faculté des arts et de la Faculté des sciences de l’Université de Saint-Boniface, au Manitoba.

De plus, le Conseil a reconduit Lise Dubois doyenne de la Faculté des études supérieures et de la recherche et vice-rectrice adjointe à la recherche pour un nouveau mandat de cinq ans. Madame Dubois occupe ses fonctions depuis septembre 2009.

- 30 –
Pour renseignements :
Thérèse Thériault
Directrice des communications
506-858-4129 ou 506-863-9873
Source : Service des communications, affaires publiques et marketing
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.