Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mercredi 08 Mai 2013

Le gouvernement du N.-B. impressionné par le programme de gestion du stress en milieu scolaire

Le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, l’Honorable Jody Carr, de même que la ministre du Développement social et députée d’Edmundston—Saint-Basile, l’Honorable Madeleine Dubé, ont été accueillis à l’école Notre-Dame par de nombreux partenaires du programme de gestion du stress en milieu scolaire. Sur la photo, à l’avant : madame Christine Long, directrice adjointe de l’école Notre-Dame; monsieur Joey Nadeau, étudiant du Secteur éducation et lettres à l’UMCE; madame Renée Guimond-Plourde, instigatrice du programme de gestion du stress en milieu scolaire et professeure-chercheuse à l’UMCE; et Dominic Jalbert, président du conseil des élèves de l’école Notre-Dame. À l’arrière : madame Lise Collin, enseignante retraitée de l’école Notre-Dame; madame Martine Michaud, infirmière en santé publique responsable du programme Apprenants en santé au DSFNO; madame Fran Harris, agente pédagogique responsable des programmes d’éducation physique et de formation personnelle et sociale au sein du ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance; madame Anne Chouinard, membre du Conseil d’éducation du DSFNO; monsieur Richard Landry, président du Conseil d’éducation du DSFNO; monsieur Bertrand Beaulieu, directeur général du DSFNO, madame la ministre Madeleine Dubé et monsieur le ministre Jody Carr; de même que monsieur Jacques Paul Couturier, doyen des Études de l’UMCE.
Agrandir l'image
* Communiqué émis par le District scolaire francophone du Nord-Ouest *

Le programme de gestion du stress en milieu scolaire de l’école Notre-Dame, né il y a 25 ans, continue à impressionner. Cette fois, c’est le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick, l’Honorable Jody Carr, qui a été séduit.

Monsieur Carr était curieux d’en apprendre davantage sur le programme en question, qui préconise la visualisation comme outil de gestion du stress et d’apprentissage pour les enfants et les adolescents. L’initiative a attiré son attention il y a quelques mois, quand elle a fait l’objet d’une reconnaissance sur la scène nationale. L’école Notre-Dame a été honorée par la Société Santé en français (SFF), qui lui a décerné l’un de ses prestigieux Prix de reconnaissance.

De plus, la ministre provinciale du Développement social et députée d’Edmundston—Saint-Basile, l’Honorable Madeleine Dubé, ne cessait de lui en vanter les mérites. « Je tenais à ce que monsieur le ministre vienne sur place. Je voulais qu’il constate par lui-même à quel point ce programme est bénéfique pour nos enfants, qui vivent dans notre société où le stress affecte tous les citoyens, peu importe leur âge », a commenté madame Dubé.

Monsieur Carr s’est donc rendu à l’école Notre-Dame, où il a été accueilli par le personnel et les élèves, qui lui ont expliqué les rudiments du programme et témoigné de ses effets positifs.
Il a également rencontré de nombreux acteurs qui contribuent au rayonnement de l’initiative, dont des parents, des membres de l’équipe du District scolaire francophone du Nord-Ouest (DSFNO), partenaire depuis toujours, de même que de l’Université de Moncton, campus d’Edmundston (UMCE).

Une autre invitée de marque, madame Renée Guimond-Plourde, était présente. Infirmière de profession, c’est elle qui a institué le programme en 1988, avec l’aide d’un psychopédagogue, Claude Carrier. Madame Guimond-Plourde est ajourd’hui professeure-chercheuse à l’UMCE.

Passionnée par le sujet du stress chez les jeunes, madame Guimond-Plourde a continué à l’explorer en y consacrant des études de maîtrise et de doctorat. Au fil des ans, elle est demeurée très proche de l’école Notre-Dame et a contribué à tissé des liens étroits entre le DSFNO et l’UMCE.

Monsieur Carr s’est montré très intéressé tout au long de sa visite, non seulement à titre de ministre, mais aussi comme parent.

« En tant que ministre père de deux fillettes, je dois dire que l’initiative que j’ai pu observer à l’école Notre-Dame est très intéressante. Je suis convaincu qu’il serait très pertinent d’explorer plus en détails la possibilité d’appliquer ce programme de gestion du stress dans tous les districts scolaires néo-brunswickois. Je vais en parler aux intervenants compétents dès que j’en aurai l’occasion », a-t-il ajouté.

Le DSFNO est particulièrement heureux de la réaction positive du ministre. Son directeur général, monsieur Bertrand Beaulieu, a souligné que le programme est une immense source de fierté pour son équipe actuelle, de même que pour ses prédécesseurs des 25 dernières années.

Le DSFNO est également fier de s’être allié avec la Santé publique, par l’entremise du programme Apprenants en santé, de même qu’avec l’UMCE, afin d’outiller ses 19 écoles en matière de gestion du stress. Ainsi, depuis 2011, tous ses établissements scolaires comptent des employés ayant reçu une formation à cet effet. De plus, ceux-ci sont en mesure de former à leur tour leurs collègues, de même que les parents des élèves qui le souhaitent.

« Cette démarche auprès de l’ensemble de nos écoles constituait l’un des objectifs de notre planification stratégique triennale 2009-2012. Dans notre exercice pour 2013-2016, préconiser des stratégies d’enseignement de façon à guider et soutenir l’apprentissage et le bien-être de chaque élève demeure l’une de nos priorités », a souligné le directeur général du DSFNO.

Le DSFNO et ses partenaires ont aussi transmis leur expertise aux infirmières du programme Apprenants en santé des deux autres districts scolaires francophones de la province. Celles-ci ont entrepris à leur tour de former des personnes ressources dans les écoles qu’elles représentent.

Fait à souligner, depuis plusieurs années, des étudiants du Secteur éducation et lettres de l’UMCE apprivoisent eux aussi les stratégies mises de l’avant par le programme en gestion du stress. Avec la collaboration du DSFNO, ces futurs éducateurs se rendent notamment dans des classes de l’école Notre-Dame afin de mettre en pratique leurs apprentissages.

— 30 —

À propos du DSFNO
Le District scolaire francophone du Nord-Ouest (DSFNO) dessert la population des comtés de Madawaska, de Victoria et de Restigouche-Ouest, au Nouveau-Brunswick. Il accueille annuellement plus de 5 600 élèves francophones dans 19 écoles. Depuis 2012, il est aussi responsable de 52 garderies agréées, lesquelles offrent leurs services à plus de 2 100 enfants. Toute cette communauté peut compter sur le dévouement de l’équipe du DSFNO comprenant au-delà de 800 employés.

Source :
Julie Poulin
Coordonnatrice des relations stratégiques du DSFNO
Téléphone : 506 737-4585
Autres photos (haute résolution) :Photo 1
Source : Service des communications, Campus d'Edmundston
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.