Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mercredi 12 Août 2009

L'ICRML signe un protocole d'entente avec la FLACSO au Guatemala

L'Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques logé à l'Université de Moncton, au Campus de Moncton étend son influence jusqu'en Amérique latine.

Son directeur, Rodrigue Landry, a signé un protocole d'entente avec la Faculté latino-américaine de sciences sociales au Guatemala (www.flacso.edu.gt), une institution universitaire autonome consacrée à la recherche et aux études supérieures présente dans une vingtaine de pays.

Le protocole prévoit l'accueil d'un chercheur de l'Institut, en l'occurrence Marc L. Johnson, en tant que chercheur et professeur invité à la FLACSO au cours de l'année 2009-2010, le développement d'un programme de recherche comparée sur la gouvernance scolaire en milieu minoritaire et des échanges entre chercheurs des deux institutions.

M. Landry indique que cette entente inaugure une nouvelle phase d'expansion de l'Institut dans le domaine international, basée sur l'expérience acquise dans son domaine d'expertise ici au Canada. « Plusieurs pays s'intéressent à l'expérience canadienne en matière de gouvernance linguistique et, par les compétences qu'ils ont développées, l'Institut et ses collaborateurs sont bien placés pour leur apporter un éclairage critique », explique-t-il.

Marc Johnson séjourne présentement au Guatemala pour deux ans. Il mettra à profit son expérience en gouvernance scolaire, acquise notamment pendant sa collaboration avec la Fédération nationale des conseils scolaires francophones. Selon lui, le Guatemala s'ouvre depuis quelques années à la prise en compte des réalités indigènes en milieux scolaires, dans le cadre plus large d'une démocratisation de ce pays. « Il sera intéressant de relire l'histoire de l'éducation de ce pays sous l'angle de la gouvernance afin de déceler les potentialités de renouveau », ajoute-t-il.

Un autre volet de cette recherche consistera à réunir les leçons apprises en matière d'évolution de la gouvernance scolaire dans d'autres pays, dont le Canada.

« La longue lutte des minorités francophones pour arracher la gouvernance de leurs écoles peut inspirer la composante indigène (maya et garifuna) du Guatemala, poursuit M. Johnson. En même temps, l'expérience plus récente du Nunavut en matière d'aménagement linguistique de l'inuktitut et de ses défis dans le domaine scolaire ne manquera pas d'intéresser nos partenaires guatémaltèques. »

-30-

Renseignements : 858-4669
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.