Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Lundi 05 Décembre 2011

Table ronde : le pari de la démocratie dans le monde arabe

La photo nous fait voir, de gauche à droite, le professeur Chedly Belkhodja, du Département de science politique; Michel Cormier, directeur de la Société Radio-Canada en Acadie; Haroun Bouazzi, ingénieur de formation qui travaille actuellement dans le domaine des hautes technologies au sein d'une institution financière canadienne; et Valérie Roy, assistante de recherche au Centre Métropolis atlantique.
Agrandir l'image
Le Centre Métropolis atlantique, le Département de science politique de l’Université de Moncton et la Chaire de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté de l’Université du Québec à Montréal ont organisé une table ronde portant sur le pari de la démocratie dans le monde arabe, en compagnie Michel Cormier, directeur de la Société Radio-Canada en Acadie, et Haroun Bouazzi, ingénieur de formation qui travaille actuellement dans le domaine des hautes technologies au sein d'une institution financière canadienne.

Au regard des événements qui ont marqué la région depuis la révolution du jasmin en Tunisie jusqu’à la contestation contre le régime du président Bachar al-Assad en Syrie, cette table ronde a permis de réfléchir à plusieurs enjeux cruciaux pour la normalisation de sociétés postautoritaires, notamment l’avenir des transitions démocratiques, la place de l’héritage arabo-musulman et des valeurs libérales, de même que le développement économique et social.

Michel Cormier a une longue carrière journalistique au réseau français de Radio-Canada en tant que correspondant parlementaire à Ottawa, puis chef du bureau de la colline parlementaire des nouvelles télévisées de Radio-Canada à Québec et à l’étranger en tant que correspondant international en Russie et en Chine. Il vient de publier un ouvrage sur la Chine contemporaine aux éditions Leméac, intitulé « Les héritiers de Tiananmen ».

En décembre 2010, dès le début de la révolte tunisienne, Haroun Bouazzi cofonde avec d'autres militants tunisiens le Collectif de solidarité au Canada avec les luttes sociales en Tunisie, dont il est le porte-parole. Le collectif a notamment travaillé sur le dossier du gel des avoirs des familles Ben Ali-Trabelsi, et a mené les actions qui ont poussé le gouvernement conservateur à modifier la législation canadienne en matière de personnes politiquement exposées, débouchant sur le gel de ces avoirs.
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.