Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Vendredi 06 Avril 2012

ONF en Acadie : Trente tableaux de Paule Baillargeon

À l’affiche le lundi 9 avril aux Rendez-vous de l’ONF en Acadie, « Trente tableaux de Paule Baillargeon » (2011, 81 minutes), le dernier film de la saison.
Dans ce documentaire
atypique, la cinéaste raconte son parcours de femme, de cinéaste, de mère, de féministe et d’artiste. De comédienne aussi, laquelle livre la narration de ce texte puissant, qui berce et secoue. La cinéaste qui a été honorée cette année du prix Jutra-Hommage, véritable consécration de l’ensemble de son œuvre, offre au public un film actuel et unique, à la fois personnel et universel.

La présentation aura lieu à compter de 19 heures dans la salle de projection 163 du pavillon Jacqueline-Bouchard au campus de Moncton. L’entrée est libre.

En première partie, vous pourrez voir un bijou de l’animation, le court métrage « The Lost Town of Świteź », basé sur un poème du 19e siècle du grand écrivain polonais Adam Mickiewicz.

Trente tableaux
Paule Baillargeon a 37 ans, 11 ans, 65 ans… Dans ce film composé de fragments, elle se raconte. Ce sont des images fortes, les siennes, filmées, dessinées, animées, qui dressent le portrait d’une vie sauvage, rebelle et douce. Ces 30 tableaux évoquent les drames fondateurs de l’enfance et les combats d’adulte, et lèvent le voile sur la femme qu’elle était et qu’elle est, une artiste qui porte, inscrite dans sa chair et sa mémoire, l’histoire des femmes du Québec. Autobiographie ou plutôt un conte authentique, imprévisible et unique comme le sont toutes les vies.

« Trente tableaux » a été présenté en grande première acadienne au Festival international du cinéma francophone en Acadie en novembre dernier à Moncton.

La réalisatrice
Récipiendaire du prix Albert-Tessier en 2009 et nommée la même année cinéaste en résidence à l’ONF pour deux ans, Paule Baillargeon s’illustre depuis plus de 40 ans devant et derrière la caméra.

Née en Abitibi, elle s’installe à Montréal pour entreprendre une carrière en théâtre avec Le Grand Cirque ordinaire, puis devient actrice au grand et au petit écran. Elle s’impose parallèlement à la réalisation et à la scénarisation de fictions et de documentaires à partir des années 1970, signant entre autres « Anastasie oh ma chérie »,« La cuisine rouge » (coréalisé avec Frédérique Collin), « Sonia », « Le sexe des étoiles », « Claude Jutra, portrait sur film » et « Le petit Jean-Pierre, le grand Perreault ». À l’issue de sa résidence à l’ONF, elle livre en 2011 le long métrage « Trente tableaux ».

The Lost Town of Świteź
Ce film à grand déploiement est porté par la musique d’Irina Bogdanovitch. En utilisant une technique à la fine pointe de l’animation par ordinateur, Kamil Polak crée un univers visuel foisonnant basé sur l’imagerie des icônes religieuses et de la peinture romantique polonaise. Polak, a étudié la musique classique, le ballet et la peinture à l’École des beaux-arts de Varsovie, ce qui l’a mené au cinéma et particulièrement à l’animation.
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.