Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Dimanche 19 Mai 2013

UMCE : une collation au parfum international!

Quatre fières diplômées en science infirmière de l’UMCE. Dans l’ordre, Adja Coura Toure, Diane Daren Ngassam Djapa, Lucia Raharimanana et Afifa Ben Mabrouk. (Photo Michel Carrier, MPA)
Agrandir l'image
Adja Coura Toure, Afifa Ben Mabrouk, Diane Daren Ngassam Djapa, Tolotra Lucia Raharimanana, voilà de nouvelles diplômées du baccalauréat en science infirmière de l’Université de Moncton, campus d’Edmundston (UMCE).

Quatre diplômées ayant un permis d’études pour étudier au Canada, c’est du jamais vu à l’UMCE. Lors de la collation des grades de l’établissement, présentée samedi, ces jeunes femmes ont défilé fièrement afin d’obtenir leur diplôme bien mérité.

Au cours des prochaines années, il ne sera plus rare de voir les étudiantes et étudiants internationaux monter sur scène. La communauté internationale à l’UMCE ne fait que grandir. À preuve, 44 étudiantes et étudiants ayant leur permis d’études fréquentaient l’UMCE en 2012-2013, un record de l’établissement.

Adja Coura Toure a bien résumé le sentiment qui habite les quatre amies. « Nous sommes comme des sœurs… avec des mères différentes! », a-t-elle signalé, sourire du coin des lèvres.

Avant d’entamer leur carrière d’infirmière, elles devront, à l’instar des 19 autres diplômées et diplômé du programme, passer leur examen d’immatriculation, le 5 juin prochain.

Bien qu’elle ne ferme pas la porte à un emploi au Canada, Adja songe retourner chez elle, au Sénégal. Elle avoue candidement que ses quatre années se sont, somme toute, bien déroulées.

« Nous avons vécu de belles expériences, a-t-elle indiqué. Au début, l’apprentissage était plus difficile, certes, car il a fallu s’adapter à un nouveau style de vie et de formation. Mais, de façon générale, je dirais que l’intégration s’est très bien passée. »

Lucia Raharimanana, du Madagascar, travaillera bientôt comme infirmière au département de médecine de l’Hôpital régional d’Edmundston.

Elle fait également remarquer que « la barrière du langage s’est parfois dressée en raison de termes familiers et techniques différents utilisés par nos amis canadiens ».

Afifa Ben Mabrouk est Tunisienne. En arrivant sur le Campus, elle a vite fait de s’imprégner de la culture brayonne et à socialiser avec la communauté universitaire. Elle a même retroussé ses manches en dénichant un emploi étudiant estival lors des grands travaux de rénovation du pavillon Simon-Larouche.

« Mes quatre années à Edmundston ont été exceptionnelles et je suis très émue aujourd’hui par l’obtention de ce diplôme. »

Afifa a décroché un emploi au Centre de santé et de services sociaux de Gatineau, poste qu’elle occupera à compter de novembre. « D’ici là, j’aurai la chance de retourner chez moi, en Tunisie, et de passer de vraies vacances sans penser aux études! »

Quant à Diane Daren Ngassam Djapa, du Cameroun, elle souhaite que sa future profession la conduira à Sherbrooke.

- 30 -

Source : Hugues Chiasson, coordonnateur des communications à l'UMCE (506 737-5034 - b)
Source : Service des communications, Campus d'Edmundston
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.