Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mardi 19 Avril 2011

Produits forestiers non ligneux : une richesse pour le nord du Nouveau-Brunswick

Dans la photo, Diane Landry et Amélie Jarret présentent un résumé de l’étude de préfaisabilité aux participants à Bathurst.
Agrandir l'image
Une étude de préfaisabilité rendue publique lors de deux forums d’échange et d’information, l’un à Bathurst et l’autre à Edmundston, révèle un potentiel important pour l’exploitation de 14 produits forestiers non ligneux (PFNL), non traditionnels, provenant des forêts du nord de la province. Les PFNL regroupent les produits de la forêt autres que la matière ligneuse utilisée par l’industrie de transformation du bois.

Intitulée « Étude de préfaisabilité pour la valorisation des produits forestiers non ligneux dans le nord du Nouveau-Brunswick », cette étude fait suite à un forum en agroforesterie qui a eu lieu à Shippagan en janvier 2009 et où les participants, en grande partie des propriétaires de lots boisés privés, avaient exprimé le vœu qu’on approfondisse le sujet pour ce qui est des variétés disponibles (voire même cultivables) dans nos régions et du potentiel de son exploitation sur une base rentable.

Le groupe de travail initial responsable de ce premier forum, coordonné par la Coopérative de développement régional-Acadie (CDR-Acadie), a été élargi afin d’y intégrer un nombre imposant de partenaires ayant participé, soit financièrement ou autrement, à l’étude de préfaisabilité et de la démarche de mobilisation en cours : Donald Hammond, directeur exécutif adjoint, Entreprise Chaleur; Joël Thibodeau, agent de développement économique, Entreprise Péninsule; Georges Roy, agent de développement d’entreprise, Entreprise Restigouche; Brian Donovan, directeur exécutif, Entreprise Miramichi; Rino Pelletier, Entreprise Madawaska; François Picard, Entreprise Grand-Sault; Diane Landry, agente de vulgarisation, Forêt expérimentale du campus d’Edmundston; Maurice Basque, agronome, agent de l’aménagement des terres, Agriculture et Aquaculture; Nancy Rousselle, agente de développement économique et communautaire, RDEE-N.-B.; Robert Thériault, producteur de bleuets et de miel, Péninsule acadienne; André LaPlante, coordonnateur de l'initiative du nord SDR; Bernard Savoie, agronome, Services agricoles Savoie; Claude Bergeron, producteur de bleuets; Claude Duke, producteur de sapin; Inuk Simard, superviseur de laboratoire, IRZC; Robert Ritchie, directeur général et forestier en chef, COFNO; et Réginald Boudreau, propriétaire de lots boisés.

Cette étude de préfaisabilité a été confiée par la CDR-Acadie à la Coopérative forestière du Nord-Ouest qui a sollicité la collaboration de la Faculté de foresterie de l’Université de Moncton, campus d’Edmundston pour les travaux de recherche et de rédaction. Avant d’entreprendre cette étude, la CDR-Acadie a procédé à un sondage auquel 75 propriétaires de lots boisés privés ont répondu et qui révélait leur intérêt en matière de PFNL, non traditionnels, ainsi que par rapport à une approche coopérative pour son exploitation.

Pour ce projet d’ensemble relié au PFNL, la CDR-Acadie a bénéficié d’un financement du programme fédéral Initiative de développement coopératif, volet Projet Innovation coopérative.

Prochaine étape
La prochaine étape consiste en l’organisation d’une mission exploratoire avec une délégation comprenant quelques producteurs de lots boisés privés du nord de la province intéressés à se regrouper en coopérative afin de fournir des volumes importants de PFNL, d’en faire la transformation et la mise en marché. On prévoit ainsi visiter en juin deux ou trois entreprises coopératives au Québec qui exploitent avec succès des produits forestiers non ligneux, non traditionnels, tant au niveau de la cueillette, de la transformation que leur mise en marché.

Par la suite, il faudra que les producteurs intéressés définissent ensemble à la lumière de cette étude et du rapport de mission, quels PFNL spécifiques ils voudraient exploiter après avoir obtenu au préalable un inventaire terrain permettant de déterminer leur approvisionnement potentiel dans nos forêts. De plus, ils devront poursuivre le travail amorcé notamment avec une étude de faisabilité, soit une étude plus approfondie ciblant quelques produits spécifiques qu’ils voudraient exploiter et mettre en marché sous forme coopérative.

Selon le directeur général de la CDR-Acadie, Melvin Doiron, « l’enjeu véritable, et c’est ce que révèle l’étude de préfaisabilité, est de structurer l’offre afin d’obtenir des volumes suffisant et de qualité car pour ce qui est de la demande pour les PFNL non traditionnels, elle se révèle en général bien supérieure à l’offre sur le marché. La tendance actuelle du marché porte à croire que les produits sauvages, surtout lorsqu’ils sont certifiés biologiques, ont de plus en plus la cote auprès des consommateurs. Voilà qui augure bien pour les régions du Nord. »

Renseignements : Melvin Doiron, au 506-727-6377.
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.