Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mercredi 09 Février 2011

L’Université de Moncton lance un programme de formation par compétences en science infirmière et inaugure des nouvelles salles d’enseignement par simulation

La photo nous fait voir, de gauche à droite, Suzanne Ouellette, chef du secteur de science infirmière au Campus de Shippagan, site de Bathurst; France L. Marquis, chef de secteur au Campus d’Edmundston; Sylvie Robichaud-Ekstrand, directrice de l’École réseau de science infirmière de l’Université de Moncton; le recteur, Yvon Fontaine; Martine Coulombe , ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail; Paul E. Bourque, doyen de la Faculté des sciences de la santé et des services communautaires; Jo-Annie Losier, de Dieppe, et Jeremy Roy-Léger, de Shédiac, étudiants de première année en science infirmière; et Isabelle Landry-Sonier, coordonnatrice adjointe du Consortium national de formation en santé - volet Université de Moncton.
Agrandir l'image
L’Université de Moncton a procédé le 8 février au lancement de son programme de formation par compétences de baccalauréat en science infirmière et à l’inauguration des nouvelles salles d’enseignement par simulation au pavillon Jacqueline-Bouchard du Campus de Moncton.

Le recteur, Yvon Fontaine, a profité de l’occasion pour remercier les gouvernements provincial et fédéral pour leur appui financier dans la reconfiguration du programme réseau de baccalauréat en science infirmière, la refonte du programme de maîtrise pour infirmière ou infirmier praticien et la modernisation des infrastructures. « La réalisation de ce projet d’envergure qui vise l’excellence dans la formation en français des infirmières et infirmiers cadre très bien dans nos objectifs, dit-il. En effet, la santé est l’un des axes prioritaires de développement pour notre institution».

Présente lors du lancement, Martine Coulombe, ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail, a rappelé l’engagement du gouvernement du Nouveau-Brunswick envers la formation en santé. « La contribution financière du gouvernement démontre notre engagement face à l’éducation de nos futurs intervenantes et intervenants en santé. Le programme de formation par compétences élaboré par l’Université de Moncton permet un meilleur apprentissage qui tient compte de l’évolution de la profession et des besoins en santé.»

La somme de 1 725 000 dollars investie par le gouvernement provincial a été répartie comme suit : 1 200 000 $ ont permis de moderniser les infrastructures; 275 000 $ ont servi à la modification et à la reconfiguration du programme réseau de baccalauréat en science infirmière; et 250 000 $ ont été investis à la refonte du programme de maîtrise pour infirmière ou infirmier praticien.

Le recteur Fontaine a également tenu à souligner l’important soutien financier du Consortium national de formation en santé (CNFS), accordé par le gouvernement du Canada dans le cadre du Programme de contribution pour améliorer l’accès aux services de santé dans les collectivités de langue officielle en situation minoritaire.

Rappelons que le CNFS a accordé la somme de 2 851 393 $ pour le programme de baccalauréat en science infirmière et de 773 677 $ pour le programme de maîtrise en science infirmière (infirmière ou infirmier praticien). Cette contribution s’échelonne sur la période de 2008 à 2013. De plus, des fonds additionnels de Santé Canada s’élevant à 1 428 205 $ ont été versés depuis 2006 pour l'achat d'équipement et la modernisation des laboratoires de l'École réseau de science infirmière.

La directrice de l’École réseau de science infirmière, Sylvie Robichaud-Ekstrand, a pour sa part expliqué les avantages du programme de formation par compétences qui privilégie l’apprentissage par situations infirmières cliniques (SIC).

« Chaque cours théorique en science infirmière est constitué de situations infirmières cliniques, de capsules théoriques et d’enseignement par simulation, souligne-t-elle. Avec la reconfiguration du programme réseau de baccalauréat en science infirmière, les stages cliniques débutent dès l’automne de la première année.Les évaluations des apprentissages et du développement des compétences s’effectuent dans l’action, entre autres, par l’entremise de situations infirmières cliniques simulées et variées, reproduites par des mannequins hautement informatisés ou par des acteurs. Au terme du programme, l’étudiante ou l’étudiant est en mesure d’appliquer une démarche infirmière dans diverses situations de santé tout en faisant preuve d’un jugement clinique appuyé sur des données concluantes ».

Soutenue par des infrastructures à la fine pointe de la technologie, cette nouvelle approche permettra à l’Université de Moncton de mieux répondre aux exigences des corps d’agrément de programmes en science infirmière et d’assurer une formation encore mieux adaptée aux besoins du système de santé du Nouveau-Brunswick.

Renseignements : Sylvie Robichaud-Ekstrand, au 858-4779.

Source : Service des communications, affaires publiques et marketing
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.