Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mercredi 23 Août 2017

Une nouvelle professeure et deux nouveaux professeurs à la Faculté de droit de l’Université de Moncton

Agrandir l'image
La Faculté de droit de l’Université de Moncton est heureuse d’annoncer l’arrivée d’Yves Goguen et d’Érik Labelle Eastaugh comme nouveaux professeurs en voie de permanence à l’Université de Moncton, ainsi que de Karine McLaren comme professeur temporaire.

Yves Goguen
Le professeur Goguen (B.A.A., LL.B., LL.M.) enseigne à la Faculté de droit depuis 2015, où il donne les cours Droit constitutionnel, Droit et égalité, Philosophie et sociologie du droit, Droit des peuples autochtones et Droit du travail. Il s’intéresse aux dimensions juridiques et sociales des groupes en situation minoritaire, dont l’exclusion, l’oppression, la résistance et la protection. Avocat de formation, le professeur Goguen est membre du Barreau du Nouveau-Brunswick depuis 2009. En 2016, il a été élu président et porte-parole de l’Association des juristes d’expression française du Nouveau-Brunswick. En tant que superviseur de la section locale du Réseau national d’étudiant(e)s pro bono, le professeur Goguen accueille avec enthousiasme les occasions d’encadrer les étudiantes et étudiants et d’établir des ponts entre la connaissance et les actions vers le changement social. Il est d’ailleurs bien connu dans le milieu associatif francophone pour son engagement envers les droits des minorités sexuelles.

Érik Labelle Eastaugh
Le professeur Labelle Eastaugh s’est joint à la Faculté de droit en juillet 2017. Il est professeur adjoint et directeur de l’Observatoire international des droits linguistiques. Ses recherches portent notamment sur les droits linguistiques, le droit public et constitutionnel, les droits de la personne et des minorités, les rapports entre le droit et la diversité culturelle ainsi que la philosophie du droit. Il a étudié le droit civil et la common law et a été, entre autres, auxiliaire juridique auprès du juge Marshall Rothstein à la Cour suprême du Canada. Il a obtenu une maîtrise en droit constitutionnel et droits linguistiques comparés ainsi qu’un doctorat en droit constitutionnel et droits linguistiques de l’Université d’Oxford. En plus d’avoir pratiqué le litige au sein d’un cabinet privé à Ottawa, il a mené des dossiers constitutionnels et linguistiques en Ontario, au Québec, au Manitoba, en Saskatchewan et au Nouveau-Brunswick. Il a notamment plaidé devant la Cour suprême du Canada dans l’affaire Thibodeau c. Air Canada, [2014] 3 R.C.S. 340, arrêt portant sur l’interprétation de la Loi sur les langues officielles du Canada et ses rapports avec le droit international.

Karine McLaren
Diplômée en droit et membre du barreau de l’Angleterre et du Pays de Galles, Mme McLaren a exercé le droit en Angleterre pendant près de dix ans. Originaire de la France, elle a obtenu le baccalauréat en traduction de l’Université de Moncton avant de se joindre, à titre de jurilinguiste, à l’équipe du Centre de traduction et de terminologie juridiques (CTTJ), dont la mission est d’appuyer la mise en œuvre du bilinguisme juridique dans les provinces et territoires canadiens de common law. Elle a ensuite poursuivi ses études supérieures en droit sous la direction de Michel Bastarache, ancien juge à la Cour suprême du Canada, au cours desquelles elle s’est intéressée aux enjeux que masque la notion de bilinguisme juridique au Canada. Directrice du CTTJ depuis 2014, Mme McLaren s’est jointe au corps professoral de l’Université de Moncton le 1er juillet 2017 et combine aujourd’hui ces deux fonctions.
Source : Service des communications, affaires publiques et marketing
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.