Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mardi 17 Novembre 2009

Chronique mieux-être

L'une des premières dimensions de la santé et du mieux-être abordée par cette chronique est celle de la dimension physique. Les quatre prochaines chroniques porteront là-dessus. Aujourd'hui, quelques pistes pour s'y retrouver au supermarché, à la boutique d'aliments naturels ou au stand de légumes sur le bord de la route. Pourquoi parler autant d'alimentation ? Et bien, c'est qu'au-delà des vertus de l'alimentation face à l'amélioration de la santé et du mieux-être, les sondages tels que celui du Eating Pattern in Canada, indiquent que les Canadiens sont de plus en plus nombreux à retourner à leurs casseroles. En 2008, 88% d'entre eux ont dit avoir l'intention de diminuer le nombre de leurs visites au restaurant et 36% passaient de 16 à 30 minutes à la préparation des repas. Mais, quoi mettre dans son panier ? Des aliments naturels, des aliments bios?

D'abord, il faut savoir que les aliments biologiques sont des aliments cultivés à l'aide de pratiques durables et respectueuses de l'environnement évitant d'utiliser engrais chimiques, pesticides de synthèse, médicaments vétérinaires synthétiques, organismes génétiquement modifiés. Ne se dit pas producteur bio qui le veut! Les producteurs doivent se soumettre à un processus formel d'évaluation. Un agent visitera la ferme pour vérifier si le producteur respecte les normes de pratique. Le règlement fédéral sur les produits biologiques est entré en vigueur le 30 juin 2009. Donc, avant cette date, ce n'était pas parce qu'un marchand s'affichait biologique qu'il l'était vraiment. Pour connaître les producteurs bios de votre région, rendez-vous au : http://www.acornorganic.org/French.html.

Mais manger bio, est-ce mieux pour vous ? Les recherches visant à déterminer les avantages liés à l'alimentation biologique n'ont pu établir que l'alimentation bio apporte plus de vitamines et de minéraux que l'alimentation conventionnelle. Bien que certains fruits bios semblent avoir un contenu plus élevé en antioxydants, en fer et en magnésium, ces différences sont trop faibles pour augmenter la santé globale de l'individu. Deux choses sont sûres : manger bio est meilleur pour la santé de la planète et le consommateur peut s'attendre à payer de 30 à 40% de plus que pour l'achat de produits conventionnels…

Pourtant le bio est à la hausse… Une étude menée auprès de 12 300 foyers canadiens en 2006 rapportait que 52% d'entre eux ont fait l'achat d'au moins un aliment certifié biologique en 2006, 5% de plus qu'en 2005. L'engouement pour les produits biologiques se traduit par des achats de légumes frais (25%), de fruits frais (13%), de boissons (18%) et de produits laitiers (11%). Statistique Canada (2008) rapporte que la demande pour les aliments certifiés biologiques progresse et ce, dans toutes les régions du Canada. Les provinces Maritimes ne font pas exception présentant une croissance de 34% des ventes de ces aliments en supermarché.

Vous voulez améliorer votre alimentation? Rappelez-vous ce truc simple. La prochaine fois que vous ferez l'épicerie, faites-en le tour! Évitez les allées centrales car c'est là où se trouvent les aliments transformés et prêts à consommer. En longeant les côtés de l'épicerie, vous aurez plutôt la chance de remplir votre panier de légumes, de fruits, de produits céréaliers, de viandes et de produits laitiers. Pour y voir plus clair en termes de mythes alimentaires, fiez-vous au site www.extenso.org, un petit bijou à visiter absolument! Bon appétit !

Nathalie Boivin
Source : Service des communications, Campus de Shippagan
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.