Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mercredi 08 Novembre 2017

Création d’une oeuvre pour violon solo et électronique d’André Cormier

Nadia Francavilla et André Cormier
Agrandir l'image
La violoniste Nadia Francavilla interprétera montagne flèche arbre oiseau, une nouvelle œuvre du compositeur André Cormier, ce vendredi 10 novembre, à 19 h, à la salle Neil-Michaud située au pavillon des Beaux-Arts du campus de Moncton.

La musique d’André Cormier a été présentée au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Nouvelle-Zélande. Il a composé des œuvres pour soliste, pour petites et grandes formations de chambre, pour opéra et danse, et en collaboration avec des artistes visuels. Il a reçu des commandes d’une variété d’artistes du Canada, des États-Unis et de l’Europe.

En 2008, M. Cormier a lancé les Éditions musique SISYPHE, une maison d’édition musicale spécialisée en musique expérimentale, de laquelle il assure également la direction du volet interprétation avec l’Ensemble Sisyphe. En 2011, après près de vingt ans sur la côte ouest partagée entre la Colombie-Britannique et la Californie, le compositeur revient à l’est du Canada, d’abord à Montréal, puis pendant l’été 2012, dans son Acadie natale. Aujourd’hui, André Cormier maintient un horaire chargé avec la composition de commandes et la présentation de ses œuvres, le tout dans le but de mieux comprendre ce qui rend son et silence si irrésistibles.

L’oeuvre montagne flèche arbre oiseau pour violon solo et électronique explore deux formes simultanément : longue et courte. Dans la forme longue, l’interprète joue à partir d’une partition strictement écrite dans la durée de soixante minutes. Dans cette partie, le violon au complet est exploré jusqu’aux marges de sa gamme, son timbre, sa dynamique et sa technique. Comme avec la majorité des pièces d’André Cormier, le silence joue un rôle clé en tant qu’élément musical fondamental. La forme courte est une version condensée de la forme longue. Durant l’interprétation de la violoniste, un ordinateur l’enregistre en segments de six minutes. Au bout de soixante minutes, les dix segments de six minutes sont stratifiés les uns sur les autres et diffusés simultanément par des haut-parleurs. On entend ainsi tout ce que la violoniste vient de jouer au cours d’une heure en six minutes, mais dans un arrangement très différent. Par une structure et à un plan de composition hautement stratégique, montagne flèche arbre oiseau fait contracter le temps et reconfigure la perception de tous les événements précédents.

L’entrée est libre.
Source : Service des communications, affaires publiques et marketing
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.