Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mercredi 20 Mars 2013

La grande illusion des conversions dans les missions d’Acadie au 17e siècle

Dans la photo, le professeur Nicolas Landry, à droite, est accompagné de Jeremy Hayhoe, directeur du Département d’histoire et de géographie.
Agrandir l'image
Nicolas Landry, professeur d’histoire au campus de Shippagan, a prononcé une conférence au campus de Moncton, intitulée « Croyances religieuses ou spiritualité ? La grande illusion des conversions dans les missions d’Acadie au 17e siècle ».

Très peu d’études s’intéressent à la présence française et micmac à l’extérieur de la grande région de Beaubassin et de la rivière Saint-Jean. Cela s’explique en partie par le fait que l’essentiel du peuplement acadien d’avant 1763 se concentre en Acadie péninsulaire néo-écossaise, à l’île Royale (Cap-Breton) et à l’île Saint-Jean (Île-du-Prince-Édouard). Il n’en demeure pas moins que l’aventure missionnaire au nord du Nouveau-Brunswick commence à peu près en même temps que celle des commerçants français dans la baie des Chaleurs et dans le golfe Saint-Laurent soit pendant les années 1620.

Cette conférence se limitait toutefois à cerner les contours des relations entre les missionnaires et les Micmacs pendant la première moitié du 17e siècle. De manière plus précise, le professeur Landry a dressé un bilan des connaissances portant sur les écarts entre les attentes d’évangélisation des missionnaires et les réalités auxquelles ils sont confrontés.
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.