Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Jeudi 27 Juin 2013

Maryse Collin et Jeremy Roy-Léger sont les bénéficiaires d’une bourse nationale d’excellence du CNFS

Sur la photo de gauche à droite : France Marquis – chef de secteur en science infirmière au campus d’Edmundston, Jeremy Roy-Léger et Maryse Collin – boursiers CNFS – Volet U de M, Raymond Théberge – recteur et vice-chancelier de l’U de M et Mai Savoie – coordonnatrice régionale du CNFS – Volet U de M.
Agrandir l'image
Dans le cadre de son assemblée générale annuelle qui a eu lieu à La Cité Collégiale d’Ottawa, le Consortium national de formation en santé a procédé à la remise de bourses nationales d’excellence à des étudiantes et étudiants provenant de chacune des 11 institutions de formation membres du CNFS, dont l’Université de Moncton.

Les bénéficiaires de ces bourses d’excellence sont des étudiantes et étudiants exceptionnellement méritants, inscrits dans un programme de formation postsecondaire en santé dans les collèges et universités membres du CNFS au Canada. Ils se distinguent notamment par leur engagement envers une communauté francophone en situation minoritaire, par leur dossier académique et par leur participation active à la vie étudiante au sein de leurs établissements respectifs.

À l’Université de Moncton, deux bénéficiaires ont été choisis cette année, Maryse Collin, du campus d’Edmundston, et Jeremy Roy-Léger, du campus de Moncton, tous deux étudiants de 3e année au baccalauréat en science infirmière. En plus de recevoir une bourse de 1 000 $, ils obtiennent un certificat de reconnaissance, remis par un représentant de Santé Canada lors de l’assemblée générale annuelle.

Maryse Collin
Maryse Collin est étudiante de 3e année au baccalauréat en science infirmière au campus d’Edmundston. Originaire de St-Joseph-de-Madawaska, elle a choisi d’étudier en science infirmière puisqu’il s’agit d’un domaine qui la passionne vivement.

Elle se distingue par son parcours académique et son engagement au sein de la communauté et de la francophonie, notamment à la Fondation des maladies du cœur du Nouveau-Brunswick, à la Fondation de l’Hôpital régional d’Edmundston, au sein de l’équipe médicale des Jeux de l’Acadie, au Relais pour la vie, et au comité Prescription : action!, un projet lancé bénévolement par des médecins de la région du Madawaska afin d’encourager la population à passer à l’action pour améliorer sa santé.

Au niveau secondaire, Maryse était également membre de nombreux comités et agissait à titre de tutrice en mathématiques et en français. D’ailleurs, depuis le tout début de ses études universitaires, elle s’est démarquée par son implication au sein de la vie étudiante, notamment à la vice-présidence et à la présidence du conseil étudiant et en tant que mentor au Secteur science infirmière. Son initiative et son leadership aura également permis au campus d’Edmundston de joindre les rangs de l’Association des étudiant(e)s infirmier(ière)s du Canada (AEIC) - deuxième chapitre francophone au Nouveau-Brunswick - où elle siège à titre de déléguée officielle.

Se définissant comme étant une personne dynamique et généreuse, Maryse a aussi eu l’occasion de participer l’été dernier à un voyage humanitaire au Kenya pendant un mois. Cet été, elle envisage d’ailleurs de faire un stage clinique en science infirmière à l’international. Après avoir complété le baccalauréat, Maryse compte poursuivre ses études de 2e cycle à la maîtrise en science infirmière.

Jeremy Roy-Léger
Étudiant inscrit à la 3e année du baccalauréat en science infirmière au campus de Moncton, Jeremy Roy-Léger, natif de Shédiac, se distingue par son engagement para-académique au sein de plusieurs comités et organismes sur le plan médical, humanitaire et universitaire.

Se définissant comme étant une personne très énergique, il est motivé par le travail collaboratif. D’ailleurs, dès son admission au programme de 1er cycle en science infirmière, ayant à cœur la francophonie en situation minoritaire, il a joint l’Association des étudiant(e)s infirmier(ière)s du Canada (AEIC), d’abord à titre de représentant des étudiants de l’Université de Moncton au niveau pancanadien et ensuite, en tant que directeur du bilinguisme et de la traduction (en français), fonctions qu’il a assumées jusqu’en avril dernier jusqu’à sa récente nomination au poste de directeur de la santé internationale, toujours au sein de l’AEIC.

Parmi ses nombreux engagements communautaires comme bénévole, notons son travail au sein de l’organisme SIDA/AIDS Moncton, du Comité directeur des sans-abris du Grand Moncton et de la Maison Nazareth de Moncton, une maison d’hébergement d’urgence temporaire qui a pour mission d’aider les personnes démunies et vulnérables à réintégrer la société.

Jeremy a d’ailleurs participé pendant trois jours à une expérience stratégique comme itinérant dans la rue, ce qui lui a permis de mieux comprendre la réalité et les défis quotidiens auxquels font face les itinérants de la région du sud-est du Nouveau-Brunswick. De plus, il a également eu l’occasion d’agir à plusieurs reprises à titre de conférencier, notamment auprès de groupes de jeunes à risques participant à des projets de développement d’habiletés vie-carrière. Son implication au sein de la francophonie et la communauté lui aura valu en 2010 le titre de « top 20 jeunes sous l’âge de 30 ans au Nouveau-Brunswick ».

Étudiant-mentor, Jeremy a aussi mérité, à juste titre, les honneurs de « bénévole de l’année » et « étudiant de l’année » de l’École de science infirmière de l’Université de Moncton, campus de Moncton. Il a aussi participé, en tant qu’étudiant infirmier, à un voyage humanitaire de cinq semaines au Népal où il a partagé son expertise dans des cliniques médicales isolées. Fort de son expérience de travail humanitaire à l’international, il a aussi participé à l’organisation de deux autres voyages à Haïti, avec l’organisme national Right to Play. Les expériences professionnelles de Jeremy se jumèlent également à son domaine d’intérêt puisqu’il a œuvré comme préposé aux soins auprès de personnes âgées dans un foyer et à titre d’intervenant auprès des personnes vivant avec des troubles psychologiques dans un centre d’intervention de crise.

Notons que le CNFS est un regroupement de 11 établissements d’enseignement universitaire et collégial offrant des programmes d’études en français dans diverses disciplines de la santé, et de six partenaires régionaux permettant d’améliorer l’accès à ces programmes de formation en santé en français. Le CNFS compte également un Secrétariat national situé à Ottawa qui joue un rôle de leadership, de développement et de concertation dans la planification et la réalisation des objectifs du CNFS. Cette alliance stratégique permet d’accroître la présence et l’apport de professionnels de la santé et de chercheurs francophones afin d’améliorer l’offre de services de santé en français de qualité et adaptés aux besoins des communautés francophones en situation minoritaire.

Les programmes et initiatives du CNFS sont rendus possibles grâce au financement et à la collaboration soutenus de Santé Canada dans le cadre de la Feuille de route pour les langues officielles du Canada 2013-2018.

Renseignements : 506-858-4655 / CNFS@umoncton.ca
Autres photos (haute résolution) :Photo 1 Photo 2
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.