Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Jeudi 21 Juin 2012

Mission POLDER (2012) aux Îles-de-la-Madeleine

Agrandir l'image
Pour la deuxième année consécutive, Anne Fauré, professeure au baccalauréat en Gestion intégrée des zones côtières (UMCS), participe, dans le cadre d’une coopération France-Québec, au projet de recherche POLDER (Politiques publiques de développement durable des mers et des littoraux : Évaluation et recherche). Cette initiative de recherche est financée par la Commission permanente de coopération franco-québécoise gérée conjointement par le Consulat de France à Québec et le ministère des Relations internationales du Québec.

Le groupe est composé de géographes, de politologues et d’un économiste. Les institutions d’attaches se situent de part et d’autre de l’Atlantique avec, à l’Université de Nantes, Thierry Guineberteau et Brice Trouillet, à l’ENAP-Montréal, Isabelle Fortier, à l’UQAR, Claude Rioux et, à l’UMCS, Anne Fauré. À l’antipode des approches normatives de la gestion intégrée des zones côtières (GIZC), trop souvent prises pour acquises, la GIZC est appréhendée par l’équipe comme un mode de gouvernance dynamique en construction, mais également en questionnement.

La mission de coopération s’est déroulée du 5 juin au 13 juillet aux Îles-de-la-Madeleine et s’est terminée par une communication lors de la 10e Conférence Zone côtière Canada, 2012, à Rimouski.

L’objectif de la démarche visait à tester en territoire québécois un cadre théorique basé sur une approche tridimensionnelle de l’action publique, c’est-à-dire les territoires, les acteurs et les compétences, afin de mieux comprendre les mécanismes de production et de concrétisation du bien commun.

Une dizaine d’acteurs ont pu être rencontrés et des premières observations ont pu être faites, à savoir la multiplication des lieux de concertation (formels et informels), la mise en tension des mécanismes de représentation versus de participation, la personnalisation de certaines fonctions, le (re)positionnement de certains acteurs, la modification des échelles de références des acteurs et des modalités de gouvernance associées.

Des avenues méthodologiques se sont également dessinées avec notamment la possibilité de constituer pour chaque terrain des corpus par l’intermédiaire de cartographie d’acteurs, d’analyse de discours, d’observation participante, de récit de vie et l’identification d’outils permettant de faire émerger la dimension comparative : sociogrammes et radars.

La prochaine mission permettra de tester la même grille et de faire évoluer les avenues méthodologiques prometteuses en territoire français sur l’île d’Yeu.
Source : Service des communications, Campus de Shippagan
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.