Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mardi 11 Mars 2014

Deux conférences de Philippe Hurteau de l’IRIS présentées le 12 mars

La FÉÉCUM convie les membres de la communauté universitaire à deux conférences de Philippe Hurteau, chercheur affilié à l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS), qui seront prononcées le mercredi 12 mars.

La première conférence, intitulée «Objectif et mise sur pied de l’IRIS», sera livrée à 10 heures, au café-bar Le Coude au Centre étudiant avec pour but de présenter à l’auditoire le mécanisme de formation et le raisonnement derrière la formation de l’IRIS, à des fins éventuelles de création d’un institut semblable dans un cadre néo-brunswickois et acadien. Tous et toutes y sont bienvenus, mais une invitation spéciale est lancée aux chercheuses et chercheurs intéressés à participer et à contribuer à l’établissement d’un tel institut chez nous.

La seconde conférence, intitulée «Marchandisation de l’éducation et discussion large autour de l’idée de l’université libre et émancipatoire» sera livrée à 13 heures, toujours au café-bar Le Coude. En interrogeant l’impact et l’influence de la concurrence sur les fondements mêmes des établissements universitaires, ainsi que le rôle de l’économie du savoir dans la privatisation et la marchandisation de l’éducation au détriment de la valorisation de la connaissance, le conférencier y «traitera du naufrage des universités, de leur soumission aux normes marchandes et de leur inscription dans les mutations néolibérales des sociétés occidentales.»

Le conférencier Philippe Hurteau est politologue. Il complète actuellement un doctorat à l’Université d’Ottawa en pensée politique. Il s’intéresse principalement aux mutations de l’État sous l’effet du néolibéralisme, tant par l’analyse des changements apportés au régime fiscal que par l’étude des transformations des modalités d’opération des services publics. Ses travaux montrent comment, au sein de l’appareil étatique, le recours accru au principe de l’utilisateur-payeur ainsi qu’à des critères de performance pour la répartition du financement induit un biais en faveur des plus fortunés et limite la capacité d’action collective. (IRIS)
-30-
Source : Service des communications, affaires publiques et marketing
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.