Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Bookmark and Share
Jeudi 14 Juin 2018

Le juge J. Ernest Drapeau et Mathieu Vick seront honorés par L’alUMni de l’Université de Moncton

Agrandir l'image
Dans le cadre de la Soirée Ovation, qui aura lieu le 18 octobre prochain, L’alUMni de l’Université de Moncton rendra hommage à deux diplômés au parcours remarquable en présentant l’Ordre du mérite au juge J. Ernest Drapeau (B. ès arts 1971) et le prix Émergence à Mathieu Vick (B. ès sciences – spécialisation en physique 2004).

L’Ordre du mérite attribué au juge J. Ernest Drapeau

Le juge J. Ernest Drapeau s’est illustré de façon exceptionnelle tout au long de sa brillante carrière de juriste, qui s’étend sur plus de quatre décennies. Il a grandement contribué à la profession juridique et à l’avancement du droit et de la justice au Nouveau-Brunswick. Il est l’auteur d’un grand nombre de décisions de grandes incidences pour les Néo-Brunswickoises et Néo-Brunswickois, notamment dans le domaine des droits linguistiques.

« L’impressionnant parcours de Monsieur le Juge J. Ernest Drapeau en est un marqué du sceau de l’excellence et L’alUMni se réjouit de lui remettre cette distinction, a déclaré le président de L’alUMni, Marc-Antoine Chiasson. Éminent juriste, Monsieur le Juge Drapeau est un modèle inspirant, dont l’influence et l’engagement dépassent largement les frontières de notre province. Son apport au milieu juridique est inestimable et rejaillit sur notre université et sur toute l’Acadie. »

L’Ordre du mérite est une distinction honorifique, remise annuellement, pour reconnaître la contribution exceptionnelle d’une ou d’un diplômé qui, par ses activités professionnelles et ses actions sociales, fait honneur à l’Université de Moncton et à sa profession.

Le prix Émergence décerné à Mathieu Vick

Le prix Émergence 2018 sera remis à Mathieu Vick, un jeune chef de file originaire de Dieppe, dont la trajectoire personnelle et professionnelle diversifiée est remarquable à plusieurs égards. Après de brillantes études en astrophysique, Mathieu a opté pour une carrière conciliant ses intérêts pour la politique et la justice sociale. Au printemps 2018, il a été élu président national du Nouveau Parti démocratique du Canada, faisant de lui le premier francophone et le premier Acadien à occuper ces fonctions.

« L’engagement social, communautaire et politique de Mathieu Vick, et ses qualités indéniables de rassembleur, font de lui un merveilleux ambassadeur, tant pour son alma mater que pour l’Acadie, a souligné Marc-Antoine Chiasson. Il se distingue par un parcours riche et diversifié, animé par de profondes convictions et un désir d’agir concrètement pour créer un monde plus juste et plus équitable. »

Institué en 2008, le prix Émergence a pour but de mieux faire connaître cette nouvelle génération de diplômées et diplômés qui se distingue dans différentes sphères d’activités, que ce soit en menant une carrière exceptionnelle ou encore en s’impliquant activement au sein de la communauté.

Biographies des lauréats 2018

Juge J. Ernest Drapeau

Le juge J. Ernest Drapeau s’est illustré de façon remarquable tout au long de sa brillante carrière de juriste, qui s’étend sur plus de quarante années. Il a grandement contribué à la profession juridique et à l’avancement du droit au Nouveau-Brunswick.

L’éminent juriste est actuellement le juge le plus ancien de la Cour d’appel du
Nouveau-Brunswick, le tribunal de plus haute instance de la province.

Auparavant, le magistrat a occupé les fonctions de juge en chef du Nouveau-Brunswick pendant plus de 15 ans, soit de mars 2003 jusqu’en avril 2018. Il s’agit du plus long mandat à ce poste au cours du dernier siècle. Le juge Drapeau a été le deuxième Acadien à occuper cette fonction hautement prestigieuse, créée en 1784, qui se situe au sommet de la structure judiciaire de la province.

Durant ses années comme juge en chef du Nouveau-Brunswick, le juge Drapeau a été un chef de file dans la promotion d’un meilleur accès à la justice pour les citoyennes et les citoyens. Il a rendu des décisions et a mis en œuvre des réformes procédurales qui ont amélioré l’accès à la justice en réduisant les coûts et les délais associés aux litiges.

Originaire de Campbellton, le juge Drapeau est marié à Gisèle Léger-Drapeau, artiste visuelle de renom, également diplômée de l’Université de Moncton, et le fier papa de trois filles.

J. Ernest Drapeau a obtenu un baccalauréat ès arts de l’Université de Moncton en 1971. Récipiendaire de la Bourse Lord Beaverbrook, il a poursuivi ses études en droit à l’Université du Nouveau-Brunswick où il se distingue en remportant, avec l’un de ses collègues, le concours de plaidoirie Harrison Shield Moot.

En 1974, il se classe au premier rang des 60 finissants de sa promotion et reçoit le prix Carswell de la Faculté de droit pour ses réalisations universitaires et son action communautaire, ainsi que la médaille d’argent du lieutenant-gouverneur pour l’excellence académique.

Le juge Drapeau a été admis au Barreau du Nouveau-Brunswick en juin 1974. Au cours des 24 années qui ont suivi, ses talents de plaideur l’ont amené à se présenter à d’innombrables reprises devant les tribunaux du Nouveau-Brunswick de tous les échelons, ainsi que devant les conseils d’arbitrage en droit du travail. Sa carrière a été très diversifiée, puisqu’il est passé du droit pénal (comme procureur de la Couronne et avocat de la défense) au droit civil dans un cabinet privé (spécialisé surtout en droit de la responsabilité civile, des assurances et du travail) et aux litiges d’intérêt public (notamment le droit à l’éducation des élèves exceptionnels et les droits linguistiques des minorités).

Pendant ses années de pratique du droit, le juge Drapeau a eu une vie professionnelle et publique très active. Il a été président de la Chambre de commerce de Shediac, président de la Société de la fibrose kystique du comté de Westmorland, membre du C.A. de L’alUMni de l’Université de Moncton (anciennement l’Association des anciens, anciennes et amis) et membre du Conseil du Barreau du Nouveau-Brunswick.

Le juge Drapeau a été fait conseiller de la reine en 1990. En janvier 1998, alors qu’il était associé principal du cabinet Drapeau, Robichaud et McNally de Moncton, il a été nommé juge à la Cour d'appel du Nouveau-Brunswick.

Sa carrière juridique diversifiée s’accompagne d’une riche expérience en enseignement. À l’Université de Moncton, il a enseigné le droit commercial à la Faculté d’administration et le droit pénal et de procédure à la Faculté de droit.

En 2011, une première pour un juge en chef du Nouveau-Brunswick, le juge Drapeau a été nommé vice-président du Conseil canadien de la magistrature par la juge en chef du Canada, l’Honorable Beverly McLachlin. Il a occupé ce poste pendant quatre ans.

Deux doctorats honorifiques en droit lui ont été décernés, un de
l’Université de Moncton en 2010 et un second de l’Université du Nouveau-Brunswick au printemps 2018.

Il a reçu la Médaille du jubilé de la reine Elizabeth II en 2002 et la Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II en 2013.

Le juge Drapeau est Compagnon de l’Ordre des Régents et Régentes de
l’Université de Moncton.

Mathieu Vick

Le parcours de Mathieu Vick est caractérisé par son engagement social et politique et par sa participation active à la vie communautaire.

Originaire de Dieppe, au Nouveau-Brunswick, Mathieu Vick possède un baccalauréat en sciences avec spécialisation en physique de l’Université de Moncton (2004), une maîtrise en astrophysique de l’Université de Montréal (2006) et un Ph. D. en astrophysique de l’Université de Montréal (2010). Il a effectué sa thèse doctorale en cotutelle avec l’Université de Montpellier. Mathieu a reçu de nombreuses bourses, dont la Bourse Fernand-Landry, la Bourse France-Acadie et la Bourse Hubert-Reeves.

Dans le cadre de ses études en astrophysique, il s’est spécialisé dans l’étude de l’effet de la perte de masse sur l’évolution des étoiles. Un domaine particulièrement difficile puisqu’il fait appel à des concepts physiques complexes et à des notions avancées en simulation informatique. Ses travaux scientifiques ont mené à la publication de cinq articles arbitrés dans la prestigieuse revue Astronomy & Astrophysics. Il a été conférencier dans plusieurs pays du monde, dont la Chine, l’Italie, le Danemark et l’Autriche.

Mathieu Vick a eu une vie étudiante bien remplie en raison de son engagement, que ce soit au sein de la Faculté des sciences, du département de physique et d’astronomie de l’Université de Moncton ou encore à la FÉÉCUM, où il a occupé le poste de vice-président académique. En 2004, l’Université de Moncton lui a remis un certificat de mérite pour sa contribution exceptionnelle à la vie étudiante.

En 2009, il a cofondé et présidé le groupe communautaire Rue Publique dont la mission est d’améliorer la convivialité des quartiers de Montréal, en ré-imaginant les rues et en faisant la promotion d’un usage amélioré des espaces publics. Il siège encore comme membre au conseil d’administration de l’organisme. De 2011 à 2013, il a également siégé au Conseil régional de l’environnement de Montréal et, de 2009 à 2013, il a été bénévole pour le programme Générations du groupe communautaire La porte jaune, une initiative visant à briser l’isolement de personnes aînées vivant en milieu urbain.

Après l’obtention de son doctorat, Mathieu Vick prend un virage professionnel important qui lui permettra de concilier ses intérêts pour la politique et la justice sociale. Ainsi, en 2011, il accepte un poste d’adjoint parlementaire au bureau de la députée fédérale Anne Minh-Thu Quach. En 2012, il devient successivement coordonnateur du caucus québécois du Nouveau parti démocratique et coordonnateur du caucus national au bureau du chef de l’opposition officielle. Depuis 2015, Mathieu Vick évolue dans l’univers syndical au sein du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) où il occupe un poste de conseiller syndical au service de la recherche au SCFP-Québec.

En février 2018, il a été élu 19e président national du Nouveau Parti démocratique (NPD) du Canada. Il est le premier Acadien à occuper ces fonctions.


Renseignements :

Jeanne Farrah, B. Sc. soc. 1988, M.A.P. 1991
Directrice du Bureau des diplômés et de L’alUMni
Local 358, Pavillon Léopold-Taillon
18, avenue Antonine-Maillet
Université de Moncton, Campus de Moncton
Moncton (Nouveau-Brunswick) E1A 3E9

Téléphone : 506-858-4791
Courriel : jeanne.farrah@umoncton.ca

Source : Service des communications, affaires publiques et marketing
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2018, Université de Moncton. Tous droits réservés.