Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mardi 29 Mars 2016

Conférence d’Elisabeth Michel-Guillou sur la représentation sociale des risques côtiers

La photo a été prise lors d’une tempête en mars 2008 à Douarnenez, en Bretagne, en France.
Agrandir l'image
La psycho-sociologue environnementale, Elisabeth Michel-Guillou, Ph.D, du Centre de recherche psychologie, cognition et communication de l’Université de Bretagne occidentale (UBO), prononcera une conférence intitulée Comprendre la volonté de rester : Étude de la représentation sociale des risques côtiers (érosion et submersion marines), le jeudi 14 avril à midi dans le local B-015 du pavillon Rémi-Rossignol au campus de Moncton.

Résumé de la conférence
Dans le cadre d’une recherche interdisciplinaire menée en France sur les risques côtiers (Projet COCORISCO, http://www.risques-cotiers.fr/ ), nous avons cherché à comprendre la vulnérabilité des côtes face aux risques d'érosion et de submersion marines en vue de progresser dans les stratégies de prévention et de gestion de ces risques. Ce projet de recherche s’inscrit dans des questions d’actualité portant sur les changements environnementaux globaux mais aussi sur les conséquences de l’attractivité sans cesse croissante des espaces littoraux. Cette attractivité provoque une augmentation de la construction de résidences et d’infrastructures dans des zones parfois très exposées aux aléas marins. Dans ce contexte, à travers une approche psycho-socio-environnementale, nous avons cherché à comprendre comment des habitants de communes littorales dites « à risque » se représentent les risques côtiers. Quels liens peuvent exister entre ces représentations, l’attachement au lieu et l’identité de lieu mises en avant par les personnes ? Comment ces représentations peuvent expliquer des préférences en matière d’adaptation face aux risques ? Pour ce faire, nous avons mené une enquête qualitative auprès d’habitants et de gestionnaires locaux (61 entretiens semi-directifs) de cinq communes littorales bretonnes. Suite à ces entretiens, nous avons mené deux enquêtes quantitatives uniquement auprès des habitants de ces mêmes communes. Une première enquête a été menée auprès d'un large échantillon d'habitants (894 questionnaires); une seconde ciblait davantage les habitants en zone dite « à risque » du point de vue de l'érosion/submersion (124 questionnaires). Les principaux résultats mettent en évidence que seule une minorité d’habitants se construit une représentation des risques côtiers, les habitants qui finalement sont pleinement concernés par ces risques. En accord avec la théorie des représentations sociales, cette représentation leur permet d’acquérir une connaissance et de justifier des prises de position notamment liées à la volonté de rester et d’accepter des stratégies de protection face à la mer. Lors de cette communication, nous nous proposons de discuter de l’intérêt d’une approche des représentations en lien avec les concepts d’identité et d’attachement au lieu pour comprendre les pratiques et les prises de position des communautés locales.
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.