Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Lundi 24 Octobre 2011

Deux étudiants du BGIZC ont donné une présentation à une conférence de géographie le 15 octobre dernier à l'Université Mount Allison de Sackville au Nouveau-Brunswick.

La photo montre Anne et Meher en train d'examiner un arbre déchaussé par les tempêtes de décembre 2010.
Agrandir l'image
Cet été, Anne Doiron et Meher Chelbi, étudiants au programme de gestion intégrée des zones côtières, ont travaillé sur une recherche originale sur les infrastructures à risque d'inondation et d'érosion de trois municipalités côtières de la Péninsule acadienne (Le Goulet, Shippagan et Bas-Caraquet) avec Inuk Simard, responsable du laboratoire de géomatique de l'UMCS, et André Robichaud, professeur de géographie dans la même institution. Le projet est financé par le programme d’Initiatives de collaboration pour l’adaptation régionale (ICAR) pour l’Atlantique, un programme commun du ministère de l’Environnement du Nouveau-Brunswick, de Ressources naturelles Canada avec une participation de l'UMCS et de l'Université de Moncton (FESR). Le rôle des deux étudiants a été d'établir une base de données des infrastructures des trois localités à l'aide de photos aériennes à haute résolution, de SIG et d'observations de terrain. Il y a moins d'une semaine, ils ont eu l'occasion de présenter leurs travaux lors de la conférence de l'Association des géographes canadiens de l'Atlantique qui a eu lieu à Sackville. Ils ont fait une présentation orale de 15 minutes devant des chercheurs et des étudiants en géographie et en environnement, provenant des quatre provinces de l'Atlantique, auxquels se sont aussi ajoutés des chercheurs d'autres provinces. D'après le professeur Robichaud, qui assistait aussi à la conférence, les deux étudiants ont donné une excellente présentation. « Ce n'est pas facile de préparer une communication scientifique en pleine période de tests, et ensuite de présenter en un quart d'heure un travail qui a duré quatre mois. Un tel exercice est d'ailleurs très formateur et, dans ce cas-ci, nos deux étudiants ont aussi fait preuve de dévouement. » Le projet a donc contribué à la formation des étudiants et, inversement, leur formation en GIZC leur a permis de synthétiser puis de présenter une recherche reliée à leur domaine devant la communauté scientifique. Toutes nos félicitations à Anne et Meher pour leur performance!
Source : Service des communications, Campus de Shippagan
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.