Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Jeudi 09 Octobre 2014

Conférence du CRLA ayant pour thème Accès au travail et (il)légitimité langagière

Le Centre de recherche en linguistique appliquée (CRLA) invite la communauté universitaire à une conférence publique d’Alexandre Duchêne, professeur de sociologie du langage à l’Université de Fribourg et membre de la direction de l’Institut de plurilinguisme de l’Université/HEP de Fribourg. Ayant pour thème Accès au travail et (il)légitimité langagière, la conférence sera présentée le mardi 14 octobre, à 16 h 30, dans le local 206A du pavillon des Arts au campus de Moncton.

Nous évoluons dans des sociétés qui attribuent aux compétences langagières une certaine valeur économique laissant alors présager que ces compétences seraient de facto une forme de capital convertible en termes d’accès au marché du travail. L’objectif de cette conférence est de s’interroger sur les mécanismes institutionnels et sociaux d’acquisition de capital linguistique et de questionner les processus de conversion du capital linguistique en capital économique. Le conférencier cherchera à démontrer que ces processus sont loin d’être linéaires, au contraire, ils font l’objet d’une grande variabilité. D’une part, il faut admettre que chaque langue n’a pas la même valeur. D’autre part, l’accès au capital linguistique est fondamentalement inégal et sujet à des contraintes institutionnelles et sociales. En analysant des données issues d’un terrain ethnographique sur les agences étatiques de contrôle et de placement des chômeurs en Suisse, il montrera que l’investissement individuel des chômeurs dans les processus d’appropriation des langues se confronte à des mécanismes institutionnels où l’incitation à suivre des cours de langues, ou la privation de l’accès à ces cours, est liée à une logique de retour sur investissement. En documentant les processus de décision d’allocation des mesures d’accès au marché du travail, il montrera alors que l’investissement dans les langues est reconfiguré en termes d’employabilité. Ce glissement permet de maintenir certains chômeurs dans une position de subalternité en les privant de l’accès aux ressources langagières qu’ils souhaiteraient investir, les empêchant ainsi d’espérer une mobilité professionnelle et en institutionnalisant la construction idéologique de déficit linguistique. Il contribue également à créer l’illusion que l’investissement dans la langue serait de facto convertible économiquement. Ces analyses amèneront le conférencier à argumenter que ce qui compte comme capital et les conditions de son acquisition restent fortement dépendants des processus sociaux de hiérarchisation sociale.

Les recherches d’Alexandre Duchêne portent sur les liens entre langage et inégalités sociales, sur les enjeux politiques liés aux minorités linguistiques, ou encore sur le plurilinguisme dans la nouvelle économie globalisée. Parmi ses publications, mentionnons les ouvrages suivants : Ideologies across Nations (2008, Mouton de Gruyter), Discourses of Endangerment (avec Monica Heller, 2007, Continuum), Langage, genre et sexualité (avec Claudine Moïse, 2010, Nota Bene), Language in Late Capitalism : Pride and Profit (avec Monica Heller, Routledge) et Language, Migration and Social Inequalities (avec Melissa Moyer et Celia Robert, 2013, Multilingual Matters).

Renseignements : 858-4057, crla@umoncton.ca
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.