Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Jeudi 28 Novembre 2013

La formation en foresterie fait peau neuve à l’UMCE

La photo nous fait voir, de gauche à droite, Luc Ouellet, vice-président des opérations Nouveau-Brunswick chez Acadian Timber, Hector Guy Adégbidi, directeur par intérim de l’École de foresterie, Pierrette Fortin, doyenne des Études, et Jacques Paul Couturier, vice-recteur.
Agrandir l'image
Avec l’engagement de s’adapter sans cesse aux exigences du marché du travail et pour tenir compte des nouvelles tendances dans le domaine de la formation en foresterie, l’École de foresterie de l’Université de Moncton, campus d’Edmundston (UMCE), offrira en septembre 2014 une nouvelle version de son baccalauréat en foresterie, qui sera dorénavant connu sous le nom de baccalauréat en aménagement des forêts.

Ce programme reconfiguré comportera des changements par rapport au programme actuel de baccalauréat en sciences forestières.

« Le baccalauréat en aménagement des forêts viendra renforcer ce qui se faisait de bien, a expliqué le directeur par intérim de l’École de foresterie, Hector Guy Adégbidi. Par les nouveautés, le baccalauréat en aménagement des forêts doublera le nombre de stages pratiques. Il ne faudra plus attendre en troisième année pour les exercices pratiques d’intégration de notions abordées dans différents cours. Ainsi, l’étudiante ou l’étudiant commencera ses stages pratiques dès la fin de la première année et en effectuera quatre en tout, un à chaque année.

« Un certain nombre de cours du programme reconfiguré ont été revus dans le sens d’augmenter l’expérience pratique des apprenants, ce que nous ferons en tirant profit de nos collaborations avec le monde professionnel du domaine forestier que nous avons autour de nous dans la région. »

Le changement de nom du programme a été dicté par une volonté de mieux rendre compte de la formation qui est offerte. Selon monsieur Adégbidi, « le nouveau nom est beaucoup plus précis dans le sens que la formation donnée est centrée sur la connaissance des composantes biotiques, abiotiques et sociales du milieu forestier, la compréhension de leurs structures, fonctions et interactions ainsi que l’application et l’analyse de ces acquis cognitifs dans le but d’une gestion saine et durable de toutes les ressources du milieu forestier ».

Le baccalauréat en aménagement des forêts aura aussi une composante plus forte de formation générale, de manière à mieux préparer les étudiantes et étudiants au marché du travail et à l’exercice de la citoyenneté. La formation proposée couvrira neuf objectifs de formation générale, soit l’initiation aux études universitaires, l’internationalisation, la pensée critique, la sensibilité aux arts et lettres, la connaissance des mathématiques et des sciences, l’interdisciplinarité et la multidisciplinarité, la responsabilité sociale et citoyenne ainsi que les compétences langagières en français et en anglais.

Tout comme son prédécesseur, le baccalauréat en sciences forestières, le baccalauréat en aménagement des forêts vise à former des forestières et forestiers professionnels aptes à gérer l’ensemble des ressources forestières dans une perspective de durabilité de l’environnement. Il permet aux étudiantes et étudiants d’acquérir des connaissances et de développer des compétences en sciences de la nature, en sciences de l’aménagement et en sciences humaines qui les rendent capables de participer à la conception, à la planification, à l’exécution et à l’évaluation de projets d’aménagement intégrés des ressources forestières en général et plus particulièrement ceux axés sur la gestion des ressources de l’environnement forestier, leurs produits et leur mise en valeur. De nombreuses applications pratiques sont incorporées au contenu du programme permettant aux étudiantes et étudiants de développer les connaissances et les compétences requises pour maitriser l’utilisation des technologies de pointe dans le secteur forestier.

Lors de la conférence de presse, Luc Ouellet, vice-président des opérations Nouveau-Brunswick chez Acadian Timber, a pris la parole afin de signaler qu’une grande pénurie de professionnels de la forêt est à prévoir au cours des prochaines années. « Au Canada, d’ici 2020, nous aurons besoin de 60 000 forestiers professionnels afin de satisfaire à la demande du marché », a-t-il précisé.

Par ailleurs, au cours des dernières semaines, l’École de foresterie a reçu notification de l’accréditation de son programme, pour une période de trois ans, par le Bureau canadien d’agrément en foresterie (BCAF).

« Ce ne sont pas tous les programmes de formation en foresterie au pays qui ont cette accréditation nationale, reconnaissance que nous avons toujours eue depuis la création de l’École en 1985, a fait remarquer monsieur Adégbidi. Ainsi, nos diplômées et diplômés sont qualifiés pour être des forestières et forestiers professionnels agréés dans les ordres professionnels de toutes les provinces canadiennes ou ingénieures et ingénieurs forestiers dans l’Ordre des ingénieurs forestiers du Québec. Cette accréditation nationale est une preuve de la qualité de la formation en foresterie que nous donnons à l’UMCE. »

L’École de foresterie est une unité académique rattachée au décanat des Études de l’UMCE depuis le 1er juillet dernier.

« Cette décision permet à l’École d’augmenter la synergie entre les composantes académiques du Campus, tout en conservant l’autonomie requise pour la livraison d’un programme professionnel et les ressources nécessaires pour continuer à offrir une formation de grande qualité », a indiqué la doyenne des Études, Pierrette Fortin.

- 30 -

Renseignements : Hugues Chiasson, coordonnateur des communications à l'UMCE (737-5034 - b)
Source : Service des communications, Campus d'Edmundston
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.