Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Lundi 29 Mars 2010

Exercice public des étudiants et étudiantes en art dramatique

Les représentations ont lieu du 6 au 10 avril à 20 heures. Vous pouvez vous procurez les billets, 10 $ pour les adultes et 5 $ pour les étudiants et étudiantes, à la Librairie acadienne ou à l'entrée avant chaque représentation.
Agrandir l'image
Il n'y a plus que quelques jours avant la première de l'exercice public des étudiants et étudiantes de 3e et 4e années en art dramatique, qui aura lieu le mardi 6 avril à 20 heures au studio-théâtre La Grange.

La pièce qui est présentée, Jeux de massacre, est l'une des quelques œuvres à grande distribution d'Ionesco. Les dix étudiants et étudiantes des deux dernières années seront appuyés par leurs collègues de 2e et 1re années formant une équipe d'interprètes de 16 comédiens.

La semaine dernière était « la semaine de production » qui, comme chaque année implique tous les étudiants et étudiantes du programme dans la réalisation des décors, costumes et accessoires ou au niveau de l'encadrement technique du spectacle comme l'éclairage, le son et la régie.

La pièce elle-même représente un défi important pour les étudiants et les concepteurs du spectacle, les professeurs Andréi Zaharia qui signe la mise en scène, Alain Tanguay la scénographie et Louise Lemieux l'éclairage, car le texte est une sorte de panorama des évènements grands et petits, sans lien direct entre eux sauf qu'ils se passent dans une même ville où se déclare une épidémie de…. on ne sait pas exactement quoi, mais qui provoque la mort de milliers de personnes. Pas de symptômes, pas d'indications d'aucune sorte; la mortalité de masse reste inexplicable comme la mort elle-même.

La société dépeinte dans cette pièce créée en 1970, malgré ses caractéristiques vestimentaires semblant appartenir à des périodes historiques non définies, ressemble étrangement encore à celle d'aujourd'hui.

Si par le passé, les religions et la culture populaires préparaient depuis le plus jeune âge à affronter la mort, l'assimilant naturellement à la destinée de l'homme, aujourd'hui la fin de la vie est rejetée, reniée, considérée comme un échec, une conséquence de l'intempérance ou du vice, une absurdité car elle ne débouche sur rien, à éliminer, si possible, de notre réalité.

Plus que jamais nous sommes démunis devant la mort inéluctable et notre organisation politique et sociale, nos relations familiales ou nos attaches affectives, nos valeurs mêmes, semblent dérisoires confrontés à elle.

La mort, obsession fondamentale de l'auteur, joue plus que jamais dans cette pièce le rôle principal et provoque un exercice de style unique en son genre ou le grotesque fusionne avec le tragique et la satire, parfois cinglante, avec l'angoisse toujours présente, le tout culminant dans un paroxysme qui frôle le scandale.

Cependant, toujours chez Ionesco, le rire devient irrésistible et l'emporte sur tout le reste, comme si quelque part il y avait encore des ressources d'espoir que rien ne peut atteindre.
Les interprètes sont Josée Émilie LeBlanc, Daniel Pinet et Jean-Philippe Rioux de 4e année; Stéphanie Bélanger, Joannie Benoit, Audrey Blanchard, Mathieu Godin, David Losier, Agathe Marie et Gabriel Robichaud de 3e année; Frédéric Melanson, finissant du programme; Ludger Beaulieu-Bernard de 2e année; et Isabelle Bartkowiak, Carole Belliveau, Stéphan Bénard, Marilyn Bouchard de 1re année.

-30-

Renseignements : Sonya Doucet, au 858-4404.
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.