Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mercredi 20 Juin 2012

Le professeur chercheur Rodrigue Landry part à la retraite à la fin du mois

La photo nous fait voir, de gauche à droite, Éric Forgues, directeur adjoint et chercheur à l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques; Réal Allard, professeur associé à la Faculté des sciences de l’éducation; Nicole Bourget, sous-ministre adjointe du Secteur des affaires publiques et régionales au ministère du Patrimoine canadien; Rodrigue Landry, qui a reçu une peinture de l’artiste Julie Boulianne, et son épouse, Joanne Landry; Raymond Théberge, recteur de l’Université de Moncton et président de l’ICRML; et Jean-François Richard, doyen de la Faculté des sciences de l’éducation.
Agrandir l'image
Le conseil d’administration et l’équipe de l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques ont invité parents et amis à venir transmettre leurs bons vœux à Rodrigue Landry, qui prend sa retraite le 30 juin prochain après dix ans à titre de directeur général de l’ICRML.

« Rodrigue Landry, dans ses rôles de professeur, chercheur et administrateur, aura été l’une des personnes les plus influentes sur le système d’éducation publique au Nouveau-Brunswick et en milieu minoritaire canadien depuis les 25 dernières années », rappelle Jean-François Richard, doyen de la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Moncton.

M. Landry est l’un des pionniers de la Faculté des sciences de l’éducation. Après avoir enseigné dans le système scolaire pendant quelques années et avoir entrepris des études doctorales à l’University of Wisconsin, il est arrivé à la Faculté en 1975 comme professeur en éducation spéciale. « Son intérêt pour la recherche était déjà très apparent dès le début de sa carrière, ajoute M. Richard. Je doute fort que Rodrigue imaginât qu’après ses premières publications à la fin des années 1970 qu’il atteindrait le cap de plus de 160 publications à la fin de sa carrière, ce qui est tout à fait remarquable. »

Comme professeur, il a enseigné des cours en éducation spéciale et en apprentissage et enseignement aux 1er et 2e cycles; à compter de l’an 2000, il a surtout contribué au programme de doctorat en éducation.

Alors que l’Université était en pleine évolution en ce qui a trait à ses capacités en recherche, Rodrique a été l’un des instigateurs de la mise sur pied du Centre de recherche et de développement en éducation (CRDE) en 1989. Offrant surtout du soutien au corps professoral et aux étudiants de 2e cycle dans leurs travaux de recherche, le CRDE gère aujourd’hui toute une panoplie de projets tant sur la scène provinciale que nationale et internationale et est reconnu pour l’expertise qu’il offre et la rigueur de son travail.

De 1992 à 2002, Rodrigue Landry a occupé le poste de doyen à la Faculté des sciences de l’éducation. Cette période a été marquée par deux projets mobilisateurs qui définiront davantage la mission de la Faculté : la pédagogie actualisante et le doctorat en éducation. La pédagogie actualisante est un projet facultaire qui a interpellé son corps professoral de façon à définir une philosophie pédagogique applicable à tous les cycles d’enseignement. Et dans la suite logique de former des leaders en éducation tant au niveau national que provincial, la Faculté, sous la direction de Rodrigue Landry, a proposé le projet ambitieux du doctorat en éducation qui a accueilli ses premières étudiantes à l’automne 2000.

« Ces deux initiatives démontrent le souci qu’il avait en lien avec le rôle que devait jouer la Faculté au niveau de la formation et de sa contribution à l’avancement des connaissances en éducation, ajoute le doyen Richard. Ce souci et cette rigueur auront marqué son mandat comme doyen et auront contribué à instaurer une atmosphère de travail à la Faculté et un sens de responsabilité auprès de son corps professoral. »

Au terme de son deuxième mandat comme doyen en 2002, M. Landry a accepté la direction de l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques, mais a toujours gardé un lien étroit avec la Faculté en continuant de participer de façon significative au programme de doctorat.

Comment caractériser l’ensemble de la carrière de Rodrigue Landry ? On peut premièrement la quantifier : 160 publications, 170 communications, 200 conférences et ateliers, 3,5 millions de dollars en subventions, neuf prix et reconnaissances de marque (prix des Comités de parents du Nouveau-Brunswick (avec Réal Allard) en 2001, et prix France-Acadie 2003 en sciences sociales pour le livre « Éducation et droits collectifs: Au-delà de l’article 23 de la Charte », avec Serge Rousselle. On peut également la qualifier : professeur et chercheur hors pair, leader, visionnaire, motivateur et surtout grand humaniste.

« Rodrigue, pour l’ensemble de ton oeuvre, nous voulons t’exprimer notre reconnaissance et notre grande admiration, conclut M. Richard. L’éducation a grandement évolué, tant au Nouveau-Brunswick que dans le reste du Canada, grâce à ta présence et à tes nombreuses contributions. Les milliers d’élèves et enseignants oeuvrant en milieu minoritaire francophone te remercient. »
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.