Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Jeudi 13 Juin 2013

La professeure Florence Ott a présenté une communication au 42e congrès de l’Association des archivistes du Québec au Château de Montebello

Florence Ott, lors du congrès des archivistes du Québec, dans le cadre enchanteur du Château de Montebello, le 6 juin dernier.
Agrandir l'image
La professeure en gestion de l’information de l’Université de Moncton, campus de Shippagan, madame Florence Ott, a adressé une communication dans le cadre enchanteur du Château de Montebello à l’occasion du 42e congrès de l’Association des archivistes du Québec qui s’est déroulé du 5 au 7 juin. Il a réuni des archivistes de la francophonie canadienne et permis à la conférencière de faire des connaissances aussi bien avec les archivistes des universités québécoises que des grands centres d’archives publics ou privés.

Le thème du congrès, « Célébrons notre diversité », a permis d’aborder la gestion, les nouvelles façons de faire et la formation en archivistique. Un état des lieux sur les moyens des organisations et les différentes pratiques a été fait. Le rôle de l’archiviste a été examiné en fonction de la culture institutionnelle dans laquelle il évolue ainsi que la différence des pratiques.

Madame Ott a présenté une réflexion sur la gestion et la valorisation des archives privées, notamment dans le domaine des archives d’entreprises et des archives religieuses. La révolution numérique oblige la révision de la gouvernance de l’information dans les entreprises en raison des changements législatifs et technologiques. La dématérialisation des documents bouscule les pratiques de la gestion documentaire, notamment dans le domaine de l’authenticité et de l’intégrité des documents afin de constituer des sources fiables. Cependant, la question centrale demeure la capacité à garantir la pérennité de l’information.

Dans un autre ordre d’idée, la sauvegarde de la mémoire institutionnelle des communautés religieuses se révèle toute aussi difficile même si elle est conservée pour la plupart sous format papier. Le vieillissement inéluctable des communautés et la disparition des témoins imposent aux archivistes une intervention rapide pour protéger ces sources inestimables.

Ainsi, au terme de son exposé et à travers des expériences concrètes qu’elle a connues, la conférencière a proposé de réfléchir sur la gestion et la préservation des sources privées qui demeurent fondamentales pour la compréhension de notre histoire.

Par ailleurs, un banquet très réussi a permis de vivre, en fin de repas, une expérience riche en histoire avec la présentation d’ « Archives à voix haute » sur le thème des patriotes à Montebello où Louis-Joseph Papineau a vécu. En effet, des archivistes ont fait la lecture d’archives rassemblées dans les divers établissements d’archives en présentant des lettres de patriotes prisonniers ou exilés dans les années 1837 à 1840, des articles de journaux ou des déclarations de l’époque et un archiviste a chanté à partir de partitions des chants des partisans. Une fois de plus, on peut comprendre que la préservation de la mémoire passe par des professionnelles et professionnels aguerris, bien formés et passionnés par leur métier.
Autres photos (haute résolution) :Photo 1
Source : Service des communications, Campus de Shippagan
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.