Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Vendredi 19 Septembre 2014

La professeure Sarah Pakzad fait partie d’une initiative nationale de lutte contre la démence

La professeure Sarah Pakzad
Agrandir l'image
La professeure Sarah Pakzad de l’École de psychologie de la Faculté des sciences de la santé et des services communautaires de l’Université de Moncton est au nombre des chercheuses, chercheurs et experts qui forment le Consortium canadien en neurodégénérescence associée au vieillissement (CCNV), un programme national de recherche collaborative d’une durée de 5 ans, qui vise à relever le défi posé par la démence et d'autres maladies neurodégénératives au Canada. La professeure Pakzad est d’ailleurs la chercheuse principale de ce projet pour le Nouveau-Brunswick.

L'honorable Rona Ambrose, ministre de la Santé, a annoncé le 10 septembre dernier, le lancement de cette initiative nationale destinée à lutter contre le fléau croissant de la démence et des maladies connexes et à améliorer la vie des Canadiennes et des Canadiens aux prises avec ces troubles, ainsi que celle de leurs familles et soignants.

Dirigé par le Dr Howard Chertkow, médecin neurologue, également cofondateur et directeur de la clinique de mémoire de l'Hôpital général juif et de l'Université McGill, le CCNV réunit 20 équipes de recherche et des experts de partout au Canada qui se pencheront sur trois objectifs, soit retarder l'apparition de la démence et des maladies connexes ; prévenir la survenue de ces maladies ; et améliorer la qualité de vie des Canadiennes et Canadiens aux prises avec ces maladies ainsi que celle des personnes qui en prennent soin.

« Je suis honorée de faire partie de cette prestigieuse équipe nationale et d’y représenter le Nouveau-Brunswick. Je dois souligner que ma collaboration à ce programme pancanadien a été rendue possible grâce aux accomplissements de mon programme de recherche durant les dix dernières années sur l’étude de la démence et de la maladie d’Alzheimer au Nouveau-Brunswick », a dit la professeure Pakzad.

Le CCNV est financé à hauteur de 31,5 millions de dollars sur cinq ans par le gouvernement du Canada, par l'entremise des Instituts de recherche en santé du Canada, et un groupe de 13 partenaires des secteurs public et privé, dont la Société Alzheimer du Canada, le Fonds de recherche du Québec – Santé et la Fondation de recherche en santé du Nouveau-Brunswick. Les chercheurs du CCNV bénéficieront en outre d'un investissement supplémentaire de 24 millions de dollars fait par un sous-groupe des partenaires en Ontario et au Québec.
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.