Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Lundi 24 Février 2014

Soutenance de thèse de maîtrise en linguistique

La photo nous fait voir, de gauche à droite, Gisèle Chevalier, examinatrice interne; Sylvia Kasparian, directrice de thèse; Maurice Raymond, président du jury; Yannick Nganhou Tchoudi, étudiant; Bernard Mulo Farenkia, examinateur externe, et Dianne Landry, secrétaire administrative du Département d’études françaises.
Agrandir l'image
Devant une belle assistance, Yannick Jocelyn Nganhou Tchoudi, étudiant international, originaire du Cameroun, a soutenu sa thèse de maîtrise en sciences du langage, le vendredi 7 février, dans la salle 178 de la Bibliothèque Champlain au campus de Moncton. Le jury a recommandé à l’unanimité que sa thèse reçoive la mention d’excellence.

Sous la direction de Sylvia Kasparian du Département d’études françaises, la thèse a pour titre «Les insultes au Cameroun : une analyse de l’éthos communicationnel camerounais».

Le jury était composé de Maurice Raymond, directeur du Département d’études françaises et président du jury; Bernard Mulo Farenkia, professeur au Département de langues et lettres du Cape Breton University, évaluateur externe; Gisèle Chevalier, professeure au Département d’études françaises de l’Université de Moncton, évaluatrice interne; et Sylvia Kasparian, professeure au Département d’études françaises de l’Université de Moncton, directrice de thèse.

S’inscrivant dans le courant récent des études sur la politesse et l’impolitesse, dans une approche ethnométhodologique et pragmatique en sociolinguistique, cette thèse très originale décrit, à partir de corpus originaux de confrontations entre locuteurs camerounais, l’éthos communicationnel des Camerounais. Grâce à une étude minutieuse des insultes (considérant à la fois les strates verbale, paraverbale et non verbale) dans leurs contextes et dynamiques de production, Yannick Nganhou nous présente les grandes lignes des caractéristiques sémantique, pragmatique et linguistique des insultes et des joutes oratoires des Camerounais. Dans ces sociétés à éthos très conflictuel, les insultes et les joutes oratoires sont ritualisées et se déroulent dans tous les lieux publics; leur niveau de violence est très élevé et les faces des interlocuteurs ne sont pas du tout ménagées; les témoins de ces joutes ne sont pas là pour calmer les ardeurs, mais pour attiser le feu…
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.