Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Lundi 23 Novembre 2009

Une contribution de12,6 millions de dollars de Santé Canada pour le Projet CNFS de l'Université de Moncton

La photo nous fait voir, de gauche à droite, Simon d'Entremont, directeur général régional (Atlantique) de Santé Canada; France Marquis, chef de secteur et responsable du programme de baccalauréat en science infirmière au Campus d'Edmundston; Paul Albert, vice-recteur au Campus d'Edmundston ; Rolande Landry, finissante à la maîtrise en science infirmière et infirmière praticienne; et le recteur, Yvon Fontaine.
Agrandir l'image
Dans le cadre du Consortium national de formation en santé (CNFS), Santé Canada accorde un financement de 12,6 millions de dollars à l'Université de Moncton pour la mise en oeuvre de la phase III (2008-2013) de son projet de formation et de recherche.

Depuis 2003, c'est plus de 20 millions de dollars que reçoit l'Université pour ce projet, un investissement majeur dans la formation de professionnels de la santé francophones dans des secteurs clés. C'est un apport déterminant pour la santé en français au Nouveau-Brunswick ainsi que dans toute la région atlantique.

« L'Université de Moncton a profité de sa participation au CNFS lors de la phase II (2003-2008) pour renforcer considérablement ses programmes de formation en santé et pour en développer plusieurs nouveaux, mentionne le recteur, Yvon Fontaine. Nous comptons aller encore plus loin avec les fonds qui sont annoncés aujourd'hui. »

« Le gouvernement du Canada entend travailler avec ses partenaires, y compris l'Université de Moncton, pour appuyer la formation, le maintien en poste et le perfectionnement de professionnels de la santé dans les communautés de langues officielles en situation minoritaire, mentionne quant à elle Leona Aglukkaq, ministre de la Santé. Le financement annoncé aidera à offrir aux Francophones et aux Acadiens du Nouveau-Brunswick des services de santé dans la langue officielle de leur choix. »

Au cours de la phase III, l'Université continuera d'augmenter le nombre de professionnels francophones de la santé en élargissant davantage l'accès à diverses formations dans des secteurs clés comme la nutrition, les sciences infirmières, le travail social, la thérapie respiratoire, les techniques radiologiques et les sciences de laboratoire médical.

De plus, de nouveaux projets permettront de développer des formations spécialisées additionnelles en gestion des services de santé, en psychologie, en études du vieillissement et en télésanté. De façon stratégique, divers éléments y favoriseront soit la régionalisation, le renforcement et le soutien aux formations cliniques ou pratiques, soit la prévention en matière de santé ou encore le perfectionnement de professionnels déjà en cours de carrière.

Plusieurs de ces projets se réaliseront en collaboration comme, par exemple, les programmes articulés avec le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick - Campus de Campbellton, le perfectionnement professionnel en télésanté avec la Régie régionale de la santé A, et d'autres avec divers milieux dans le domaine de la santé ou communautaire.

Le volet de la recherche constituera toujours un champ important du projet CNFS de l'Université de Moncton. Il soutiendra la formation en favorisant le recrutement de professeurs-chercheurs et les activités de recherche des professeurs déjà embauchés. Simultanément, l'Université orientera ses efforts pour développer les activités dans l'axe de recherche Gouvernance, gestion et prestation des services de santé en français, qui constitue l'un des trois axes prioritaires identifiés par le CNFS et ses partenaires lors de la phase II.

Le résultat global est ambitieux puisqu'il vise 585 nouvelles admissions et 300 diplômées et diplômés dans l'ensemble de ses programmes ciblés d'ici 2013.

« Étant donné le nombre de programmes et la diversité des activités et des partenariats, c'est une contribution très importante que nous faisons au secteur de la santé grâce à un apport significatif de professionnels dans un nombre élargi de disciplines, ajoute M. Fontaine. La francophonie du Nouveau-Brunswick y gagnera sur de multiples plans, mais aussi celle de l'Atlantique et du reste du Canada. On peut de fait élargir les retombées qui seront bénéfiques à la population canadienne dans son ensemble tant les besoins en santé sont généraux. »

Ce financement fait partie d'un montant global de 86,5 millions de dollars qui a été accordé au Consortium national de formation en santé, un organisme qui regroupe 11 universités et collèges francophones à l'extérieur du Québec. Le secrétariat national du CNFS et ses 11 institutions membres ont chacun conclu une entente de financement avec Santé Canada en paraphant un accord de contribution avec son Bureau d'appui aux communautés de langue officielle, en vertu du Programme de contribution pour les langues officielles. Ce programme, dont fait partie le projet de formation et de recherche du CNFS, s'inscrit dans la Feuille de route pour la dualité linguistique 2008-2013, le plan d'action du gouvernement du Canada en matière de langues officielles.

Le CNFS se réjouit du renouvellement de ce partenariat très fructueux qu'il a forgé avec Santé Canada depuis maintenant six ans et qui apporte une contribution précieuse pour développer des services de santé en français au profit des communautés francophones en situation minoritaire.

-30-
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.