Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Jeudi 13 Octobre 2011

Une subvention de 293 000 $ obtenue des IRSC

Une subvention de fonctionnement de 293 000 $ des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) a été accordée à France Rioux, professeure en sciences de la nutrition à l’Université d’Ottawa et ancienne professeure de l’École des sciences des aliments, de nutrition et d’études familiales de l’Université de Moncton, Sylvain Fiset, professeur titulaire de psychologie au campus d’Edmundston, et Marc Surette, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en métabolisme cellulaire des lipides et professeur titulaire au Département de chimie et biochimie du campus de Moncton.

Cette subvention qui sera gérée à l’Université d’Ottawa est le renouvellement d’une subvention de 240 000 $ obtenu par ces trois professeurs en 2006.

L’équipe se propose de poursuivre ses travaux de recherche portant sur l’impact de la déficience en fer maternelle sur le développement du système nerveux central (SNC) de la progéniture. Les enfants qui souffrent d’une déficience en fer après la naissance sont plus à risque de développer des problèmes d’apprentissage et de comportement. Cependant l’impact de la déficience en fer durant la grossesse sur le développement du SNC est moins connu.

Un modèle animal, le cochon d’inde, est utilisé pour ces études expérimentales. Comme chez l’humain, le développement du cerveau du cochon d’inde connaît une croissance rapide pendant la période gestationnelle, ce qui permet d’étudier l’impact des manipulations nutritionnelles sur le développement du SNC de la progéniture dans un modèle qui se rapproche à l’humain. Ce groupe de recherche a démontré qu’une carence maternelle en fer a un impact sur le comportement de la progéniture puisque les nouveau-nés de mères carencées en fer sont plus actifs. De plus, les capacités auditives des petits mesurées par la conduction électrique cérébrale sont modifiées et ce malgré un apport adéquat en fer après la naissance. Ces conséquences d’une carence maternelle en fer ont aussi été associées avec des changements au métabolisme lipidique du cerveau.

L’objectif de ce projet sera d’étudier l’impact de l’alimentation en acides gras essentiels sur les conséquences d’une carence en fer maternelle. Le comportement, les capacités auditives et le métabolisme lipidique de la progéniture seront mesurés à court et à long terme afin de déterminer si les conséquences de l’alimentation maternelle se maintiennent jusqu’à l’âge adulte. Les résultats obtenus permettront de mieux comprendre les effets potentiellement néfastes de la déficience en fer maternelle sur le développement du SNC de la progéniture, et s’il y a des liens avec l’alimentation et le métabolisme des acides gras essentiels.
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.