Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Jeudi 11 Mars 2010

Quelques réflexions sur la fonction publique et la politique de l'État en période difficile

La photo nous fait voir, de gauche à droite, assis : le recteur, Yvon Fontaine; Kevin G. Lynch, ancien greffier du Conseil privé et ancien sous-ministre dans la fonction publique du Canada, conférencier; et Monique Collette, présidente de l'Agence de promotion économique du Canada atlantique ; debout : Isabelle McKee-Allain, doyenne de la Faculté des arts et des sciences sociales ; Stephen McClatchie, vice-recteur à l'enseignement et à la recherche à Mount Allison University; Mylène Savoie, étudiante à la maîtrise en administration publique; Donald J. Savoie, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en administration publique et en gouvernance; Annie Therriault, présidente de l'Institut d'administration publique du Canada, chapitre de Moncton; et Pier Bouchard, professeure en administration publique et vice-présidente du groupe de Moncton de l'Institut canadien d'administration publique.
Agrandir l'image
Kevin G. Lynch, ancien greffier du Conseil privé et ancien sous-ministre dans la fonction publique du Canada, a proposé quelques réflexions sur la fonction publique et la politique de l'État en période difficile lors d'une conférence qu'il a prononcée devant une centaine de personnes au Campus de Moncton, des gestionnaires et hauts fonctionnaires de différents ministères et organismes publics, des professeurs et des étudiants.

Cette conférence était organisée par l'Université de Moncton, en collaboration avec l'Agence de promotion économique du Canada atlantique, l'Institut d'administration publique du Canada, le Département d'administration publique, la Chaire de recherche Clément-Cormier en développement économique, le Conseil fédéral du Nouveau-Brunswick et l'Université Mount Allison.

M. Lynch a discuté des principaux moteurs du changement qui ont un impact important sur les économies, que ce soit la mondialisation, la vitesse des changements technologiques, le vieillissement de la population (inversion de la pyramide des âges) ou encore la main-d'œuvre compétente, la mondialisation de l'insécurité et les répercussions durables de la crise financière.

En raison de la complexité et de l'incertitude qui caractérisent l'environnement mondial actuel et la concurrence accrue, il devient essentiel pour le Canada de se doter d'une orientation stratégique à long terme et de se positionner sur le plan mondial. À ce propos, M. Lynch cite Yogi Berra : « Si vous ne savez trop où vous allez, vous pourriez bien aboutir ailleurs ».

Dans ce contexte, il faut élaborer et gérer une marque ciblée pour le Canada car les marques rehaussent la valeur pour les entreprises, les établissements et les pays. Ainsi, le Canada doit créer une marque à partir de ses points forts comme la dette publique la plus faible parmi tous les pays du G-7, les villes fonctionnelles, etc.

Il n'y a pas de temps à perdre pour sortir du piège de la productivité au Canada, il faut se doter d'une stratégie liée à la productivité dont les composantes seraient le traitement du déficit en matière d'innovation au Canada (dépenses faibles en recherche et développement), l'expansion des marchés des échanges du Canada, la main-d'œuvre compétente et les nouvelles attitudes pour relever le défi de la compétition.

-30-
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.