Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Vendredi 17 Juin 2011

L’exercice du pouvoir : les travaux de Donald Savoie ont grandement alimenté le débat

La photo nous fait voir, de gauche à droite, 1re rangée : Isabelle McKay-Allain, doyenne de la Faculté des arts et sciences sociales de l’Université de Moncton; Jacques Bourgault, professeur associé à l’École nationale d’administration publique à l’Université du Québec à Montréal; Christopher Pollitt, professeur à l’Université catholique de Louvain; Donald J. Savoie, professeur au Département d’administration publique de l’U de M et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en administration publique et en gouvernance; Mario Polèse, du Centre Urbanisation Culture Société de l’Université INRS; Monique Colette, conseillère supérieure auprès du Bureau du Conseil privé; et Yvon Fontaine, recteur et vice-chancelier de l’U de M; 2e rangée : Pier Bouchard, professeure au Département d’administration publique de l’U de M, vice-présidente de l’Institut d’administration publique du Canada - chapitre de Moncton, partenaire de l’activité; Marc Duhamel, directeur de l’Institut canadien de recherche en politiques et administration publiques, partenaire de l’activité; Annie Therriault, gestionnaire régional - Moncton à l’École de la fonction publique du Canada et présidente de l’IAPC - Moncton, partenaire de l’activité; Roger Ouellette, professeur au Département de science politique de l’U de M, représentant au Conseil national de l’IAPC et animateur de la table ronde portant sur les défis, les tendances et l’avenir de l’administration publique; Annie Boudreau-Tibbo, analyste principale des politiques à l’APECA et conseillère de l’IAPC-Moncton, mot hommage à Donald J. Savoie; et Sylvie Leblanc, gestionnaire Politiques, planification, coordination à Patrimoine Canada, conseillère au conseil d’administration de l’IAPC-Moncton et animatrice de l’activité.
Agrandir l'image
Une activité de réflexion en hommage à Donald J. Savoie, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en administration publique et en gouvernance à l’Université de Moncton, a été organisée au campus de Moncton par l’Institut d’administration publique du Canada – groupe de Moncton, en partenariat avec l’Institut canadien de recherche en politiques et administration publiques, la Faculté des arts et des sciences sociales et le Département d’administration publique.

« Il est approprié que l’on profite d’une activité comme celle-ci pour rendre hommage au professeur Savoie, a mentionné le recteur Yvon Fontaine dans son allocution de bienvenue. Le thème de la journée est bien choisi - discuter des défis, des tendances et de l’avenir de l’administration publique. C’est un thème qui doit plaire à M. Savoie car le moins que l’on puisse dire, c’est qu’au cours des années ses travaux portant sur l’amélioration de l’exercice du pouvoir au sein du secteur public ont grandement alimenté le débat. »

« Donald n’aime pas beaucoup les honneurs et il est plutôt timide à cet égard, rappelle M. Fontaine. Je me souviens de sa réticence à participer à une activité pour souligner l’obtention de la Chaire de recherche du Canada en administration publique et en gouvernance dont il est le titulaire, chaire qui vient d’ailleurs d’être renouvelée. Les chaires de ce type sont détenues par d’exceptionnels chercheurs, reconnus par leurs pairs comme des chefs de file de calibre mondial dans leur domaine. M. Savoie a atteint un degré très élevé d’érudition et a acquis une renommée enviable auprès de ses pairs, tant au Canada qu’à l’étranger, pour avoir élargi nos connaissances et accru notre compréhension du monde. »

Cette timidité s’estompe cependant quand vient le temps pour lui de s’exprimer publiquement par le biais des médias et de donner son point de vue sur des questions de gouvernance, d’administration publique ou de politiques gouvernementales. « Quand il prend la parole, les gens écoutent, même les politiciens », ajoute M. Fontaine.

Le recteur a tenu à souligner également sa contribution inestimable à l’Université de Moncton. « Comme vous le savez, il a été pendant de nombreuses années directeur-fondateur de l’Institut canadien de recherche sur le développement régional et titulaire de la Chaire Clément-Cormier en développement économique. Son apport à notre communauté universitaire au fil des ans a été grandement apprécié. »

« Pendant toutes ces années où son expertise a été sollicitée, Donald Savoie n’a jamais raté une occasion de rappeler son affiliation à l’Université de Moncton, poursuit M. Fontaine. Le rôle qu’il a joué pour faire connaître notre institution n’a pas de prix. À ce titre, on peut affirmer qu’il a été l’un des plus importants ambassadeurs de notre institution sur la scène nationale et internationale. Sur un plan plus personnel, je connais Donald depuis de nombreuses années et son amitié m’est précieuse. J’ai profité à maintes reprises de ses sages conseils. »

L’hommage à M. Savoie a été suivi d’une conférence de Christopher J. Pollitt, de l’Université catholique de Louvain, et qui s’intitulait « Le Royaume-Uni est-il un cas particulier ? Divergences croissantes entre les politiques publiques du Royaume-Uni et du continent européen. »

Selon M. Pollitt, bien que certains pays (France, Royaume-Uni, Italie, Belgique, etc.) doivent se préparer à affronter une même tempête, ils ne disposent pas tous de moyens équivalents pour y arriver. « Le contexte étant différent (processus politique, législatif et organisationnel), les réformes de la gestion publique peuvent être formulées et appliquées beaucoup plus rapidement dans certains pays que dans d’autres, mentionne-t-il. La profondeur et la nature de la crise varient donc considérablement entre ces pays. Ainsi, bien qu’une discussion sur le plan international soit utile, il faut que chaque gouvernement produise une évaluation de sa situation avant d’entreprendre une réforme. Il peut être utile de partager les leçons apprises entre les pays mais il n’existe pas de « solution unique» pouvant convenir à tous les pays. Cela signifie que chaque gouvernement devra élaborer sa propre stratégie pour relever ses défis. »

Enfin, une table ronde portant sur les défis, les tendances et l’avenir de l’administration publique a regroupé trois personnes ressources, Jacques Bourgault, professeur associé à l’École nationale d’administration publique de l’Université du Québec à Montréal, « La satisfaction des attentes contemporaines de l'environnement des administrations publiques : un défi toujours plus exigeant mais incontournable »; Mario Polèse, professeur au Centre Urbanisation Culture Société de l’Université INRS, « Imputabilité des politiques publiques de développement régional : défi impossible ? »; et Monique Colette, conseillère supérieure auprès du Bureau du Conseil privé du gouvernement du Canada, « L'expérience de leadership d'un sous-ministre fédéral en région - défis et succès ».
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.