Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Jeudi 15 Septembre 2011

35e saison de l’Escaouette : un grand cru théâtral

Pour célébrer sa 35e saison, l’Escaouette a concocté une saison théâtrale festive et diversifiée qui fera le bonheur de son public toujours plus nombreux. « Trente-cinq ans d’agrément » est le slogan de cette saison de célébration qui comprend six spectacles mettant en vedette de grands interprètes avec de grands textes.

« Lorsque le rideau se lève sur une nouvelle saison théâtrale, c’est pour notre équipe un bonheur renouvelé, affirme la directrice artistique de l’Escaouette, Marcia Babineau. Cette 35e saison marque un jalon important pour nous et elle confirme que le théâtre acadien a acquis au fil des ans ses lettres de noblesse et qu’il rayonne non seulement ici, mais au-delà de nos frontières. »

Fidèle à sa tradition, l’Escaouette présentera des œuvres originales de dramaturges d’ici :

« La persistance du sable », de Marcel-Romain Thériault, (4 octobre à 20 heures); à la demande générale, « Les trois exils de Christian E. », de Christian Essiembre et Philippe Soldevila (8 et 9 novembre à 20 heures); « Bouffe », de Mathieu Chouinard et Marc-André Charron (16 et 17 février à 20 heures); « La vieille femme près de la voie ferrée », 27e texte pour la scène d’Herménégilde Chiasson (25, 26 et 27 avril à 20 heures); mais aussi des pièces d’artistes et de compagnies avec lesquels l’Escaouette aime s’associer : « Cabaret Gainsbourg » (21 et 22 octobre à 20 heures), un cabaret-théâtre de la compagnie Pupulus Mordicus de Québec, et « La liste » (14 et 15 mars à 20 heures), un texte de Jennifer Tremblay (prix du Gouverneur général 2008), une production du Théâtre d’Aujourd’hui.

Le public sera aussi ravi de retrouver sur scène de merveilleux interprètes tels que Sylvie Drapeau, Béatrice Picard, Myriam De Verger, Audrey Blanchard (fraîchement diplômée de l’Université de Moncton) Richard Thériault et Christian Essiembre pour ne nommer que ceux-là.

Par ailleurs, la saison sera ponctuée de diverses activités pour souligner le 35e anniversaire, notamment le lancement d’un livre sur le théâtre l’Escaouette et une exposition d’affiches de pièces qui ont ponctué son évolution.

Tournées
Sur la route, la pièce « Les trois exils de Christian E. » connaîtra une importante diffusion qui commencera au prestigieux Festival Zones théâtrales à Ottawa et qui se poursuivra tout l’automne avec une vingtaine de représentations au Québec et au Nouveau-Brunswick.

Quant à la pièce « Je… Adieu », de Mélanie Léger, mettant en vedette Sarah Berthiaume, Matthieu Girard et Anika Lirette, elle fera escale dans la région de Montréal cet automne. Le spectacle prendra l’affiche du 19 octobre au 6 novembre à La Maison Théâtre, l’institution québécoise la plus renommée en théâtre pour l'enfance et la jeunesse et à L’Assomption du 8 au 10 novembre.

La persistance du sable - 4 octobre à 20 heures
C’est une coproduction du Théâtre populaire d’Acadie et du Théâtre du Tandem avec un texte de Marcel-Romain Thériault et une mise en scène de Philippe Lambert. Les interprètes sont Béatrice Picard, Richard Thériault, Myriam De Verger, Marcel-Romain Thériault , Jean-Moïse Martin et Audrey Blanchard.

Après 20 ans d’absence, Joyal Arsenault revient dans son Acadie natale au chevet de sa mère mourante. En tentant de reprendre contact avec elle, il revoit le chemin parcouru.

Au tournant des années 1980 en Acadie, les expropriés du parc national Kouchibouguac se mobilisaient une dernière fois contre ce que plusieurs ont appelé la deuxième déportation des Acadiens. Joyal, jeune diplômé en sciences sociales, et sa mère Mérilda, activiste politique, ont perdu cette lutte aux côtés des expropriés. La bouillante Mérilda attribua cette défaite au fait que trop de gens, dont son fils, avaient refusé de se battre jusqu’au bout.

Avec le sentiment de ne pas avoir été l’homme de la situation tant auprès des expropriés qu’aux yeux de sa mère, Joyal a choisi la coopération internationale pour guérir ses plaies. En Afrique, il a rencontré une guérisseuse malienne, Djénéba; il a repris goût à la vie et à l’action communautaire. Mérilda n’ayant jamais accepté cette défaite, ni le départ de Joyal, une réconciliation est-elle possible entre la mère et le fils?

Vous pouvez vous procurer des billets au guichet du théâtre l’Escaouette situé au 170, rue Botsford, ou en composant le 855-0001, poste 207. Les billets sont aussi disponibles dans le Réseau de billetterie du Grand Moncton.

Renseignements : Suzanne Cyr, au 854-6777
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.