Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Abonnez-vous à l’infolettre
Bookmark and Share
Mercredi 09 Mai 2018

L’Université de Moncton décernera cinq grades honorifiques lors des cérémonies de collation des grades en mai

George Bouchard, Annette Boudreau, Jules Boudreau, René Cormier et Jean-Baptiste Sercq
Agrandir l'image
L’Université de Moncton décernera cinq grades honorifiques à d’éminentes personnalités qui se sont distinguées grâce à un apport exceptionnel à leur domaine respectif lors des cérémonies de collation des grades qui auront lieu aux trois campus en mai.

À la collation des grades du campus de Shippagan, qui aura lieu le vendredi 18 mai à compter de 14 h au pavillon sportif, le chancelier, Jean-Claude Savoie, remettra un doctorat d’honneur en théâtre à Jules Boudreau.

Au campus d’Edmundston, le chancelier remettra un doctorat d’honneur en foresterie à George Bouchard. La cérémonie aura lieu le samedi 19 mai à 14 h à la Cité des jeunes A.-M.-Sormany.

À la collation des grades du campus de Moncton, l’Université remettra un doctorat d’honneur en arts et culture au sénateur René Cormier ainsi qu’un doctorat d’honneur en arts à Jean-Baptiste Sercq. Annette Boudreau deviendra professeure émérite en études françaises. La cérémonie aura lieu le samedi 26 mai à 13 h 30 dans le stade du CEPS Louis-J.-Robichaud.

George Bouchard
Doctorat honoris causa en foresterie
Campus d’Edmundston


En 1971, George Bouchard commence sa carrière de fonctionnaire en tant que vérificateur au ministère du Revenu national. Il devient ensuite agent de développement économique au ministère du Développement économique régional, coresponsable de l’entente fédérale-provinciale sur les forêts et membre du comité fédéral-provincial qui instaurera le système des commissariats industriels au Nouveau-Brunswick.

De 1974 à 1980, il devient le premier commissaire industriel pour la région du Nord-Ouest. M. Bouchard a ensuite travaillé activement à des dossiers majeurs pour la région, dont le développement de parcs industriels et de l’aéroport de Saint-Léonard. Après avoir occupé la direction générale de Nadeau et Nadeau Meubles de 1980 à 1983, il revient à la fonction publique en 1984 pour devenir le premier chef médiateur des loyers du Nouveau-Brunswick. En 1984, il devient sous-ministre adjoint au ministère du Développement économique.

Dans les années 1970, sa participation à plusieurs tables rondes sur l’étude des forêts mène à l’adoption d’une nouvelle loi sur les forêts. Il a représenté le Nouveau-Brunswick avec le Maritime Lumber Bureau à la table de négociation du gouvernement fédéral pour les deux premières ententes sur le bois d’œuvre avec les États-Unis. Il a également été très engagé dans le dossier de l’établissement de l’Institut de recherche sur les feuillus nordiques, un partenariat novateur avec les entreprises forestières du secteur privé, les gouvernements et l’Université de Moncton.

Depuis l’obtention de son diplôme de l’Université de Moncton (1971), M. Bouchard a conservé des liens étroits avec son alma mater en demeurant très actif auprès de L’alUMni. Il fait également partie de l’Ordre des Régents et des Régentes. Il a siégé trois ans au Conseil des gouverneurs et participé à la mise en œuvre d’U de M Développement inc., un projet qui a mené à la conception et aux premiers projets de développement d’un campus de recherche et développement de l’Université de Moncton.

Annette Boudreau
Professeure émérite en études françaises
Campus de Moncton


Annette Boudreau a consacré une grande partie de sa carrière à valoriser la langue des francophones issus de milieux minoritaires ainsi qu’à étudier son rôle dans la construction identitaire. Elle analyse les liens entre pratiques et représentations linguistiques, construction identitaire et structuration sociale dans les communautés minoritaires francophones du Canada. Elle s’est particulièrement intéressée au concept de sécurité/insécurité linguistique et à ses applications en Acadie des Maritimes.

Diplômée de l’Université de Moncton, Mme Boudreau détient également une maîtrise ès lettres de l’Université de Provence, un D.E.A de l’Université Paul-Valéry et un doctorat de l’Université Paris X-Nanterre.

D’abord professeure de français langue seconde au Département de traduction et des langues de 1975 à 1989, Mme Boudreau donne ensuite des cours de français langue maternelle et de linguistique, puis intègre officiellement le Département d’études françaises en 1991. Elle y dirigera et codirigera d’ailleurs plus d’une vingtaine de thèses de maîtrise et de doctorat. Elle s’est démarquée tant par l’excellence de ses recherches que par la rigueur de son enseignement.

Elle a dirigé et codirigé le Centre de recherche en linguistique appliquée (CRLA), en y effectuant outre ses activités de recherche, nombre de réalisations telles que la tenue de plusieurs colloques, conférences et journées d’étude. Elle a fait du CRLA un centre de recherche reconnu au pays et à l’international.

Elle compte à son actif bon nombre de prix et de reconnaissances, notamment le Prix d’excellence en enseignement (2012), l’Ordre des francophones d’Amérique attribué par le Conseil supérieur de la langue française (2015) et le Prix de la Renaissance attribué par l’Académie des sciences d’outre-mer de Paris (2016).

Jules Boudreau
Doctorat honoris causa en théâtre
Campus de Shippagan


Jules Boudreau est reconnu comme étant l’auteur des premières pièces grand public du théâtre acadien contemporain, notamment La Bringue, Cochu et le soleil, Les Bessons et Louis Mailloux. On lui doit aussi le scénario et les dialogues de la comédie musicale La Lambique. Ce dramaturge et animateur de théâtre a signé plusieurs dramatiques radiophoniques diffusées sur les ondes de Radio-Canada, dont Louise et le soldat, La Reine Horse, Poker électrique et Requiem pour Florian.

Des pièces de M. Boudreau ont été publiées aux Éditions d’Acadie et aux Éditions La Grande Marée. Il a également publié le recueil de nouvelles Chroniques d’une île de la côte (1999), le roman jeunesse Le Mystère de la maison grise (2003) et le recueil de biographies Bâtisseurs de l’Acadie (2014). Il a été l’un des membres fondateurs de plusieurs troupes, notamment Les Élouèzes, le Théâtre de la dune et la Troupe 2 %.

M. Boudreau a été bénévole au sein de nombreux organismes, président de la Société culturelle Centr’Art de Caraquet, membre du conseil d’administration du Théâtre populaire d’Acadie, membre du bureau de direction du Conseil provincial des sociétés culturelles, pour ne nommer que ceux-ci.

M. Boudreau a fait ses études à l’Université Sacré-Cœur, à Bathurst, où il a obtenu un B.A.-B. Éd. Il a par la suite suivi des formations en écriture dramatique et radiophonique ainsi qu’en scénarisation.

De 1991 à 1997, il est conseiller municipal de Maisonnette, puis de 1998 à 2001, il occupe les fonctions de maire de la municipalité. Il fait retour en politique en 2012. Il est actuellement maire adjoint de Maisonnette.

Jules Boudreau a reçu de nombreuses distinctions, dont le prix spécial du jury France-Acadie pour l’ensemble de son œuvre (2010), le Prix du lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick pour l’excellence dans les arts (2014) et les insignes de l’Ordre des francophones d’Amérique (2017).

René Cormier
Doctorat honoris causa en arts et culture
Campus de Moncton


L’honorable René Cormier possède une longue feuille de route professionnelle dans le domaine des arts et de la culture. Leader reconnu et artiste accompli, il œuvre depuis près de quarante ans pour assurer une meilleure intégration des arts et de la culture dans toutes les sphères de la société acadienne et canadienne. En 2016, il fait son entrée au Sénat du Canada à titre de sénateur indépendant et non partisan.

Formé en musique à l’Université du Québec à Montréal et en théâtre à l’École internationale Jacques LeCoq de Paris, il a occupé de nombreuses fonctions au sein de l’écosystème culturel, dont celles de directeur artistique, metteur en scène, acteur, directeur musical, musicien, compositeur, chorégraphe, gestionnaire culturel, communicateur et animateur.

Il a assuré la direction de nombreux organismes et événements culturels, notamment la direction musicale et l’animation d’émissions de variétés à la télévision de Radio-Canada, la direction artistique et générale du Théâtre populaire d’Acadie, la direction artistique de la biennale Zones théâtrales du Centre national des arts du Canada, la direction artistique du Congrès mondial acadien 2009 et la direction du bureau des États généraux des arts et de la culture dans la société acadienne au Nouveau-Brunswick au sein de l’Association acadienne des artistes professionnel.le.s du Nouveau-Brunswick. Il a présidé la Société Nationale de l’Acadie, l’organisme porte-parole du peuple acadien sur les scènes atlantique, nationale et internationale. Le sénateur Cormier a aussi assuré la présidence de nombreux organismes nationaux et internationaux en plus de siéger à de nombreux conseils d’administration.

Plusieurs organismes lui ont décerné des distinctions pour ses contributions au domaine culturel : l’Ordre des francophones d’Amérique (2008), le grade de Chevalier de l’Ordre des arts et des lettres (2003), l’Éloize de l’Artiste de l’année en théâtre (2000) et le prix Jean-Claude Marcus pour sa contribution au théâtre francophone.

Jean-Baptiste Sercq
Doctorat honoris causa en arts
Campus de Moncton


Jean-Baptiste Sercq s’est donné la mission de promouvoir les arts et la culture francophone partout dans le monde. Grand collectionneur d’œuvres d’art, commissaire d’exposition et conservateur, il est un amoureux de l’Acadie et de l’art.

Depuis 1996, il est président de La francophilie, une association qui a comme mission la propagation de la culture francophone par le biais d’organisation de manifestations internationales d’arts et la promotion des conceptrices, concepteurs, créatrices, créateurs, compositrices et compositeurs francophones.

M. Sercq a créé, il y a près de 40 ans, une banque d’œuvres d’art d’artistes de la Francophonie. Aujourd’hui, sa collection privée comporte au-delà de 500 œuvres, dont plus de 300 d’artistes acadiens, tels que Roméo Savoie, Herménégilde Chiasson, Dominik Robichaud, Yvon Gallant, Lionel Cormier, Elaine Amyot, Paul Édouard Bourque, Michel Robichaud, Amber Lounder, etc.

M. Sercq a été instigateur, organisateur et commissaire de nombreuses expositions mettant en valeur des artistes acadiens à l’échelle régionale, nationale et internationale. Les manifestations culturelles de M. Sercq ont contribué à faire connaître et rayonner, non seulement les artistes acadiens, mais aussi le Département des arts visuels de l’Université de Moncton et le Nouveau-Brunswick. En organisant plus d’une trentaine d’expositions internationales sur le monde des arts visuels acadiens, il a fait émerger ce qu’on appelle aujourd’hui « l’École de Moncton ». Par ses initiatives, il a également facilité et favorisé des échanges culturels entre des artistes d’ici et d’autres pays.

M. Sercq a été fait Chevalier de la Légion d’honneur et Chevalier de l’ordre national du Mérite par le gouvernement de la France. Il a reçu la médaille du Jubilé de Sa Majesté la Reine Elizabeth II pour sa contribution exceptionnelle au pays.
Source : Service des communications, affaires publiques et marketing
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2018, Université de Moncton. Tous droits réservés.