Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Lundi 13 Décembre 2010

Deux conférences sont proposées par Gaétane Dostie au Département d'études françaises

Gaétane Dostie, professeure au Département des lettres et communications de l’Université de Sherbrooke, prononcera deux conférences les 27 et 28 janvier lors de son passage au Département d’études françaises.

La conférence publique portera sur « Les formes euphémisées de sacres en français québécois : crime, christie, tabarouette ». La seconde conférence, intitulée « Les marqueurs discursifs : variation et régularité sémantique », sera présentée dans le cadre du séminaire de maîtrise et de doctorat en sciences du langage, donné par Gisèle Chevalier. Le cas de l’adjectif sérieux est utilisé par les jeunes locuteurs en divers lieux de la francophonie (ex. : sérieux à Toronto ça fume pas dans les bars là). L’heure et le lieu des conférences seront annoncés prochainement.

Gaétane Dostie effectue des travaux axés sur des phénomènes lexicaux variés caractéristiques du français parlé, tels qu’ils se manifestent de façon particulière en français québécois. L’optique sémantique retenue débouche de manière naturelle sur des propositions de type lexicographique. La problématique de la variation linguistique, centrale dans la réflexion, est abordée sous un angle intrasystémique : le but est de dégager les ingrédients, contenus dans le système linguistique français, susceptibles d’avoir favorisé l’émergence de phénomènes, parfois inusités au premier abord. Les thèmes de la grammaticalisation et de la pragmaticalisation sont mis à l’avant-scène.

Les recherches se présentent en trois volets, lexico-grammatical, lexico-discursif et un troisième relatif à la linguistique de corpus.

Volet lexico-grammatical
Les productions orales recèlent nombre de séquences où un même mot se voit reproduit sans pause. Ce phénomène est connu sous diverses appellations dont celle de réduplication. L’objectif est d’en rendre compte sous un angle grammatical (général, valable pour les diverses classes sémantiques de mots concernés) et lexical (individuel, dans les cas où le procédé en cause est exploité à des fins de création lexicale). On croise ici des domaines variés de la grammaire dont celui de l’adjectif (où intervient notamment une question de graduation) et du quantifieur/intensifieur (où surgissent notamment des problèmes liés à la scalarité et à la polarisation).

Volet lexico-discursif
Les interactions verbales se caractérisent en outre par la présence d’unités lexicales, appelées marqueurs discursifs, qui jouent un rôle au plan de la macro-syntaxe du discours (ex. : t’sais, fait que, pis, coudon, etc.). L’objectif de la recherche est de dégager leurs propriétés communes (sémantiques, syntaxiques, etc.) et de voir ce qui les caractérise en propre sur le plan individuel. Une attention spéciale a récemment été accordée à une catégorie fréquente de gros mots, les sacres, et à leurs formes euphémisées.

Linguistique de corpus
Les travaux reposent sur une exploration minutieuse d’un corpus de données orales contemporaines produites en contexte naturel, le Corpus de français parlé au Québec. Celui-ci est en voie de réalisation dans le cadre des activités du Centre d’analyse et de traitement informatique du français québécois.

Bienvenue à tous et à toutes. Renseignements : 858-4054,gisele.chevalg@umoncton.ca.
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.