Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mercredi 18 Janvier 2012

ONF en Acadie : on se garde au chaud avec du bon cinéma !

Cet hiver, le public est invité à se garder bien au chaud avec du bon cinéma puisque les Rendez-vous de l’ONF en Acadie sont de retour dès le 22 janvier.

Cette saison, plusieurs nouveautés seront projetées à l’écran. Des soirées de cinéma sans frais portant sur des enjeux actuels qui démontrent le savoir-faire de cinéastes de grand talent. Le premier film à l’affiche est une nouveauté de 2011, « La guerre de Wiebo », du réalisateur David York.

Du cinéma sur les enjeux qui secouent notre monde
Les Rendez-vous de l’ONF mènent le public au coeur des enjeux qui secouent notre monde. Comment développer mines et sources d’énergie tout en préservant l’environnement? Peut-on combattre l’épidémie d’obésité? Qu’ont à dire les soldats sur le métier de la guerre? La justice internationale et la renaissance de l’Afrique sont-elles des utopies? Au bout de ces questions, l’espoir fait surface, apporté par les beautés de l’art, la danse et la musique, et par la profonde humanité des gens rencontrés un peu partout au pays et ailleurs sur la planète.

Les cinéphiles seront heureux d’avoir l’occasion de revoir des films qui ont été projetés au Festival international du cinéma francophone en Acadie en novembre dernier : « Trou Story », de Richard Desjardins et Robert Monderie, « Trente tableaux », de Paule Baillargeon, et « The Lost Town of Świteź », de Kamil Polak.

Tous ces films sont présentés dans la salle de projection 163 du pavillon Jacqueline-Bouchard au campus de Moncton à 19 heures. L'entrée est libre.

« La guerre de Wiebo » de David York (2011, 93 minutes), prend l’affiche le lundi 23 janvier. Ce film relate la lutte que mène le révérend Wiebo Ludwig contre l’industrie gazière et pétrolière en Alberta, et brosse le portrait nuancé d’un homme poussé à l’extrême, diabolisé par les médias et rejeté par sa communauté. Il soulève une question troublante : jusqu’où iriez-vous pour défendre votre famille et votre terre?

Le 30 janvier, un enjeu au coeur des préoccupations des Canadiens des dernières années prend l’affiche avec « Le 22e Régiment en Afghanistan », de Claude Guilmain (2011, 44 minutes). Ce documentaire donne la parole aux militaires, tous francophones, du Royal 22e Régiment, filmés alors qu’ils étaient en Afghanistan en mars 2011.

Le 6 février, le public pourra avoir un point de vue inédit sur le travail du procureur général Luis Moreno-Ocampo et les premiers procès de la Cour pénale internationale, récemment instaurée pour poursuivre les responsables de crimes contre l’humanité avec le film « Le procureur », de Barry Stevens (2010, 94 minutes).

Le 20 février, plein feu sur le secteur des mines au Canada avec « Trou Story », de Richard Desjardins et Robert Monderie (2011, 79 minutes). C’est un film qui expose avec clarté et à coups d’images chocs, d’archives rares et d’entretiens, le dossier minier canadien. Ce film des réalisateurs de « L’erreur boréale » est à ne pas manquer.

« Le poids du monde », de Glynis Whiting (2003, 51 minutes), prend l’affiche le 27 février. Dans ce documentaire fascinant, le Dr Stephan Rossner, spécialiste de l'obésité, démontre hors de tout doute que notre société a créé elle-même cet environnement toxique.

On découvre « Les États-Unis d’Afrique », de Yanick Létourneau (2011, 75 minutes) le 12 mars. Le cinéaste suit un pionnier du hip-hop africain, le Sénégalais Didier Awadi, dans la création de son album en hommage aux grands leaders de la conscience noire.

Le 19 mars, un programme sur la danse met en vedette cinq films : « Lodela », de Philippe Baylaucq (1996, 26 minutes), « ORA », de Philippe Baylaucq (2011, 15 minutes), « Source de Pepita Ferrari » (2011, 6 minutes), « Pas de deux de Norman McLaren » (1968, 13 minutes) et « Ballet Adagio », de Norman McLaren (1972, 10 minutes).

En guise de clôture, « Trente tableaux », de Paule Baillargeon (2011, 81 minutes) sera présenté le 9 avril. En 30 tableaux, Paule Baillargeon se raconte. C’est l’histoire d’une femme, d’une cinéaste, d’une mère, d’une féministe, d’une artiste. D’une comédienne aussi, qui livre la narration de ce texte puissant qui berce et secoue. La projection sera précédée du film d’animation « The Lost Town of Świteź », de Kamil Polak, basé sur un poème du 19e siècle du grand écrivain polonais Adam Mickiewicz (2011, 20 minutes).

Renseignements : onf.ca/rendez-vous
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.